Actualités

"Les Réunionnais devront faire entendre leur voix lors de la visite du Président de la République"

Élie Hoarau devant quatre cents militants du Sud à Saint-Pierre…

Jean Fabrice Nativel . YVDE / 24 décembre 2009

C’était un pari osé que de réunir les sections du Parti communiste réunionnais (PCR) d’une partie du Sud de l’île (Entre-Deux, Saint-Pierre, Petite-Île, Saint-Joseph, Le Tampon), le 22 décembre 2009 à Basse-Terre. Pari tenu puisque quatre cents militants environ ont répondu présents, malgré la proximité de la célébration de l’abolition de l’esclavage et de Noël. Et à 19 heures, Doudou Gonthier qui pilotait l’opération sur le terrain avait retrouvé le sourire. "Les Réunionnais devront faire entendre leur voix lors de la visite du Président de la République" a indiqué à plusieurs reprises, Élie Hoarau, secrétaire général.

Après les interventions des responsables des sections (voir encadré), Élie Hoarau, secrétaire général du PCR, souligne qu’à l’occasion du voyage du Président de la République dans notre île, « les Réunionnaises et les Réunionnais devront faire entendre leur voix ». Et tout d’abord, « ils devront lui dire que la politique qu’il mène a des conséquences sociales inacceptables à La Réunion ».
100.000 chômeurs, 120.000 illettrés, 52 % de la population en dessous du seuil de pauvreté, 35.000 demandes de logement en souffrance, des bas revenus comme ceux des planteurs retraités, des jeunes diplômés sans travail… « I fo li bingn dan so réalité la ». Cela, c’est le constat. « Nou néna dé solisyon : création de grands services (aide à la personne, environnement), développement des énergies renouvelables, construction de logement sociaux. Ce sont des solutions immédiates pour créer des dizaines de milliers d’emplois et rendre confiance à la population. On ne peut pas dire "allons bâtir le pays, si nous ne réglons pas les questions sociales ».
Le secrétaire général souligne que si la Région doit jouer son rôle et faire des propositions – ce qu’elle a fait – l’État doit être partenaire sur des sujets comme l’emploi ou le logement qui sont de sa compétence. Il note enfin que le meilleur moment pour faire surgir des solutions réunionnaises aux problèmes réunionnais, c’est le temps d’une campagne électorale. Et dans moins de trois mois, il y aura une élection importante où « les Réunionnaises et les Réunionnais devront effectuer un choix pour projeter leur pays dans l’avenir ». Et Élie Hoarau regrette que certains des adversaires du Parti aient choisi la forme au lieu du fond et aient recours à l’invective, notamment contre Paul Vergès. Mais il répète également que le voyage du Président de la République dans notre île sera un moment important « pour se faire entendre ».

YVDE


MCUR et Tram-train !

Mardi soir de cette semaine à Saint-Pierre, les sections – Entre-Deux, Saint-Joseph, Saint-Pierre, Petite-Île, Saint-Joseph, le Tampon – se sont retrouvées pour la première fois depuis la mise en place de ce comité en début de mois. Les secrétaires de section ont tour à tour exposé leur bilan d’année. Outre leur participation aux différents rendez-vous qui ont animé le cinquantenaire du PCR, ils ont rappelé l’importance des projets tels la MCUR et le Tram-train. L’un va permettre aux Réunionnaises(s) de se connaître davantage et de faire connaître La Réunion au monde. L’autre va faciliter les déplacements d’un bout à l’autre de l’île à terme sans pollution aucune. Tous deux créeront de l’emploi. Bon Noël et bonne année ont terminé ce rendez-vous.

J.-F.N.


An plis ke sa

Bilan
• Max Banon pour Saint-Pierre, Clency Audit pour Saint-Joseph, Jean-Fabrice Nativel pour l’Entre-Deux, Yves Grondin pour Le Tampon et Félix Nativel pour la Petite-Île, ont dressé le bilan de chacune de leurs sections. Et là, on se rend compte du dynamisme des sections : distribution du journal, renforcement de l’organisation, solidarité sociale, lutte pour le Tram-train et la MCUR, constatation d’un potentiel intact dans une section qui "dormait" un peu, des jeunes qui adhèrent et prennent des responsabilités…

Défense de la production réunionnaise
• Élie Hoarau, par ailleurs député au Parlement européen, a souligné combien les discussions sur l’organisation du marché sucrier qui vont s’ouvrir l’année prochaine pour aboutir en 2013, étaient déterminantes pour l’avenir de la filière. Il a également noté le danger des accords que passe l’Europe avec les pays voisins. Ils vont, en effet permettre, aux marchandises comme aux services, de rentrer en Europe, donc à La Réunion, sans payer de taxes. Ce qui risque de mettre en danger la production réunionnaise.

Réchauffement climatique
• Présent à Copenhague, Élie Hoarau a noté que le Sommet sur le réchauffement climatique avait montré la pertinence du travail réalisé par l’Alliance et Paul Vergès à la Région, dans la perspective d’arriver à l’autonomie énergétique en 2025, grâce aux énergies renouvelables (solaire, éolien, énergie océanographique, géothermie…). Il a souligné la volonté politique de la Région. Mais a-t-il dit, « il faut l’aide de l’Europe et de l’État… Et là encore, il faudra se faire entendre du Président de la République. Il y a des possibilités et c’est tout l’avenir qui s’ouvre pour les jeunes ».

Modèle de développement
• Les résultats du Sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique indiquent que l’on « doit changer de modèle développement. C’est le système capitaliste qui est en partie responsable de cette situation », a dit Élie Hoarau. Selon lui, nous avons un an pour trouver des solutions et la seule chose qui puisse faire changer d’avis les chefs d’État du Nord, « c’est la conscience de la population ». Aussi s’est-il félicité de la nomination de Paul Vergès pour coordonner les actions d’adaptation. Mais, a-t-il souligné, « c’est la réflexion de la population qui va nous permettre d’apporter la contribution de La Réunion. Allons réfléchir et travailler ensemble. Il n’y a rien de tel pour enrichir la réflexion politique que le débat quotidien ».


Kanalreunion.com