Actualités

Les militants à l’œuvre

Élections cantonales

Témoignages.re / 18 mars 2011

A quelques jours du premier tour, les militants continuent à rencontrer la population pour expliquer les enjeux de ces élections cantonales. Exemple à Saint-Denis, où deux cantons sont renouvelables : Domenjod-La Bretagne et Sainte-Clotilde. Ambiance.

A Sainte-Clotilde, la permanence d’Alain Zanéguy et de sa suppléante Béatrice Ethève est occupée par les militants. Ils sont près de 200 à se relayer sur le terrain et à s’occuper de la campagne, affirme Gilles Mazeau, le coordonnateur de l’équipe, de son surnom « Zil ». « Ce sont des natifs de Sainte-Clotilde, des citoyens qui ont envie de s’impliquer pour leur canton », ajoute-t-il.
La matinée commence par une réunion pour mettre au point le programme de la journée. Hier, ils étaient déjà nombreux, hommes et femmes, jeunes et gramounes, à mettre la main à la pâte. Au menu, la distribution des programmes en porte-à-porte et trois meetings à organiser pour la soirée, avant le rassemblement final ce soir à Alamanda.
« Nous expliquons d’abord les enjeux de ces élections cantonales. Peu de gens savent que c’est la dernière fois qu’elles se déroulent de cette façon. Ensuite, nous expliquons le rôle du conseiller général et nous présentons notre candidat », explique Zil.
Guito, de son petit nom gâté « Guito la Broche », boute-en-train de l’équipe, en est persuadé : « le travail sera récompensé le 20 mars ». Il exprime ce que les militants ressentent sur le terrain. « C’est 100% positif. Notre candidat est le bienvenu pour beaucoup de personnes », affirme Yanise. « Alain Zanéguy est très social, très humain, toujours à l’écoute des gens, très proche de la population », ajoute Christine. La campagne se déroule dans la bonne entente et l’esprit d’équipe.
Pour Alain Zanéguy, « les militants sont mobilisés et la population est consciente qu’il faut renforcer la majorité actuelle au Conseil général. Le message est passé, nous sommes très confiants et pensons mobiliser dès le premier tour ».

Domenjod-La Bretagne, « une Réunion en miniature »

A Domenjod-La Bretagne, Radja Véloupoulé et sa suppléante Bélinda Adékalom se relayent sur le terrain, le plus important pour eux étant le contact direct avec la population dans ce « canton difficile ». La population exprime une volonté de changement, elle veut voir un nouveau visage et estime que le travail du conseiller général sortant Gérald Maillot est bien, mais insuffisant, indique Radhja Véloupoulé.
Cependant, le canton est marqué par 40% d’abstention en 2004 et, visiblement, une grande partie des 9.000 inscrits sur liste électorale n’ont pas changé d’opinion, note encore le candidat PCR-Alliance. Sur le terrain, l’objectif est donc de rétablir la volonté de citoyenneté via le vote et de mobiliser la jeunesse qui croit que « tous les politiciens se ressemblent ». « Je leur explique que je suis membre de la société civile et que l’on peut faire de la politique sans en faire un métier. D’ailleurs, je suis consultant-formateur », indique Radja Véloupoulé. Ce qui frappe le candidat, c’est « le grand sentiment de désabusement et de désenchantement par rapport à l’univers politique ». Malgré tout, « nous sommes bien reçus chez les gens », note-t-il.
Le canton est « une Réunion en miniature », à la fois rurale et urbanisée, caractérisée par une forte présence des jeunes, mais aussi de gramounes. Bélinda Adékalom, avec son sac à dos et quelques militants, était à Domenjod hier matin pour le porte-à-porte. « Mi ésplik demoun ke si zot i vé i sanz, i fo zot i mèt a zot devan », indique la suppléante. Bélinda Adékalom affirme être confrontée à la misère sociale : les problèmes de logement, les mères seules avec leurs enfants et qui n’arrivent pas à les nourrir en fin de mois, les gramounes qui demandent de l’aide pour remplir leur formulaire d’APA (Aide personnalisée à l’autonomie), etc. « Nana demoun i apèl a nou », assure Bélinda Adékalom. C’est de cette façon que s’organisent les réunions.

Texte et photos EP


Kanalreunion.com