Actualités

Le projet de la continuité territoriale n’a pas encore reçu l’aval de l’Europe

De nombreux voyageurs ne sont pas encore remboursés

Céline Tabou / 14 septembre 2010

En dépit de nombreuses interventions et d’une communication tape-à-l’oeil, le dossier sur la continuité territoriale de l’actuel président de la Région n’a toujours pas été approuvé par l’Union européenne.

La décision d’offrir 40.000 billets d’avion à 500 euros sonne comme un leurre à des fins politiques, tant et si bien que lors de sa venue à La Réunion, la ministre de l’Outre-mer, Marie-Luce Penchard n’avait pas signé d’accord, ni de convention, préférant remercier son ami du chèque-cadeau de 9 millions pour soulager l’Etat.

L’autorisation de Bruxelles

Le journal officiel de l’Union européenne stipule clairement que l’instance européenne pourvoit essentiellement le cadre légal dans lequel les États membres peuvent accorder des aides à la continuité territoriale des régions ultra-périphériques, dont La Réunion fait partie. Le souhait d’offrir des billets d’avion à “500 euros” aux Réunionnais est un effet d’annonce prometteur mais dans le fond, Didier Robert ne sait pas encore si son projet recevra l’accord de l’Union Européenne. Et, d’ailleurs, personne ne sait si une demande a été formulée en ce sens.
Son plan Com’ a donc des limites. Il annonce à tout va que tous les Réunionnais pourront bénéficier de billets d’avion pas chers, alors que cela concerne seulement 40.000 familles. Il n’attend pas l’aval des autorités compétentes. Il annonce un versement de 9 millions de la Région alors que la continuité territoriale relève de la compétence de l’Etat, et donc soumise au contrôle de l’Europe. Voilà un cas d’école intéressant pour la Chambre régionale des comptes et le juge administratif. Actuellement, de nombreuses personnes ont commencé à consommer ces billets aidés qui risquent de retomber sur les usagers. Ces derniers auront rempli un dossier, payé leur voyage par avance, croyant être remboursés, sans en être certains car si Bruxelles juge cette décision excessive et non conforme, ils ne recevront pas les 360 euros promis à grand renfort de publicité.

Le JIR doute

Le JIR dans son édition du 31 août s’était interrogé sur l’ambiguïté qui est formulée ainsi “40.000 billets à moins de 500 euros”. Les journalistes ont ainsi posé la question au président de la Région en ces termes, « 40.000 billets à moins de 500 euros dites-vous... Ne devriez-vous pas plutôt dire "une aide de 360 euros remboursable après achat du billet » ? Le JIR se demande s’il ne s’agit pas plutôt d’une aide en lieu et place de billets d’avion à moins de 500 euros. Car, autrement, nous sommes face à une campagne de communication mensongère.
Pris dans la colle, Didier Robert ne fait que répéter en boucle : « Notre engagement est clair. Il s’agit bien de permettre à 40.000 Réunionnais de pouvoir bénéficier d’un billet aller-retour Paris-Réunion à moins de 500 euros. Le coût moyen d’un billet d’avion étant de 860 euros (selon les offres promotionnelles des compagnies, NDLR), la participation de la Région et de l’Etat est de 360 euros. Ce qui fait le billet à 500 euros, voire moins de 500 euros puisque le prix du billet est évolutif ».
En effet, le billet d’avion est évolutif, mais souvent vers le haut. Un billet d’avion pour Paris (sans compter les destinations Montpellier, Marseille, Lyon...) coûte en moyenne 1000 euros (environ 800 euros lors des offres promotionnelles de certaines compagnies). Sur ces 1.000 euros, 360 euros seraient susceptibles d’être remboursés par la Région. Au final le voyageur paiera de sa poche, 640 euros. Loin des 500 promis !

Céline Tabou


Kanalreunion.com