Actualités

Le préfet fusible de l’UMP

Incendies du Maïdo

Manuel Marchal / 2 novembre 2011

Derrière la succession des critiques visant le préfet se cache la volonté de dédouaner de leurs responsabilités dans la catastrophe le gouvernement et ses relais locaux, notamment Didier Robert.

À l’annonce de la décision du gouvernement d’envoyer deux DASH 8 bombardiers d’eau, d’aucun pourtant bien informé ont cru bon de se déchainer contre le préfet. Or, personne n’ignore que le préfet est un fonctionnaire qui a pour mission de mettre en œuvre la politique décidée par un gouvernement sur une portion de République. S’il décidait de ne pas appliquer les instructions données, il ne serait plus préfet.
La décision d’engager ou pas à La Réunion des avions basés à Marignane, c’est-à-dire à 10.000 kilomètres d’ici, est de la responsabilité du gouvernement. Le gouvernement, ce sont des responsables politiques, pas des fonctionnaires.
Chacun a pu également constater qu’à La Réunion, des personnes qui ne sont pas des agents de la fonction publique d’État ont pris publiquement position contre l’envoi du DASH 8. C’est le cas de Didier Robert, comme l’a rappelé le journal de Réunion première hier soir. Didier Robert est un élu, pas un préfet. Rien ne l’oblige donc à appliquer sans discuter la ligne du gouvernement. Mais c’est pourtant ce qu’il fait, car il préfère être l’exécutant zélé d’un parti, l’UMP, quitte à combattre les intérêts des Réunionnais.
Derrière la succession des critiques visant le préfet se cache la volonté de dédouaner de leurs responsabilités le gouvernement et ses relais locaux, en particulier Didier Robert. Manifestement, le représentant de l’État est utilisé comme le fusible de l’UMP. Mais ces diversions finiront elles aussi par s’écrouler, comme les mensonges de ceux qui ont voulu tromper les Réunionnais sur le DASH 8.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com