Actualités

Les forces du changement progressent encore

J -16 avant la présidentielle, Sarkozy n’avance plus

Céline Tabou / 6 avril 2012

Selon un sondage CSA pour BFM/RMC/20 minutes/CSC, Nicolas Sarkozy est stable avec 30% des intentions de vote au 1er tour de la présidentielle, mais l’écart avec François Hollande se resserre, ce dernier gagne 3 points à 29%. La précédente enquête date des 26 et 27 mars. Au 1er tour, Jean-Luc Mélenchon s’installe à la 3e place avec 15% (+ 2,5) devant Marine Le Pen à 13% (- 2) et François Bayrou avec 10% (- 2,5).

À moins de trois semaines du premier tour, les meetings s’enchainent ainsi que les révélations des différents programmes. À droite, Nicolas Sarkozy tente de monopoliser les votes centristes, François Bayrou peine à remonter dans les sondages, plombés par son concurrent du Front de Gauche, qui entre dans le Top 3 du premier tour. De leurs côtés, Marine Le Pen est créditée de 13% (- 2), Éva Joly (1,5%, - 1), puis à 0,5% chacun Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, et Nicolas Dupont-Aignan, dont les scores sont inchangés, tout comme celui de Jacques Cheminade, inférieur à 0,5%.

Nicolas Sarkozy stagne

Après un passage à La Réunion, le candidat de la droite tente de récupérer les voix des milieux populaires. Mais après une politique destinée au grand patronat et ses frasques sur le yatch de Bolloré, le candidat tente d’appeler à l’aide, « aimez-moi », répète-t-il. C’est devant ses partisans, qu’il en demande au « peuple de France », à « la majorité silencieuse à laquelle on ne pourra plus jamais dire ce qu’elle doit faire » de voter pour lui.
Ce dernier a toutefois déclaré la guerre aux syndicats, qui ont décidé de rejoindre le Front de Gauche. Car depuis son entrée en campagne, Nicolas Sarkozy est en guerre contre les syndicats, qui « paralysent » la France.

François Hollande présente de nouvelles propositions

Le candidat socialiste a reçu le flambeau des mains de Ségolène Royal au meeting de Rennes (Ille-et-Vilaine. Cette dernière a réalisé un score record à La Réunion, à la précédente élection avec plus de 60% des voix. François Hollande a présenté les 35 mesures qu’il mettra en œuvre dès la première année de mandat, en cas de victoire. En dépit des accusations, le candidat socialiste s’est dit prêt à gouverner : « Nous sommes prêts. Prêts à agir. Prêts à décider. Prêts à changer ». Parmi ces mesures, l’augmentation de 25% de l’allocation de rentrée scolaire par décret ainsi que le blocage pour 3 mois des prix des carburants, l’abrogation de la circulaire Guéant sur les étudiants étrangers ou encore le droit au mariage et à l’adoption pour tous les couples et le droit de finir sa vie dans la dignité. Ces mesures ont été détaillées lors du meeting de Rennes avec Ségolène Royal. François Hollande a dénoncé « l’échec d’un président, d’un gouvernement, d’un système qui se nomme le libéralisme, la mondialisation sans limites, la finance folle », ce qu’il promet de changer.

Jean-Luc Mélenchon, le 3e homme de la campagne

Jeudi soir, un rassemblement populaire s’est tenu à Toulouse, à l’heure ou “Témoignages” clôture son édition, il était attendu des dizaines de milliers de personnes. En attendant ce rassemblement, Jean-Luc Mélenchon est qualifié de 3e homme de la campagne avec des intentions de vote entre 14 et 15%. La dynamique du Front de gauche persiste et s’intensifie. Parvenu à rassembler, Jean-Luc Mélenchon devrait pouvoir compter sur le vote des syndicats. Une soixantaine de syndicalistes, parmi lesquels Gilbert Garrel, secrétaire général de la fédération CGT des cheminots ou encore Jean-François Téaldi, secrétaire général du SNJ-CGT de France Télécom, appellent à voter pour Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle et pour les candidats du Front de gauche aux législatives. Pour eux, comme de nombreux partisans et soutiens affichés du candidat du Front de Gauche, le programme de ce dernier reflète les préoccupations des travailleurs, chômeurs, jeunes et des luttes syndicales.

Céline Tabou


Kanalreunion.com