Actualités

Les Réunionnais responsables de l’emploi dans leur pays

Une collectivité unique avec des compétences élargies

Manuel Marchal / 24 janvier 2013

La grande pauvreté touche la moitié de la population à La Réunion. C’est la conséquence de la pénurie d’emploi. Au cours des dernières décennies, les gouvernements ont multiplié les mesures de traitement social du chômage qui n’ont rien résolu tandis que la situation de l’économie s’est aggravée. Une collectivité unique dotée de compétences étendues dans la politique de l’emploi et l’économie donnera sans doute de bien meilleurs résultats, notamment parce que les responsables ne seront plus à Paris mais à La Réunion.

JPEG - 47.2 ko

À La Réunion, 162.150 travailleurs étaient à la recherche d’un emploi en novembre dernier. 131.020 Réunionnais étaient totalement privés d’activité. Parmi ces victimes d’un système injuste, moins d’un sur trois percevait une allocation chômage, et 17.388 touchaient l’allocation spécifique de solidarité versée par l’État. 46.989 Réunionnais inscrits à Pôle emploi avaient pour seul revenu le RSA en novembre dernier, ils sont plus nombreux que ceux qui sont indemnisés par l’UNEDIC. Cela signifie également que le découragement est tel que près de la moitié des allocataires du RSA ne sont pas inscrits à Pôle emploi.

La conséquence de cette crise de l’emploi, c’est la grande pauvreté. La moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Plus de 30.000 familles dépendent des colis alimentaires pour survivre. Cette pauvreté a des conséquences dans de nombreux domaines, car cette violence infligée à la population est la source d’autres violences.

Le silence d’une classe politique

Alors que la recherche de solutions à ce problème doit être la préoccupation première des responsables politiques, force est de constater une très grave sous-estimation. Elle se traduit par leur silence sur les réponses de fond à apporter. L’essentiel se concentre sur l’accessoire, c’est-à-dire la bataille pour être un représentant d’un ordre injuste. L’attitude des sept députés depuis le début de leur mandat montre bien l’ampleur de la crise. Au lieu d’interpeller la France sur la gravité de la situation, ils servent fidèlement son gouvernement. C’est ce qu’ont rappelé les absences à l’ouverture de la Conférence économique et sociale à La Réunion, et lors du débat sur la réforme territoriale en France.

À ces deux occasions, un seul parlementaire réunionnais était présent, c’était Paul Vergès. À la Conférence économique et sociale, le sénateur a affirmé sa solidarité avec le peuple qui était totalement exclu des débats, alors que c’est lui qui avait permis l’existence d’une telle conférence par son vote à la présidentielle et aux législatives.

À Paris, Paul Vergès a utilisé la tribune du Sénat pour proposer que les affaires concernant les Réunionnais soient réglées par une collectivité unique, fusion de la Région et du Conseil général. Cette proposition s’inscrit dans la perspective de l’évolution du monde, avec plusieurs rendez-vous redoutables (voir encadré).

Chacun face à ses responsabilités

Dans un but de clarification des compétences, et d’une plus grande souplesse, la Collectivité unique est alors un atout. Mais cela a des conséquences sur le degré de responsabilité. Car pour une meilleure efficacité, plusieurs compétences doivent relever de la Collectivité unique.

C’est le cas de la politique de l’emploi. Car c’est aux Réunionnais de mettre en œuvre leurs propres solutions pour régler le problème du chômage. Tout ce qui a été tenté par Paris a échoué, c’est le moment d’en tirer les enseignements et de laisser faire les Réunionnais.

Les responsables ne seront plus à Paris mais à La Réunion. Est-ce cette éventualité qui refroidit tellement les politiciens réunionnais qu’ils préfèrent se réfugier dans le silence ?

 M.M. 

Ne gâchons pas la chance du co-développement

L’intégration de La Réunion dans sa région, c’est un gisement d’emplois possible. Or, en tant que région européenne, notre île n’est pas traitée de la même façon que tous les autres pays de sa région. La question des relations avec les pays de notre région, c’est une compétence diluée dans la Région, le Conseil général et l’État qui a le dernier mot. La collectivité unique permettra à une seule assemblée d’être la seule responsable dans ce domaine.

Le co-développement ouvre en effet des perspectives pour les jeunes au chômage. Ils pourront participer à la lutte pour l’autosuffisance alimentaire, en oeuvrant aux côtés des Malgaches pour que la Grande-île soit le grenier de la région. Il appartiendra alors aux élus de la collectivité unique de prendre des décisions allant dans le sens de la réduction du chômage, et d’en rendre compte auprès de la population.

Cette idée n’a jamais été mise en œuvre à grande échelle, ce n’est pas étonnant. Les institutions sont les mêmes que celles d’anciennes provinces françaises administrées de manière centrale depuis une capitale jusqu’à une époque récente, alors que notre situation est totalement différente. L’avenir et les emplois ne se situent pas dans la relation exclusive avec la France, mais dans l’ouverture de La Réunion sur son environnement.

D’où la nécessité d’institutions au service de cet objectif. La collectivité unique avec des compétences élargies, c’est la réponse.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Responsable ? Pas coupable ?
    Je partage l analyse faite par M.M.Je soutiens cette formidable idee etre responsable de l emploi . Je me demande si je ne reve pas ! Le reve est realite si chacune et chacun prend conscience qu elle est , qu il est le moteur de la decision pour arriver a ce que ce reve devienne realite.Un reve n est plus un reve quand il devient une realite HUMAINE.
    Mais je vis aujourd hui et je regarde ce qui est autour de moi. NON. NON. Je ne vis pas dans une ile desserte ou le socialisme, l HUMAIN sont de rigeur. Je vis dans un MONDE ou l argent est ROI. La Mondialisation qui devait nous apporter des solutions justes parce que humaines n a fait que : les riches sont encore plus riches et les pauvres sont encore plus pauvres et plus nombreux. Karl MAX le disait deja !
    Je suis convaincu que nous sommes les seules, les seuls a trouver les solutions pour NOUS , les travailleuses, les travailleurs. Pour NOUS les petites gens. Pour celles et ceux qui vivent une vie de galere.
    Faut savoir mesurer ce qui se cache derriere cette nouvelle democratie proposee : une collectivite unique ? Faut comprendre que le mouvement irreversible du citoyen d etre de plus en plus acteur decideur oblige nos dirigents a aller vers plus de democratie . De quelle democratie parlons nous ? Je sais que selon la position que l on a , l application concrete de cette collectivite unique sera differente ! N avons nous pas deja devant nous et ce chaque jour la realite ? Les socialistes nous avaient promis le changement ! Francois HOLLANDE avait declare que sa priorite etait la jeunesse ! Ce candidat nous a promis que les Francaises , que les Francais reveraient a nouveau ? La realite est autre pour des milliers de compatriotes.
    Si je suis favorable a cette collectivite unique, si je suis plus que favorable a ce co devellopement je ne me fais aucune illusion. Je dis que je ne fais pas confiance a celles et a ceux qui nous ont trompe depuis des annees et des annees.
    Oui ! Oui ! Responsables nous devons l etre . Responsables nous devons alors exiger que la decision appartient a NOTRE PEUPLE. Nous devons exiger que nous soyons nous aussi aux manettes des commandes . Demain soyons :
    ACTEURS DECIDEURS ENTREPRENEURS GOUVERNEURS

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com