Actualités

Les questions que l’on se pose… Les réponses du PCR

Témoignages.re / 6 décembre 2011

Pourquoi Maurice Gironcel n’est plus maire ?

Maurice a été victime de décisions judiciaires injustes. Malgré la condamnation à des peines de sursis, il a été obligé d’abandonner son mandat. Pour son honneur et pour l’honneur de son parti, il n’a jamais été condamné pour vol ou détournement de fonds comme d’autres élus, dans d’autres communes. D’ailleurs, un magistrat a déclaré : « nous savons que vous ne vous êtes pas enrichi ».
Ces décisions injustes ont provoqué la colère des élus et militants qui sont venus au tribunal pour crier leur mécontentement.

Suite à cela, quelle décision a été prise ?

Le PCR avait examiné la situation et a provoqué la démission de Maurice, en tant que maire pour conserver le conseil municipal. C’est à l’unanimité des élus que Yolande a été appelée à conduire la gestion jusqu’au retour de Maurice. Tout le monde était d’accord pour recommencer dès qu’il retrouve ses droits. C’est à l’unanimité que nos camarades et amis ont agi.
Entre temps que se passe-t-il ?

Une élection cantonale avait été organisée pour remplacer Maurice comme conseiller général. Il avait proposé Daniel Alamélou pour le remplacer. Après une campagne dynamique, il l’emporte au premier tour. À ce moment-là, tout se passe exactement comme prévu. Maurice Gironcel est appelé à s’occuper pleinement de l’organisation du PCR. Yolande Pausé assume pleinement son rôle de maire. Malgré les difficultés, elle assumera la tâche qui lui a été confiée.

Maurice Gironcel redevient éligible en octobre.

Les juges ont reconsidéré sa peine et ont réduit la durée d’inéligibilité. Dès ce moment, des camarades élus ont spontanément annoncé leurs souhaits de démissionner pour respecter leur engagement.

Le Secrétaire Général du PCR, Élie Hoarau, a rencontré Yolande Pausé. Il lui a exposé l’analyse du parti pour les prochaines échéances et la place que doit tenir Sainte-Suzanne. Il a montré le rôle que chaque responsable doit tenir, y compris Maurice. C’est le seul qui est sans mandat et il doit être réintégré. La tâche est facilitée par l’engagement de chacun. Mais des réticences apparaissent.

Si on comprend bien : hier, ils étaient tous d’accord. Aujourd’hui, non ?

Toutes sortes de critiques sont déployées pour ne pas respecter la parole donnée. En fait, il s’agit pour certains de s’opposer carrément au retour de Maurice. Ils oublient vite que c’est Maurice et le PCR qui les ont conduits à la fonction d’élu.

Par contre, d’autres élus ont montré qu’ils savent respecter des principes. Cela ne veut pas dire tout est parfait mais on respecte ses engagements. Ils ont accepté de démissionner. C’est suffisant pour provoquer de nouvelles élections dans moins de 3 mois.

Alors, le résultat est atteint ?

Pour cette étape oui. Yolande continue à diriger la mairie et retrouvera sa place dans la nouvelle équipe comme prévu. Maintenant, il reste à construire une liste en reconduisant l’équipe des sortants et en remplaçant les élus qui le souhaitent.

En apprenant que Daniel Alamélou veut constituer une liste, Élie Hoarau lui a écrit une lettre. En effet, il détient 3 mandats au nom du PCR : conseiller général, adjoint et conseiller communautaire à la CINOR. Il était au Congrès du Parti. Sa décision de se présenter contre l’orientation générale de son Parti est contraire au bon fonctionnement de nos instances. Nous en sommes là pour l’instant.

Élie Hoarau propose à Daniel Alamélou de s’expliquer

Voici la lettre du secrétaire général du PCR à un membre du Comité central du PCR, adressée le 2 novembre par E-Mail.

« Cher camarade,

Le PCR a consacré, à l’unanimité, lors de notre dernier congrès, l’impérieuse nécessité de renforcer l’unité de notre parti.

Cette unité a été reconnue comme devant se faire autour du respect d’une direction, à l’aube de batailles décisives pour des changements au niveau national, et local.

Dans cette perspective, le Parti a décidé de donner un signal fort à l’attention de la population tout entière, qui en appelle à cette unité pour résister aux coups de boutoir du gouvernement Sarkozy et de ses relais locaux, à l’encontre des plus fragiles.

Cette bataille doit se mener dans toute l’Île, autour d’un parti uni, et pas autour de forces qui s’additionnent commune par commune.

Ce signal, c’est en exaltant les principes de loyauté, de solidarité, et de respect de la parole donnée.

C’est pourquoi le Parti a décidé de s’engager dans une élection municipale partielle sur Sainte-Suzanne, autour d’une liste identique à celle de 2008, conduite par Maurice Gironcel.

J’apprends, par voie de presse, donc sans que tu en aies discuté avec la direction de ton Parti, que tu as décidé de te présenter à ces élections, sur une liste concurrente à celle que le PCR a décidé de soutenir.

Tu comprendras qu’il est urgent que je puisse entendre tes explications par une rencontre que je souhaite fixée avant le mercredi 7 décembre, à 16h00, au siège du Parti.

Cela me semble urgent du fait que tu fais partie du Comité central, et que tu as été élu conseiller général de Sainte-Suzanne en te réjouissant du soutien du PCR, et vice-président du Département grâce au vote de nos collègues élus sous l’étiquette PCR.

Je souhaite que cette rencontre se déroule entre un membre du parti et son secrétaire général.

J’attends donc une réponse urgente de ta part.

Fraternellement

Le Port, le 2 décembre 2011 »


Kanalreunion.com