Actualités

Les motions déposées par l’Alliance : la marque des prochains événements à la Région Réunion

Retour sur la dernière assemblée plénière du Conseil régional

Témoignages.re / 6 novembre 2010

Voici de larges extraits des motions lues jeudi lors de l’assemblée plénière de la Région. Aucune d’entre elle n’a donné lieu à un débat, car Didier Robert a pris à chaque fois une décision rapide : mise aux voix ou renvoi en commission. Il en découle des conséquences immédiates dans le calendrier de la Région.

Motion adoptée : Emploi et développement durable

Sauver la filière photovoltaïque maintenant

Extraits de la motion présentée par le groupe de l’Alliance relative à la filière photovoltaïque et au projet de loi de finances 2011. Cette motion a été adoptée à l’unanimité.

« Considérant la remise en cause du dispositif actuel de défiscalisation concernant l’activité du photovoltaïque outre-mer

Considérant que les modifications contenues dans le projet de loi portent gravement atteinte aux conditions de développement de la filière

Considérant la contribution du développement de la filière photovoltaïque à l’activité économique d’une part, et à l’objectif d’autonomie énergétique de La Réunion initié en 1998 par la Région Réunion et repris dans le projet présidentiel Réunion 2030-GERRI

Considérant la mobilisation et le cri d’alarme des acteurs de la filière

Considérant l’amendement au projet de loi présenté par les parlementaires de l’outre-mer visant à sauvegarder un niveau d’aides suffisant pour assurer la survie de la filière

Considérant que cet amendement, bien qu’il n’ait pas été adopté en 1ère lecture lors de l’examen du projet de loi, a bénéficié d’un large soutien

Considérant la poursuite de la discussion parlementaire au Sénat, et en 2ème lecture à l’assemblée avant le vote définitif du projet de loi

Le Conseil régional, réuni en assemblée plénière le 4 novembre 2010 :

- exprime sa vive inquiétude face au danger du démantèlement d’une filière participant à l’activité économique, aux objectifs de l’autonomie énergétique et aux orientations de la Région de faire de La Réunion « une île solaire » ;

- face à l’urgence de la situation, demande au Président du Conseil Régional d’intervenir sans délai auprès du gouvernement afin qu’il accueille favorablement l’amendement présenté par les parlementaires d’outre-mer


Motion adoptée : propositions de La Réunion pour la stratégie nationale d’adaptation au changement climatique

Réunion extraordinaire du Conseil régional avant le 23 novembre

Voici des extraits de la motion présentée par le groupe de l’Alliance relative à la contribution de La Réunion au Plan National d’Adaptation sur les changements climatiques

« Considérant les orientations du Grenelle de l’Adaptation et le processus engagé par le gouvernement pour l’élaboration et l’adoption d’un Plan National d’Adaptation Climat

Considérant la concertation engagée à cet effet par le gouvernement dans l’ensemble de la Métropole et des régions de d’Outre-mer

Considérant que les travaux de clôture de la phase de concertation relative au Plan National d’Adaptation sont prévus à Paris le 23 novembre sous l’égide du Ministère de l’Energie, de l’Ecologie, du Développement durable, et de la Mer,

Le Conseil régional, réuni en assemblée plénière, le 4 novembre 2010 :

- demande au Président du Conseil régional de provoquer une réunion extraordinaire du Conseil régional afin de débattre de la contribution de La Réunion pour donner à ce débat d’ampleur nationale toute la répercussion nécessaire à La Réunion. »


Contenu de la motion en débat la semaine prochaine en Commission permanente

Bourses doctorales : réintégrer les étudiants les plus brillants

Extrait de la motion présentée par le groupe de l’Alliance relative à l’attribution des allocations régionales de formation doctorale. Elle a été envoyée en commission. Le président de la Région a affirmé que la question soulevée par cette motion sera dans l’ordre du jour de la prochaine commission permanente.

« Force est de constater pour cette année un manquement grave aux principes essentiels du fonctionnement du dispositif.

En effet, cinq avis « très favorables » du Comité local d’expertise ont été remis en cause par les élus de la majorité régionale lors de la Commission éducation, formation professionnelle en date du 28 octobre 2010.

Cette proposition de la commission sectorielle porte gravement atteinte au travail du comité local d’expertise ainsi qu’aux jeunes étudiants. Aussi, c’est une véritable situation d’injustice pour ces cinq jeunes au parcours exemplaire.

Elle crée un précédent qui remet en cause le fonctionnement du dispositif et elle méconnait l’intégrité du comité d’expertise et des organismes de recherche.

Par ailleurs, il convient de s’étonner des “arguments” avancés publiquement par un élu de la majorité contestant l’intérêt régional de thèses traitant de « l’identité réunionnaise » et des « glissements de terrain » qui sont pourtant à l’évidence des sujets correspondant à des priorités du développement durable.

Par conséquent,

- les Conseillers régionaux, réunis en assemblée plénière le 4 novembre 2010 :

- demandent la réintégration des cinq candidatures évaluées très favorablement par le Comité local d’expertise. »


Renvoi en commission : Hommage à la distinction décernée à Danyèl Waro

Reconnaître « une nouvelle victoire de l’identité et de la culture réunionnaise contre ceux qui ont longtemps voulu l’étouffer »

Extrait de la motion présentée par le groupe de l’Alliance relative au Maloya et à la distinction internationale décernée à Danyèl Waro. Cette motion sera discutée en commission.

