Actualités

Le rempart social fragilisé

Accentuation de l’austérité et responsabilités des députés

Témoignages.re / 30 octobre 2014

Le financement 2015 de la Sécurité sociale a été adopté par les députés. Il ne prévoit aucune amélioration de la situation et se situe clairement dans la même ligne que le projet de budget 2015. Les plus pauvres seront touchés par la fragilisation du rempart que constitue la protection sociale.

Le projet de loi de financement de Sécurité sociale 2015 est la première application dans ce domaine du Plan d’économies présenté par le gouvernement. Rappelons que pour compenser les 40 milliards offerts aux entreprises sans aucune contrepartie sur la période 2015-2017, il est prévu des réductions de la dépense publique. Pour la Sécurité sociale, cette baisse sera de 10 milliards. Le budget 2015 de la Sécu a donc inscrit une réduction de 3,2 milliards.
Cette orientation est exactement la même que celle annoncée dans le Budget 2015 de l’État.

Et les députés de La Réunion ?

Pour les Réunionnais, ce projet n’apporte aucune amélioration. Il est donc toujours impossible pour la plupart des travailleurs d’espérer avoir droit à une retraite complète. Compte-tenu du taux de chômage à La Réunion, comment espérer totaliser le nombre minimum d’années de cotisation ? Rien non plus à espérer du côté de la diminution du coût des soins, c’est donc une nouvelle déception pour ceux qui voulaient le changement.
La responsabilité des députés est engagée dans ce vote. Pour ceux élus sous l’étiquette socialiste, c’est toujours la priorité aux intérêts du gouvernement avant la défense de ceux des Réunionnais. Aucune action de leur part n’est à noter pour tenter d’infléchir la politique du gouvernement dans ce domaine. Du côté de Huguette Bello, elle a suivi cette fois son groupe. C’est bien la preuve que ses refus de voter contre la confiance et contre la première partie du Budget 2015 étaient des votes de connivence avec le gouvernement dirigé par les socialistes.

Les pauvres sanctionnés

Dans un pays où près de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, c’est la protection sociale qui constitue le dernier rempart. Toute diminution des droits entraîne une aggravation de la situation, car les pauvres n’ont pas les moyens de se tourner vers le secteur privé pour acheter une meilleure protection. Dans cette période de crise générale, la protection sociale est fragilisée alors qu’elle est le dernier rempart qui sépare de la misère.


Kanalreunion.com