Actualités

Les communistes au cœur de la dynamique du changement pour faire gagner Saint-Pierre

Un projet, des forces vives et la volonté de rassembler

Témoignages.re / 12 octobre 2013

Hier à la permanence du PCR à Saint-Pierre, le groupe de l’opposition a tenu une conférence de presse pour alerter sur plusieurs sujets importants à 6 mois des élections municipales. Krishna Damour, conseiller municipal, et Nazir Valy, proposé comme tête de liste par la Section, ont fait part des préoccupations de la population.

JPEG - 36.6 ko
Krishna Damour, Nazir Valy et des camarades de Saint-Pierre venus participer à la rencontre avec la presse hier à la permanence de la rue du Four à Chaux.

A moins de six mois des élections municipales, les élus PCR mettent en évidence « le nombre de contrats aidés qui fleurissent les rues de Saint-Pierre. Ce nombre s’accroît exponentiellement à l’approche des élections ».

À Saint-Pierre, le taux de chômage avoisine les 47%, et 50% dans certains quartiers. Par conséquent, un emploi aidé est souvent la seule solution d’augmenter ses revenus pour être moins pauvre. Les communistes estiment que ce facteur entre en compte dans la campagne , « car, d’un côté, nous avons une majorité municipale qui dispose de forts moyens tels que la gestion des contrats aidés et, de l’autre, une opposition qui dispose de peu de moyens à part un projet cohérent et une volonté farouche d’apporter le changement ».

Halte au clientélisme

« Au dernier Budget supplémentaire, près de 3,5 millions d’euros ont été consacrés aux financements des contrats aidés lorsque l’État apporte près de 1 million en recette » , précise Krishna Damour.

Pour écarter tout soupçon de détournement, les élus PCR proposent « que ce soit le Pôle Emploi qui gère l’ensemble des contrats aidés afin d’éviter toutes formes de clientélisme qui consiste à jouer sur la précarité des chômeurs » . Ils demandent à la préfecture de veiller au grain.

Pour le plus long terme, Nazir Valy et Krishna Damour sont favorables à la mutualisation des crédits des contrats précaires et du RSA pour financer deux services d’intérêt public dans l’environnement et l’aide à la personne. 15.000 emplois sont possibles. Et de rappeler que c’était un des engagements de François Hollande lors de sa campagne, lors de son discours à Saint-Louis… qui n’est toujours pas tenu.

Égalité et titularisation

Le deuxième point évoqué par les communistes de Saint-Pierre, c’est la titularisation du personnel communal. Les élus PCR demandent que l’État y contribue financièrement, afin qu’enfin soit respectée l’unité de traitement dans la fonction publique.

Car c’est l’État qui a pris la responsabilité d’abonder le salaire des titulaires de 53%. Il appartient donc à l’État de prendre en charge cette part de rémunération.

« Nous demandons donc à toutes les communes de La Réunion d’inscrire ces agents au même niveau des agents de collectivités de France hexagonale. Même salaire et même plan de carrière. Et nous demandons également à l’État d’abonder les dotations de fonctionnement des crédits suffisants aux communes pour titulariser ses agents comme ceux de l’État dans le respect de la loi qui dit qu’il doit y avoir une unité dans la fonction publique ». Cette bataille concerne toutes les communes. C’est pourquoi, en toute logique, la titularisation de tous les employés communaux de Saint-Pierre est dans le programme du PCR pour ces élections.

Sortons du marasme

Les jeunes élus ont aussi développé la déclinaison saint-pierroise de la plate-forme communale du PCR. Ce projet vise à relancer l’activité à Saint-Pierre, afin que la ville puisse pleinement tirer parti de ses atouts. Avec un port et un aéroport à proximité, le taux de chômage est intolérable.

Nazir Valy a conclu sur le nécessaire rassemblement pour conquérir Saint-Pierre en mars prochain, et des discussions sont en cours.

Le PCR met donc ses propositions sur la table dans l’objectif que Saint-Pierre puisse être la ville modèle qui rayonne en harmonie avec son authenticité culturelle.

Relançons les Maisons de quartier

Il s’agit de réinvestir les Maisons de quartier… ce qui ressort notamment de nos portes à portes, c’est la désertion des associations de ces structures sociales. Or, dans les quartiers qui souffrent d’un taux de chômage qui avoisine parfois le seuil de 50%, les Maisons de quartier peuvent jouer un rôle palliatif en direction des jeunes et afin de contribuer à prévenir la délinquance…

Certes, certains quartiers comme celle de la Ravine Blanche ont connu un extraordinaire réaménagement dans le cadre du plan ANRU… mais cela ne suffit pas.

Et pour poursuivre dans le cadre du développement des quartiers. Nous savons et nous nous félicitons que Saint-Pierre soit devenue une ville évènementielle, mais nous regrettons que cela se fasse au détriment des quartiers.

Investissons dans l’école

Au niveau de l’éducation, les élus PCR déplorent le manque d’ambition. « Nous devons participer, en partenariat avec l’Éducation nationale, à instaurer l’excellence dans les écoles de Saint-Pierre par l’instauration de l’anglais dès le plus jeune âge… afin de participer à l’épanouissement des jeunes enfants de Saint-Pierre et de les préparer au collège ».

À Saint-Pierre, le PCR propose l’utilisation des TIC dans l’ensemble des écoles, la généralisation des cours de théâtre dans les écoles est primordiale.

Autrement dit : « Nous nous engageons à mettre l’éducation au centre de notre programme pour préparer les jeunes de la ville à aborder la vie active avec plus d’assurance et de compétences ».

Valorisons le port et le tourisme

Les élus PCR proposent des investissements structurants , « capables de rééquilibrer la micro-région Sud et apte à répondre à notre essor démographique ».

Ils évoquent le prolongement du quai de Terre Sainte afin d’accueillir des bateaux de croisière pour impulser une véritable filière touristique. Une articulation économique autour de ce projet pourrait entraîner un développement économique et repositionner Saint-Pierre sur la voie de la croissance pour de vrais emplois. « Nous envisageons un réseau de tables d’hôtes, de sentiers équestres ou de taxis… Ce sont des centaines d’emplois directs ou indirects qui pourraient être créés dans le cadre d’un vrai développement touristique » .

Au programme également, l’extension de l’aéroport de Pierrefonds.

Enfin, les communistes proposent la conciliation entre les concurrents en matière d’offres culturelles, afin que les deux multiplexes puissent sortir de terre le plus rapidement possible dans l’intérêt des sudistes.
Des querelles qui fatiguent la population

Les élus communistes donnent un coup de projecteur sur les querelles de pouvoir qui éclatent au grand jour, sous les regards médusés des Saint-Pierrois qui attendent beaucoup plus de la responsabilité des politiques. Les Réunionnaises et les Réunionnais attendent désespérément le changement depuis l’élection de François Hollande, mais en plus, ils assistent à une mascarade de politique politicienne.

Illustration de ce mélimélo : « C’est ainsi qu’on peut constater que la suppléante du député de la circonscription soutenue par le PS livre bataille à un ancien candidat d’une ville voisine de Saint-Pierre qui se déclare également du PS, mais de manière inavouée, qui lui est soutenu par le député de la circonscription ».

Ces luttes de pouvoir ne sont-elles pas « une contribution à la défection de la fréquentation des bureaux de votes ».

À Saint-Pierre, le PCR se concentre sur les préoccupations de la population, c’est pourquoi il travaille à un véritable projet pour Saint-Pierre.


Kanalreunion.com