Actualités

Les députés devront assumer leurs responsabilités

Vote du Budget 2015 à une très faible majorité

Manuel Marchal / 19 novembre 2014

266 voix pour et 247 contre : les députés ont voté en première lecture un budget d’une austérité sans précédent. Rompant une nouvelle fois la solidarité avec les communistes qui l’ont accueillie dans leur groupe, Huguette Bello s’est abstenue. Quant aux 5 socialistes, ils ont voté pour.

JPEG - 89.9 ko
L’Assemblée nationale a adopté hier en première lecture le Budget 2015 à 9 voix de majorité.

Le projet de Budget 2015 prévoit d’importantes restrictions. Il s’agit de la mise en œuvre du Pacte de responsabilité et du plan d’économies lié. Cela se traduit par la programmation sur 3 ans d’une baisse de 11 milliards de la dotation de l’État aux collectivités. Les services de l’État seront eux aussi mis à contribution. Tout ceci n’annonce rien de bon pour la population réunionnaise. L’importance des services publics augmente en fonction de la faiblesse du revenu. Comme à La Réunion, près de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, il est impossible pour elle de se tourner vers les prestations du secteur privé pour tenter de compenser ce que l’État ne fera plus.

L’impact sur les collectivités sera également important. La commande publique joue en effet un rôle essentiel dans l’activité économique. La baisse des dotations va amener à des arbitrages. Les collectivités devront décider comment compenser la baisse de recettes. Soit elles diminuent leurs dépenses de personnel en mettant des travailleurs au chômage, soit elles augmentent les impôts, soit elles annulent ou retardent des investissements. Il est clair que les deux premières solutions sont beaucoup plus impopulaires que la troisième. Les entreprises peuvent donc s’attendre à de nouvelles difficultés.

Abstention des 3 ex-ministres PS

En France, l’impact d’une telle politique sera plus faible qu’à La Réunion. Mais cela donne des prises de position sans commune mesure avec celles des députés de La Réunion. C’est en effet cette politique d’austérité qui est en train de créer une division au sein même du parti présidentiel.

Au moment du vote, l’expression était très claire. 37 députés PS se sont abstenus dont trois anciens ministres : Dephine Batho, Aurélie Philippetti et Benoît Hamon. C’est la confirmation d’un mouvement entamé au moment de la réorientation de la politique du gouvernement vers le social-libéralisme. Avec la perspective d’un Congrès du PS l’année prochaine, cette contestation ne manquera pas d’être un fil conducteur de l’actualité politique en France au cours des prochains mois.

Les votes des 7 députés

Mais à La Réunion, les députés du PS ne se situent pas dans ce camp de la contestation. Tous ont voté le projet de Budget. Autrement dit, Patrick Lebreton, Jean-Jacques Vlody, Monique Orphé, Ericka Bareigts et Jean-Claude Fruteau ont soutenu sans réserve le gouvernement.

Du côté des députés communistes, c’est le vote contre qui a prévalu. Mais Huguette Bello a une nouvelle fois refusé d’être solidaire avec le groupe communiste qui l’a accueillie. Elle s’est abstenue. Son refus de voter contre un tel texte ne va pas manquer d’ouvrir la voie à des interprétations faisant le lien avec les élections de l’an prochain. Après son abstention sur le vote de confiance à la politique générale du gouvernement, elle confirme.

Seul Thierry Robert a voté contre. Il a donné une explication pour justifier son vote, ce que n’ont pas fait les 6 autres députés.

Le projet de Budget doit maintenant être examiné par le Sénat qui y apportera sans doute des modifications, puis à nouveau par l’Assemblée nationale. S’il est appliqué en l’état, il aggravera la situation à La Réunion. Les députés qui ont voté pour ou laissé faire seront alors face à leur responsabilité. Ils devront expliquer pourquoi ils ont choisi de privilégier les intérêts du gouvernement plutôt que celui des Réunionnais.


Kanalreunion.com