Actualités

Les communistes pour le rassemblement le plus large de la population

Mardi soir à Sainte-Suzanne, la réunion de travail des responsables du Nord-Est se transforme en un meeting de plusieurs centaines de personnes

Correspondant Témoignages / 25 septembre 2014

Ce mardi, les représentants des sections PCR du Nord-Est s’étaient donné rendez-vous à Sainte-Suzanne. La rencontre a permis de débattre sur les sujets d’actualité. La campagne d’explication des militants communistes se poursuit, car la population doit être informée de toutes les questions importantes passées sous silence dans les médias.

JPEG - 71.1 ko
La réunion de travail s’est transformée en meeting mardi à Sainte-Suzanne.

Quelques heures après la conférence de presse de Paul Vergès, les responsables des sections communistes de la région allant de Saint-Denis à Sainte-Rose devaient se retrouver à Sainte-Suzanne pour une réunion de travail habituelle. Mais face à l’importance des questions actuellement posée, et devant le silence des médias sur ces problèmes, la réunion de travail s’est transformée en meeting. Outre les représentants des directions de section, de nombreux militants sont venus à Sainte-Suzanne pour avoir dans les mains les moyens d’informer la population sur les faits graves qui se préparent.
Les camarades de Sainte-Suzanne ont réussi à accueillir tout le monde, et la réunion a eu lieu au Bocage Lucet Langenier.
Il a tout d’abord été question de la politique du gouvernement. Pour les communistes, il est clair qu’elle ne va pas dans le sens des intérêts des plus pauvres. La moitié des Réunionnais vivent sous le seuil de pauvreté, qu’ont-ils à espérer d’un gouvernement dont le chef se fait applaudir par le MEDEF ?
Malgré tout, il s’est trouvé des députés de La Réunion qui disent qu’il faut faire confiance. Les 5 socialistes ont voté pour, Huguette Bello et Thierry Robert n’ont pas voté contre. Tôt ou tard, ils devront bien expliquer à la population ce choix.

Canne à sucre : rien n’est réglé

Le second point à l’ordre du jour, c’est la filière canne. François Hollande est venu à Bois-Rouge pour en parler. Tout d’abord, une certitude : le quota et le prix garanti du sucre, c’est terminé en 2017. Ensuite, une inquiétude : Hollande n’est pas venu avec le soutien de l’Europe pour que la France puisse verser 128 millions d’euros par an aux planteurs et à l’usinier pour faire face à la concurrence mondiale. Il a dit qu’il est d’accord pour verser l’argent, mais il a dit aussi que l’Europe n’a pas encore donné sa décision.
Les planteurs savent que la Convention canne se termine à la fin de l’année. A moins de trois mois de la fin de la coupe, l’Europe n’a pas encore donné sa décision. Comment dans ses conditions négocier une convention-canne pour 6 ans ?
Donc rien n’est réglé, et c’est un grave problème, car de Saint-Denis à Sainte-Rose, toutes les communes ont des plantations de canne à sucre. C’est donc la menace d’une catastrophe sociale car qui peut croire que Tereos restera ici pour acheter la canne s’il n’arrive pas à vendre le sucre produit à La Réunion.

Où est la concertation ?

Le troisième point, c’est l’octroi de mer. Aujourd’hui, c’est une taxe qui permet aux produits réunionnais de pouvoir être au même niveau de prix que les marchandises importées. Cette taxe alimente aussi les caisses des communes et du Conseil général. Mais c’est une dérogation au droit commun de l’Europe. Cela se termine à la fin de l’année. Pour obtenir une prolongation, un rapport doit être rendu. Le PCR a appris qu’un rapport a été déposé à Bruxelles. Mais qui a été consulté ? Encore une fois, sans concertation, nous sommes mis devant le fait accompli.

La crise de l’emploi

Le dernier point était le plus crucial. C’est la situation de l’emploi dans le pays. Depuis quelques jours, les jeunes manifestent surtout à Saint-Denis. Comme tout le monde, ils ont vu et entendu le président de la République annoncé 40.000 contrats d’avenir. Ils veulent donc que cela s’applique tout de suite, et ils décident de lutter pour que l’engagement soit respecté.
Cela renvoie au drame de la jeunesse. Tous les ans, 10.000 bacheliers, et quelques années plus tard ils demandent à travailler au pays. Mais le système ne permet pas de créer suffisamment d’emplois. Tout doit être remis à plat.
Devant tous ses problèmes, le PCR propose le rassemblement le plus large possible autour d’un projet pour faire avancer notre pays. La campagne des adhésions, c’est le moment de rencontrer la population pour l’informer des graves menaces, et pour appeler à la mobilisation.

Cette campagne sera menée tambour battant, car dans moins de 6 mois, ce seront les élections d’une nouvelle assemblée, le conseil départemental. La carte des cantons est bouleversée, et le gouvernement a choisi de précipiter les choses.
Les communistes seront au rendez-vous pour défendre les intérêts de la population.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • La Réunion doit plus que jamais lutter pour qu’une large ahésion, sincère , humaniste se fasse pour affronter avec courage, détermination, désintéressement ; dans le respect des personnes et des biens ce quotidien , ce présent et cette avenir morose.
    IL ne faut surtout pas se tromper d’adversaire, nous savons tous que le choix d’une société libérale ne créer pas le miracle pour tout le monde, la dictature de la finance ignore ceux qui sont en difficultés ; donc pas d’amalgame possible , car à mon humble avis se serait trahir la voie de l’Humanisme.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com