Actualités

Le racisme ne passera pas à La Réunion

Diffusion d’un tract raciste à deux jours des élections

Manuel Marchal / 26 mars 2011

Un tract au contenu raciste, ciblant une partie de la population réunionnaise a été diffusé dans la nuit de jeudi à vendredi à Saint-Paul. La méthode employée n’est pas sans rappeler les nombreuses provocations connues par le PCR dans le passé.

À deux jours du second tour des cantonales à Saint-Paul, un tract raciste a été diffusé durant la nuit de jeudi à vendredi. Son contenu cible les Réunionnais d’origine indienne qui font l’objet de très graves insultes. C’est le peuple réunionnais tout entier qui est méprisé par les auteurs de ce tract. Ces derniers utilisent en effet ces insultes pour monter une grossière provocation. Ils appellent à voter pour les candidats soutenus par le PCR.
La députée-maire Huguette Bello a réagi aussitôt. Dans un courrier adressé au procureur de la République, elle fait part du dépôt de plainte de la commune contre les auteurs du tract raciste. Dans un communiqué diffusé hier à la presse, le Parti communiste réunionnais appelle les autorités à enquêter et à sanctionner les auteurs de ce tract, pour que pareils faits ne se reproduisent plus dans notre pays.
Personne ne peut se tromper sur le but de ce tract ordurier, il s’agit de discréditer la municipalité et le PCR. En effet, qui a intérêt à faire une telle chose ? Il est essentiel que personne ne tire profit de ce genre de méfait pour tomber dans la provocation.

Le retour des vieilles méthodes

Cette agression intervient dans un climat qui s’est brutalement tendu à Saint-Paul. Ainsi, Sandra Sinimalé, candidate soutenue par Didier Robert, prétend que ses partisans ont été attaqués par une voiture conduite par des adversaires politiques. Là aussi se pose la question de à qui cela profite. Rappelons que dimanche dernier, Pascaline Chéreau Némazine (PCR) a obtenu plus de 42% des suffrages, et Sandra Sinimalé 17%. Et il est clair que la dynamique du succès est bien du côté de la candidate progressiste et pas du côté de celle qui est soutenue par l’UMP. Et cette dynamique se vérifie partout.
Dans l’Histoire, ce n’est pas la première fois que le PCR subit ce genre de provocation à Saint-Paul. L’incendie de l’école de l’Éperon, la profanation d’une église… ces faits avaient aussitôt été attribués au PCR car ils comportaient une "signature" bien mise en évidence par les auteurs des dégradations.
Pour le PCR, sa ligne est toujours la même hier comme aujourd’hui : les auteurs de ces faits doivent être recherchés, poursuivis et sanctionnés.
Il est donc de la responsabilité des autorités de tout mettre en œuvre pour que cessent de telles provocations. Car si de tels faits restent impunis, alors La Réunion court le risque de retourner plusieurs dizaines d’années en arrière, à l’époque où les élections étaient le lieu de provocations, violences et autres pratiques visant à empêcher le peuple de choisir librement ses représentants.

Multiplication des provocations

Les adversaires de la démocratie n’y allaient pas par quatre chemins, ils bourraient les urnes et assassinaient les démocrates. Les communistes eurent à déplorer leurs Sept martyrs. Leurs dirigeants étaient la cible d’attentats comme les coups de feu tirés sur la voiture de Paul Vergès et Christophe Mitterrand lors de la présidentielle de 1974.
Malheureusement, la campagne des cantonales a vu ressurgir des comportements que l’on croyait appartenir à un passé révolu. À La Possession, la candidate soutenue par l’UMP a multiplié les provocations, et à Saint-Paul, toute La Réunion est agressée par un tract raciste. Mobilisons-nous pour que le racisme ne puisse plus jamais passer à La Réunion.

M.M.


Le PCR demande une enquête et des sanctions

Dans un communiqué, le Parti communiste réunionnais fait part de son indignation et demande aux autorités d’agir pour enquêter et sanctionner les auteurs du tract raciste.

C’est avec indignation que nous avons pris connaissance du tract diffusé sur la commune de Saint-Paul insultant nos compatriotes d’origine indienne.
Le contenu ouvertement raciste de ce tract est absolument ignoble et ne peut que susciter l’indignation de tous les Réunionnais. Cet acte est d’autant plus odieux qu’il a été rédigé pour manipuler l’opinion à des fins électoralistes.
Le Parti communiste réunionnais tient à dénoncer ces faits d’une extrême gravité et demande aux autorités de diligenter une enquête dans les meilleurs délais afin de confondre et de sanctionner leurs auteurs, et pour que de pareils faits ne se reproduisent plus.


Lettre au Procureur

Huguette Bello dépose plainte

Voici le contenu de la lettre adressée par Huguette Bello au procureur de la République. La députée-maire annonce la décision de la commune de déposer plainte contre les auteurs du tract raciste.

« Monsieur le Procureur,
Dans la nuit du jeudi 24 mars au vendredi 25 mars 2011, des tracts anonymes, dont la teneur est manifestement raciste et pouvant laisser penser qu’ils ont été réalisés par des partisans des candidats soutenus par notre municipalité, ont été déversés sur la voie publique, plus particulièrement dans les cantons 3, 4 et 5.
Nous condamnons fermement de telles pratiques, attentatoires à la démocratie, et souhaitons, par la présente, déposer une plainte contre les auteurs de ces actes.
En vous priant de bien vouloir prendre acte de notre plainte, nous vous prions de croire, Monsieur le Procureur, en l’assurance de notre parfaite considération ».


Kanalreunion.com