Actualités

Les délégués adoptent la proposition d’Élie Hoarau

Nouvelle direction et secrétariat général collégial

Céline Tabou / 8 juillet 2013

Pour la première fois de son histoire, des élections à bulletin secret (« oui » ou « blanc ») ont été réalisées au Congrès du Parti Communiste Réunionnais. 364 personnes ont voté dans les urnes, sur les 486 mandats détenus par les organisateurs.



Parmi les votants, 59 personnes n’ont pas validé la liste proposée. Ces derniers ont coulé des bulletins « blancs, nuls, ou avec des propositions diverses », a annoncé Claude Hoarau. Cependant, 295 personnes ont validé la proposition faite par la Commission Politique du 8ème Congrès du PCR, ce qui représente 84,28% des participants. Maurice Gironcel, Sylvie Mouniata, Ary Yée Chong Tchi Kan, Yvan Dejean et Fabrice Hoarau ont été élus secrétaires généraux du PCR. Ils succèdent à Élie Hoarau.

JPEG - 93.9 ko

À la tribune, Ary Yée Chong Tchi Kan a évoqué ces 59 votants : « cette affaire m’inquiète, car peut être que les camarades n’ont pas eu les informations nécessaires pour avoir un vote en confiance, ou il y a d’autres contenus ». Dans ce cas, ce dernier a expliqué que « la priorité est de rencontrer ces 59 personnes, pour avoir un parti uni au service de la société réunionnaise ». Ary Yée Chong Tchi Kan s’est excusé, « si c’est ma faute, mais sinon, nous devons échanger », car « comme l’a dit Paul Vergès, prenez la parole. Merci à ces 59 personnes de nous avoir dit qu’il y a un problème ». De son côté, Maurice Gironcel a indiqué que sur 41 bulletins était inscrit "Élie Hoarau".

« Ce parti a construit l’avenir »

Claude Hoarau a félicité « ceux qui vont faire un pas dans l’inconnu. Ils vont assumer une énorme responsabilité. Sans doute qu’ils ne la mesurent pas eux-mêmes ! ». Ce dernier est revenu sur ces années de militantisme au sein du Parti, évoquant Jean Saint-Marc et tous les militants et militantes du parti, Claude Hoarau a indiqué que « Paul Vergès a tout apporté. Ce parti a construit l’avenir. Que serait le PCR et La Réunion, sans les sacrifices des militants et militantes et de ceux qui ont bâti le parti ».

Claude Hoarau est revenu sur la Fête de “Témoignages”, en 1956, où alors jeune homme, il avait découvert que les chanteurs de Maloya couvraient leurs instruments par des feuilles de coco, car « c’était interdit ». « Quand dans la nuit on entendait du Maloya, on savait que c’était une réunion du Parti communiste réunionnais, parce qu’il n’y avait pas de réunion communiste sans Maloya, c’était impossible ». Cela « montre que le parti est la conscience de notre peuple, nos familles ont souffert, je pense aux gens venant des grandes familles », qui étaient frappés, emprisonnés, arrêtés parce que « l’un des membres de leurs familles était syndicaliste ou communiste ». Rendant hommage aux militants et militantes décédés, Claude Hoarau a indiqué qu’ils ont été « l’objet de vibrants hommages durant ce combat. « Je pense à ceux qui ont été emprisonnés, pour avoir participé à des manifestations du PCR ».

« Un congrès exceptionnel »

Pour Claude Hoarau, le 8ème congrès du PCR a été un « congrès exceptionnel », indiquant : « On sera toujours là. Mais votre responsabilité est immense, vous ne devez pas décevoir ». Face à cette « responsabilité considérable. Je serai profondément choqué, si je la voyais s’éloigner de la ligne pour laquelle nous nous sommes battus ». Claude Hoarau a appelé les nouveaux secrétaires généraux à être des « militants du bord de la route. On a besoin d’un parti éclairé par vous. C’est le temps de la réflexion et l’erreur interdite parce que trop d’espérance repose sur ce parti qui est le seul qui construira la nation réunionnaise, un jour. Il faut que vous soyez là ».

En 1959, « on avait dit qu’on était un peuple » et que l’« on avait droit de revendiquer la souveraineté. Quelques années après, on l’a inscrit dans notre texte de base, indiquant la responsabilité aux Réunionnais et la mise en place d’un fonds de développement réunionnais. Demain, on aura bâti un peuple uni, responsable et souverain », a indiqué Claude Hoarau. Pour conclure, ce dernier a déclaré, « vous pourrez compter sur nous, nous serons toujours là. Les responsabilités sont immenses, sachez les exercer avec humilité ! ».

