Actualités

Les emplois aidés : solution au chômage pour François Hollande

Intervention télévisée du président de la République

Céline Tabou / 8 novembre 2014

Lors de son intervention télévisé, jeudi 6 novembre, « Face aux Français », François Hollande n’a pas fait d’annonce supplémentaire concernant l’emploi et sa volonté d’inverser la courbe du chômage.

JPEG - 24.6 ko
Les plus grandes difficultés sont encore devant François Hollande.

Au cours de son interview télévisée, reconnaissant avoir « pu commettre des erreurs », François Hollande a évoqué notamment le chômage. « J’avais parlé de l’inversion de la courbe du chômage. Ce n’est pas venu, je m’en suis fait reproche parce que c’était une espérance pour beaucoup », a ajouté le président.

Pas de nouvelle mesure

Le chef de l’État a repris l’annonce faite par son Ministre du Travail, François Rebsamen, en octobre, d’augmenter de 50.000 à 100.000 emplois aidés supplémentaires dans le projet de loi de finances 2015. Ainsi, le coup de pouce mis en avant par François Hollande sur les emplois d’avenir (15 000 supplémentaires en 2015, en plus de 50.000 budgétés initialement) était déjà connu. En effet, la mesure vient d’être votée par l’Assemblée nationale.
La seule innovation du président est l’ouverture des critères de ces contrats aux personnes diplômées, alors que les emplois d’avenir sont principalement destinés aux jeunes décrocheurs) et ciblés sur les métiers verts.

À l’heure où les contrats aidés peinent à être utilisés par les collectivités, la décision du gouvernement d’en ajouter devrait une fois de plus peser sur les finances publiques nationales et locales. En Effet, ce recours aux contrats aidés coûte 3,2 milliards, uniquement pour 2015.

Un chômage de masse à La Réunion

À La Réunion, la polémique sur les 17 000 contrats aidés non utilisés a enflé durant un moment. Avec l’annonce de François Hollande, des voix devraient à nouveau s’élever. Car une enveloppe supplémentaire devrait être annoncé pour La Réunion, alors qu’il reste des contrats non attribués.

Ces contrats, comme les précédents, ne règlent pas le problème de fond du chômage à La Réunion. En effet, la crise structurelle que connaît le département depuis plusieurs décennies, nécessitent des changements profonds et une remise en cause du système économique en tout premier lieu.

Les annonces faites par le chef de l’État, lors de sa venue le 21 août à La Réunion et de son intervention télévisée, mettent en évidence les difficultés pour le gouvernement de trouver des solutions au chômage à La Réunion. Une situation qui a conduit plusieurs groupes de personnes à se mobiliser devant les mairies, afin d’obtenir ces contrats aidés (40 000 selon uns, 4 000 selon les autres) promis.

Une aide pour les seniors

Seul bémol pour de nombreux observateurs, la main tendue aux chômeurs seniors. Le chef de l’État a annoncé le retour d’une allocation pour les chômeurs qui ont suffisamment cotisé mais qui n’ont pas atteint l’âge de la retraite. Cette prestation avait été supprimée en janvier 2011 par Nicolas Sarkozy, afin de « les conduire à la retraite ». Désormais, cette nouvelle aide devrait s’apparentait à l’Allocation équivalent retraite (AER). Cette allocation permettait aux chômeurs âgés de faire la jonction entre fin du chômage et retraite.

François Hollande a également évoqué la création d’un contrat aidé pour les chômeurs seniors à qui il manque quelques trimestres de cotisation. Or, la réforme de la retraite votée par le gouvernement oblige à cotiser 42,5 années. Le chômage de masse à La Réunion, chez les seniors, ne leur permet pas d’obtenir une retraite pleine, hormis pour les fonctionnaires. En effet, ces derniers cotisent quatre ans pour trois ans de travail.


Kanalreunion.com