Actualités

Les Directions parisiennes du PS et de l’UMP étaient les seuls invités du débat final

Étrange choix éditorial de RFO Paris

Manuel Marchal / 3 octobre 2009

Jeudi soir, la retransmission télévisée de la synthèse des États-généraux s’est terminée par un plateau télé dans les studios de RFO-Télé. Tout d’abord, les journalistes de RFO ont organisé un débat entre Éric Raoult, délégué à l’Outre-mer de l’UMP, et son homologue du PS, Axel Urgin.
Puis c’était une sorte de club de la presse qui s’est tenu. Étaient présents des journalistes du "Figaro", du "Parisien" et de "Mediapart".
Cette conclusion démontre tout d’abord une volonté de la part des partis parisiens d’accaparer les États-généraux. Tous les téléspectateurs ont en effet noté l’absence de responsables politiques de l’Outre-mer sur ce plateau. C’est comme si dans l’Outre-mer, l’échiquier politique se résumait à l’affrontement PS-UMP. À La Réunion, il suffit de voir la composition des différentes assemblées, et notamment des majorités, pour constater que cette vision typiquement parisienne ne résiste pas à la réalité dans notre pays.
L’organisation d’un débat entre journalistes de la presse parisienne sur les États-généraux renforce ce sentiment de tentative d’OPA. C’est pourtant paradoxalement à l’opposé de l’esprit des États-généraux de l’Outre-mer. Décidément, à Paris, il est bien difficile pour certaines personnes de se libérer des séquelles coloniales dans leur approche des relations entre la France et l’Outre-mer.

M.M.


Kanalreunion.com