Actualités

Le rôle des médias dans la sortie de la crise

Les enseignements de l’assemblée générale d’Air Austral —4—

Manuel Marchal / 2 octobre 2010

Dans un pays confronté à la crise du non-développement, la recherche du consensus, la responsabilité et le respect de la parole donnée sont des conditions essentielles pour sortir de la crise. Mais il est un autre aspect important, c’est celui de la communication sur les avancées et les difficultés à relever. Les médias ont donc un rôle important à jouer.

La Réunion est une île de 800.000 habitants. Et tous les jours, des avions d’une compagnie réunionnaise décollent vers quatre continents. L’Asie, l’Océanie, l’Europe et l’Afrique figurent en effet dans les destinations desservies par Air Austral. Cette situation est sans équivalent dans le monde. Aucun pays d’une population comparable à celle de La Réunion ne peut bénéficier d’une telle ouverture. C’est le résultat de décisions prises par des Réunionnais, à La Réunion. Des décisions qui sont le fruit d’un consensus entre des actionnaires très divers, dont des collectivités qui ne sont pas forcément du même bord politique.
Malgré toutes les différences de chacun, l’objectif de réaliser le désenclavement de La Réunion a réussi à tout transcender.
Réussir à trouver le consensus, prendre ses responsabilités et respecter la parole donnée sont des conditions essentielles pour avancer. Mais pour qu’ils prennent une dimension qui peut inspirer le pays, ces faits doivent être communiqués à toute la population. C’est une des responsabilités des médias.

Déclenchement d’une grève en direct au journal télé !

Mais pendant qu’Air Austral continue de progresser, ce sont d’autres faits qui sont placés sous les feux de l’actualité. Lors de la suspension du trafic aérien vers l’Europe à cause d’une éruption volcanique en Islande, Air Austral a été une des rares compagnies à maintenir quelques vols. Cela a permis d’apporter une solution rapide aux passagers bloqués à La Réunion ou en France, et cela à la différence d’autres compagnies.
Mais quelques jours après cet événement, et donc peu après l’arrivée d’une nouvelle direction à la Région, les Réunionnais ont pu assister à une grande première : le lancement en direct sur la télévision du service public d’une grève. Et cette grève concernait une partie du personnel d’Air Austral.
Comme les téléspectateurs avaient pu le constater, il y avait deux banderoles et une demi-douzaine de personnes. Mais RFO-Télé avait fait déplacer toutes les installations nécessaires à la réalisation d’un direct télévisé.
Dans n’importe quel autre pays, ce choix éditorial aurait-il pu être possible ? À-t-on déjà vu la diffusion en direct du démarrage d’une grève à Air France ? Pourtant les grèves d’Air France impliquent bien plus de personnes que la demi-douzaine avec deux pancartes filmée ce soir-là par RFO-Télé à Gillot.

Valorisons le génie réunionnais

Ce choix éditorial ne manque pas de surprendre car aucune des nombreuses premières réalisées par la compagnie réunionnaise n’a eu droit à un direct dans le journal télévisé, donc à une heure de très grande écoute.
Pas de direct pour la livraison à Air Austral de son premier Boeing 777, pour le premier vol de la compagnie vers la France, pas de direct non plus lors de l’ouverture de la ligne vers l’Australie, ou à l’occasion du premier vol vers Bangkok. Et quand l’A 380 s’est posé à Gillot, il fallait être sur place pour le voir arriver en direct.
La dernière assemblée générale d’Air Austral a rappelé combien c’est la recherche qui doit être la première priorité. Cette volonté est d’autant plus importante que notre île doit se débattre face à une très grave crise.
Ainsi, diffuser cette recherche du consensus dans toutes les cases peut être un moyen de renforcer notre cohésion face à la crise, et de montrer qu’il est possible de s’entendre au-delà des différences.
Mais au lieu de cela, le choix fait est d’imposer à l’opinion l’idée selon laquelle tout n’est que lutte pour le pouvoir et pour les intérêts personnels.
Chacun sait pourtant bien que si c’est ce type de comportement qui avait prévalu à la tête d’Air Austral, jamais la compagnie réunionnaise n’aurait atteint un tel degré de développement, et jamais elle n’aurait donc pu créer à La Réunion plus de 800 emplois durables pour des Réunionnais.
Alors pourquoi est-il si difficile pour les médias de mettre d’abord l’accent sur la réussite du génie réunionnais ?

Manuel Marchal


Kanalreunion.com