Actualités

Le rassemblement progresse

Après les accord PCR-LPA à Bras-Panon

Témoignages.re / 27 janvier 2014

Un projet de changement pour La Réunion ne pourra pas être mis en oeuvre s’il n’est pas accepté par plus de 60% de la population. Cela oblige les partis à travailler ensemble car aucune force isolée ne peut réunir à elle seule une telle majorité. Depuis sa création, le PCR prône cette ligne de rassemblement, notamment lors des élections. Il n’est donc pas étonnant qu’elle s’applique à Bras Panon et au Tampon.


Dans deux communes, Bras-Panon et Le Tampon, le PCR et LPA ont décidé de faire liste commune. Depuis que la nouvelle a été rendue publique, de nombreux commentaires ont été entendus. Beaucoup pensent que ces annonces ne sont qu’un début, et certains spéculent sur une stratégie mise en place pour les régionales. D’autres s’interrogent sur les raisons de ce rapprochement.

Cet événement a dépoussiéré un échiquier politique que d’aucuns pensaient figé.
Ces deux accords sont en effet des actes d’union entre deux forces politiques qui ne sont pas les émanations de partis parisiens, et dont les parlementaires, Paul Vergès au PCR et Thierry Robert pour LPA, ont voté contre le budget.

Certains pensaient que le résultat des prochaines municipales était couru d’avance. Ils imaginaient que le scrutin allait correspondre aux sondages qui s’égrènent depuis des mois. Ils vont devoir revoir leur logiciel.

Au moins 60% pour un projet

Rappelons pourtant que depuis sa création, le Parti communiste réunionnais a constamment voulu promouvoir le rassemblement des Réunionnais. L’objectif de cette stratégie, c’est de réussir à construire un front suffisamment large pour créer les conditions du changement de la société. Pour que ce changement puisse s’appliquer, il doit être soutenu par plus de 60% de la population.

Aucun parti n’est capable à lui seul d’obtenir 60% des suffrages à La Réunion. C’est pourquoi des coalitions sont nécessaires pour faire avancer un projet partagé.
A chaque rendez-vous avec les électeurs, le PCR a mis cette stratégie en pratique. Il a recherché des partenaires prêts à discuter d’un projet. Cette ligne de rassemblement n’est pas celle des partis parisiens. Car rassembler, c’est aller dans le sens d’une prise de conscience qu’il est possible de discuter d’un projet réunionnais pour tenter de répondre aux problèmes réunionnais. Cela n’a rien à voir avec l’idéologie des partis parisiens, et c’est pour cela que le PCR leur pose un problème.
Au sein même du PCR, cette ligne de rassemblement a été combattue. Cette divergence a amené les opposants à créer un autre parti pour abattre de l’extérieur une idéologie qu’ils ne partageaient pas quand ils étaient à l’intérieur.

Les prévisions bouleversées

Dans ce contexte, les accords rendus publics récemment entre le PCR et LPA ne peuvent surprendre les observateurs de longue date de la vie politique de La Réunion.
Ils s’inscrivent dans la longue tradition de rassemblement portée par le PCR.
Cet élément nouveau dans la campagne électorale remet en cause la base de toutes les prévisions échafaudées pour le résultat des prochaines municipales. Car une chose est sûre, la dynamique du rassemblement est lancée et les rapports de force sont bouleversés.


Kanalreunion.com