Actualités

Les adultes handicapés oubliés de l’UMP

Élections cantonales : contre la casse sociale du gouvernement — 10 —

Céline Tabou / 11 février 2011

Le gouvernement a décidé de ne prendre en compte que les personnes âgées dans le chantier sur la dépendance, mettant de côté la situation financière des adultes en situation de handicap, très souvent sujets à la précarité et à la misère.

Les syndicats reprochent au gouvernement d’avoir sciemment sous-estimé le budget de l’AAH (l’Allocation adulte handicapé) pour mettre en place des outils de mesure des résultats et des actions mis en place pour le retour à l’emploi des personnes handicapées, dont une partie devrait, selon les rapporteurs, être financée par les fonds de l’AGEFIPH (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées), a indiqué le site France Handicap.

Le principal reproche fait par les membres du gouvernement envers cette réforme est qu’elle sous-évalue systématiquement les crédits nécessaires à la couverture des besoins réels de l’AAH. De manière générale, les responsables politiques demandaient alors au gouvernement d’élaborer un budget particulier, en fonction des besoins des handicapés, en matière d’accompagnement vers l’emploi et d’insertion professionnelle. Avec la remise en cause du service d’aide à la personne, les adultes handicapés devront subir à deux reprises le coût des mesures gouvernementales.

L’octroi de l’AAH sera régi par des conditions d’attribution plus strictes : déclaration trimestrielle des revenus pour les personnes exerçant une activité professionnelle, modalités de cumul AAH–revenus du travail conduisant à une perte de 30 euros pour près de la moitié des bénéficiaires, celles-ci sont vivement contestées par la FSU.
La loi qui prévoit de faciliter le cumul de l’AAH avec un salaire afin de favoriser l’emploi des personnes handicapées a été bien accueillie par les associations de défense des droits des personnes handicapées, mais celles-ci déplorent la perte de 30 euros en moyenne des 40.000 allocataires.

L’AAH est touchée par près de 900.000 personnes et se monte à près de 700 euros maximum par mois. Elle doit être augmentée progressivement de 25% d’ici 2012.

Céline Tabou


Kanalreunion.com