Le Conseil régional, réuni en assemblée plénière le 4 novembre 2010, adopte la Déclaration suivante :

« Toute la presse a fait écho de la distinction internationale décernée à Danyèl Waro. Il convient de mesurer l’importance de cet hommage à un artiste réunionnais incarnant le maloya à La Réunion.

Pendant des décennies et jusqu’à une période relativement récente de notre histoire, le maloya a été exclu de la vie culturelle “officielle”. Des Réunionnais, des militants, des organisations culturelles et politiques, qui se battaient pour l’identité réunionnaise, ont maintenu sa pratique malgré la répression. On se souvient des conditions dans lesquelles a été enregistré en 1976 le premier disque de maloya.

En prenant en compte tout ce passé et cet héritage, la Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise a constitué un dossier auprès de l’UNESCO qui a reconnu le maloya comme un trésor de l’humanité en le classant Patrimoine immatériel mondial en octobre 2009.

Le maloya est aujourd’hui reconnu et célébré par tous, mais nous ne devons pas oublier qu’il a été longtemps ignoré par ceux qui méprisent l’identité réunionnaise, et qu’il a été pratiqué dans la clandestinité.
La distinction internationale attribuée à Danyèl Waro représente une nouvelle victoire de l’identité et de la culture réunionnaise contre ceux qui ont longtemps voulu l’étouffer.

Dans sa courte allocution, Danyèl Waro, en recevant sa distinction, a voulu en projeter l’éclat sur tous ceux qui ont maintenu et fait rayonner le maloya à La Réunion ; c’est le cas de Gamoun Baba, Gramoun Lélé, Gamoun Bébé, lo Rwa Kaf, Firmin Viry, qui ont tous reçu le titre de “Zarboutan nout kiltir” attribué par la MCUR.
Cet hommage aux maloyeurs témoigne du rôle important du maloya dans la vie sociale, culturelle et politique de La Réunion.

Au-delà de son talent et de la puissance de ses créations qui font écho à l’âme réunionnaise, le mérite particulier de Danyèl Waro a été de maintenir cet héritage et de défendre en toute circonstance l’identité réunionnaise.
C’est cet état d’esprit qui doit être maintenu si on veut assurer la continuité historique du maloya comme moyen d’expression de la vie culturelle réunionnaise.

La reconnaissance internationale du maloya consolide ainsi les Réunionnais dans la valeur de leur culture et de leur identité ».


Renvoi en commission : valoriser la biodiversité

Faire vivre le "Message de La Réunion"

Extrait de la motion présentée par le groupe de l’Alliance suite la conférence mondiale de Nagoya sur la diversité biologique. Elle sera débattue en commission.

Le Conseil régional, réuni en assemblée plénière, le 4 novembre 2010 :

- se félicite de l’adoption de ces traités qui constituent une avancée significative pour la protection de la biodiversité et qui intéresse directement La Réunion

- demande au Président du Conseil régional de provoquer une réunion des instances compétentes de la collectivité pour examiner les conclusions des travaux de la conférence de Nagoya et saisir les opportunités ainsi offertes pour faire vivre le “Message de La Réunion” traduite dans la Déclaration adoptée à La Réunion en juillet 2008, ainsi que son articulation avec le programme européen “Netbiom” coordonné par la Région, et de prendre toutes les initiatives qui en découlent.


Renvoi en commission : la protection des plus pauvres d’une augmentation du coût des médicaments

Garantir le droit aux soins des Réunionnais


Extraits de la motion de l’Alliance portant sur le cout des dépenses de santé. Elle sera débattue en commission.

Considérant à quel point la nouvelle loi de financement 2011de la sécurité sociale va peser sur le budget des familles réunionnaises avec la modification du seuil de déclenchement de remboursement à 100% des actes médicaux coûteux à partir de 120 euros et non 90 euros, le remboursement à 30% au lieu de 35% des médicaments à vignette bleue, la diminution de 5 points du remboursement des dispositifs médicaux

Considérant les conséquences particulièrement graves dans notre île de deux dispositifs de cette loi :

- L’instauration d’un forfait de remboursement pour les dispositifs d’autocontrôle du diabète, pour les patients non insulinodépendants

- La disparition de la prise en charge à 100% des patients souffrant d’hypertension artérielle non compliquée

qui auront comme seul résultat de pénaliser les plus pauvres particulièrement nombreux à La Réunion, instaurant de facto, une médecine à deux vitesses, en pleine contradiction avec la loi « Hôpital, patients, santé, territoire » qui affirme vouloir lutter contre les inégalités d’accès à la santé.

Le Conseil régional, réuni en assemblée plénière le 4 novembre 2010 :

- proteste contre cette loi et particulièrement contre ces deux mesures injustes aux graves conséquences qui toucheront plus les Réunionnais que les autres français

- réclame que des mesures dérogatoires concernant ces deux mesures soient prises concernant l’application de cette loi à La Réunion étant donné la situation sociale et les spécificités des pathologies existantes dans l’île

- regrette qu’une fois de plus ce soit les plus modestes qui auront à pâtir, au détriment de leur santé, de ces nouvelles mesures

- réclame plus de justice d’accès aux soins de santé »


Kanalreunion.com