 Céline Tabou 

Rapport de la Commission des mandats

Les données du 8e Congrès de PCR


• Risham Badroudine a exposé les statistiques de ce huitième congrès, sur les 486 mandats délivrés à l’ouverture de cet évènement, 37,5% sont des femmes et 62,5% sont des hommes. En comparaison avec les données de 1959, année de création du PCR, seuls 20% de femmes étaient présentes. L’âge moyen dans ce congrès est de 48 ans, le PCR compte 8,9% des 18-30 ans, 72,5% des 30-60 ans et enfin, 18,6% des plus de 60 ans. Le niveau d’étude des délégués est de 24,5% pour le primaire, 54,5% pour le secondaire et 20,8% pour le supérieur. Parmi les 486 délégués, 27,8% sont sans emploi et 78,3% ont une activité. Concernant le niveau des revenus, les délégués touchant des minimas sociaux sont de 27,8%, au SMIC, 25,20%, entre le SMIC et 2.500 euros sont 35,10% et 11,80% à avoir un revenu supérieur à 2.500 euros. Ce dernier a indiqué que 21,70% des délégués étaient abonnés à “Témoignages”, une situation dénoncée par Maurice Gironcel, lors de son discours de clôture, « c’est inadmissible, il faut faire le nécessaire pour que cela change ». D’autant plus que 24,60% des délégués sont abonnés à un autre journal.

« La victoire de l’émancipation de notre peuple pour construire La Réunion de demain »


• Patricia Coutandy a présenté la déclaration finale du 8e Congrès « de la victoire de l’émancipation de notre peuple pour construire La Réunion de demain ». Cette dernière a affirmé que « les délégués ayant participé à cet évènement historique tiennent avant tout à souligner sa formidable réussite. Ils remercient particulièrement toutes les personnes qui ont pris part à ce succès ». Cette dernière a évoqué « les interventions et échanges d’idées, à la fois très riches et fraternels, auxquels ont participé beaucoup de jeunes, ont suscité un immense enthousiasme chez l’ensemble des participant(e)s ».

Cette dernière a indiqué que « les délégués au Congrès se félicitent de la communion chaleureuse qui les a rassemblés autour de la relance du Parti sur la base de ses valeurs fondamentales cultivées depuis 54 ans, avec de vibrants hommages aux militantes et militants ayant consacré leur vie à ce combat ». Patricia Coutandy a conclu, en expliqué que « ce succès fait plus que jamais du PCR, le partir de l’espoir des Réunionnais, pas l’union de notre peuple sur des objectifs essentiels, qui sont exposés dans la résolution du congrès » lue par Aurélie Crescence.

L’unité des Réunionnais et des peuples en lutte


• Sous le signe de la solidarité et de la fraternité, les délégués ont voté l’unanimité, les messages de soutien envers les peuples malgache et chagossien. Simone Yee Chong Tchi Kan a expliqué que « Madagascar est confronté à une invasion massive de criquets qui met en péril sa sécurité alimentaire », c’est pour cette raison que « le 8e Congrès du PCR lance un appel au rassemblement des Réunionnais pour venir en aide au peuple malgache. Il demande aux collectivités d’exprimer concrètement leur solidarité. Il encourage et soutiendra les initiatives qui permettront à notre pays de sauver des vies à Madagascar ». De son côté, Maryse Dasche a appelé « à la solidarité des Réunionnais, des peuples de l’Océan Indien et de l’opinion publique internationale afin de faire cesser cet état de violence à l’égard des Chagossiens, afin que leur droit au retour dans de bonnes conditions matérielles soit assuré ».

Aurélie Crescence a de son côté, présenté une « résolution sur le rassemblement des Réunionnais », indiquant que « face à la gravité de la crise et ses conséquences », le PCR appelle à « unir les Réunionnais sur des objectifs essentiels ». Elle a expliqué que « nous arrivons aujourd’hui au constat que ce que proposait le Congrès fondateur du PCR en 1959 : la responsabilité politique, économique, sociale, culturelle et environnementale, s’impose de plus en plus à tous et toutes ». Rappelant la « reconnaissance de notre analyse » qui « n’est plus contestée. Il faut donc changer, maintenant ». Elle a précisé que « François Hollande doit respecter ses engagements pris le 1er avril 2012 », car la situation économique et sociale est « désastreuse à La Réunion ».

Enfin, les congressistes ont voté à l’unanimité pour cette résolution, qui indique que « plus que jamais, il faut une solution globale de sortie de crise. Pour y parvenir, il faut que les Réunionnaises et les Réunionnais se rassemblent ». De son côté, Sylvie Mouniata a félicité les nouveaux bacheliers, rappelant le contexte économique et social morose et les difficultés des jeunes à trouver un emploi. Durant plusieurs minutes, les congressistes ont apporté leur solidarité en « contribuant spontanément », « un acte qui prouve que chaque jour, nous pouvons retrouver cet élan de solidarité, comme par le passé », a indiqué la présidente de séance.


Kanalreunion.com