Actualités

Les socialistes réunionnais contre Marie-Luce Penchard… et avec qui ?

Élections régionales

Geoffroy Géraud-Legros / 18 février 2010

La tête de liste PS aux Régionales est intervenu dans le débat politique guadeloupéen pour exiger la « démission » de Marie-Luce Penchard. Qu’y a-t-il derrière cette virulence ?

L’UMP et le Parti socialiste sont, à La Réunion, sous la supervision d’instances centrales basées dans l’Hexagone. Ces rapports de subordination connaissent des hauts et des bas ; périodiquement, les représentants des succursales politiques des partis parisiens à La Réunion signalent leur existence par des éclats, des « ruptures », des proclamations d’autonomie, voire d’indépendance. Immanquablement, ces mouvements d’humeur aboutissent à un retour au bercail de Paris, en échange d’un supplément d’âme ou, plus souvent, de quelques postes. La Droite réunionnaise a offert une riche chronique de ces énervements passagers : après les velléités séparatistes de Didier Robert et l’éphémère prise d’autonomie d’Objectif Réunion, c’est Jean-Paul Virapoullé qui, il y a quelques jours, a donné dans la tragi-comédie de la « rupture » avec Paris, couvrant au passage d’injures le représentant des instances centrales de l’UMP et son ancien colistier présumé, Didier Robert. Moins spectaculaires, ces tiraillements n’en sont pas moins présents au Parti socialiste, où ils s’expriment de manière indirecte, par l’affirmation de soi des responsables locaux.

Les socialistes réunionnais prennent pied en Guadeloupe

C’est dans une mauvaise humeur idéologique que se trouve sans doute l’explication des récentes déclarations de Michel Vergoz envers Marie-Luce Penchard dont, à plusieurs milliers de kilomètres, la tête de liste PS aux élections régionales du 14 mars prochain demande rien moins que la « démission ».
Contrairement aux représentants d’autres organisations progressistes de La Réunion, le dirigeant du PS local n’avait guère témoigné jusque-là d’une solidarité particulière envers les peuples des Antilles. Or, il est aujourd’hui le premier à monter au créneau contre la Ministre de l’Outre-mer, dont les propos polémiques et irrespectueux s’inscrivent dans le contexte des élections régionales en Guadeloupe, et constituent une passe d’arme contre Victorin Lurel, président de cette Région.
On a pourtant connu Michel Vergoz moins empressé dans la volonté de démettre un membre du gouvernement. Il y a dix années de cela, allié à Jean-Paul Virapoullé, le même Michel Vergoz partait en guerre contre la bi-départementalisation, pourtant inscrite dans la Loi d’orientation de l’Outre-mer par la majorité socialiste alors aux commandes. Virulent dans la critique d’un projet qui concernait pourtant bien plus directement La Réunion que les propos tenus avant-hier par Marie-Luce Penchard, Michel Vergoz n’avait pourtant nullement demandé la démission du Ministre de l’Outre-mer d’alors, le socialiste Christian Paul. Aujourd’hui, l’ancien maire de Sainte-Rose ne craint pas de s’immiscer dans le débat politique guadeloupéen, adoptant une posture de chef de l’Outre-mer… sans doute dans le but d’en imposer à Paris.

Jean-Paul Virapoullé et les socialistes réunionnais : des vies parallèles ?

Cette attitude évoque celle d’un autre ancien maire… celui de Saint-André qui, à l’occasion des référendums sur l’autonomie élargie, n’a pas hésité à se poser lui aussi en donneur de leçons à l’égard des Martiniquais et des Guyanais, revendiquant une envergure dans l’ensemble de l’Outre-mer. Nul doute que cette appréciation positive de ce rôle de dirigeant ultramarin a dû compter dans la décision prise vendredi par Jean-Paul Virapoullé de rompre avec Paris. Existe-t-il, selon la formule littéraire, une « vie parallèle » entre Jean-Paul Virapoullé et Michel Vergoz ? L’itinéraire des deux dirigeants politiques fait au moins apparaître des dispositions communes. Le passé a montré que les deux hommes pouvaient aller plus loin que la connivence, et faire cause commune contre des réformes actées par Paris.
Jean-Claude Fruteau, maire socialiste de Saint-Benoît, a emboîté le pas hier à son camarade Michel Vergoz, et réclame lui aussi la « démission » de Marie-Luce Penchard. Là encore, la fraternité avec les Antilles est une posture quelque peu nouvelle de la part du Maire de Saint-Benoît. Celui-ci n’avait-il pas été à l’origine d’une manœuvre contre Paris dans le but d’évincer Axel Urgin — secrétaire guadeloupéen à l’Outre-mer du PS —, désigné par les instances nationales de ce parti pour concourir aux élections européennes de 2004 ? On était bien loin, alors, de la solidarité envers les Antilles, que les socialistes réunionnais sont si prompts à manifester lorsqu’il s’agit de faire la leçon.
Décidément, l’Outre-mer français ne manque pas de conseilleurs parmi les têtes de listes réunionnaises… Quelle sera la prochaine terre de convergence entre les spécialistes des affaires des autres ?

Geoffroy Géraud-Legros



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Citoyen,certes d’un âge un peu avancé et ayant eu à subir les outrages du temps et des politiques menées contre le PCR, je ne me résigne pas à votre démarche si peu constructive en faveur de l’Alliance .
    Vos écrits et vos rappels placent au premier rang les querelles et les attaques contre essentiellement Michel VERGOZ, sans vous préoccuper de ce qui se passera au deuxième tour des Régionales le 21 mars prochain.
    Comment pensez-vous que réagira le partisan socialiste de bonne foi ? Croyez-vous qu’il "coulera" dans l’urne un bulletin favorable à la Liste de l’Alliance si pendant toute’ la campagne naît en son for intérieur , l’idée que le journal Témoignages a une large part de responsabilité dans le rejet de son candidat ?
    Permettez - moi de vous dire que je souhaite que vos écrits par ailleurs agréables à lire tant sur le plan du style que sur celui de l’ argumentation mettent en difficulté les militants qui essaient de voir plus loin que la satisfaction immédiate d’une attaque ciblée qui, touche son objectif.

    S’il vous plaît, ne nous rendez pas le travail de rassemblement plus difficile en concentrant vos réflexions et vos dénonciations sur des dirigeants socialistes même si trop souvent hélas ils le méritent.
    Lé pas facile d’expliquer dans le porte à porte qu’au deuxième tour il faudra voter VERGES pour barrer la route à Didier ROBERT
    Merci de lire ,au moins, cette missive. Guy de Saint-Joseph

    Article
    Un message, un commentaire ?






    • le 21 mars, le fan de Vergoz votera Vergoz car si Vergoz fait plus de 10%, il se maintiendra comme en 2004. La liste PS ne peut pas s’entendre avec l’Alliance sur ces élections tout simplement parce que le PS n’a jamais voté pour le tram-train, la nouvelle route littorale, l’extension du tram-train...

      quand les conseillers régionaux se sont prononcés sur un dossier de 30 milliards de francs d’investissements pour La Réunion, le PS a refusé de voter pour...

      je crois que la messe est dite pour le 21 mars, le PS est bien parti pour rester éternellement dans l’opposition avec Virapoullé et Didier Robert.

      Article
      Un message, un commentaire ?






  • Guy out question l’est pertinente pour le militant sur le terrain.
    Seulement ou renverse le problème.
    Sur le terrain le militant communiste ne doit pas renoncer à convaincre le socialiste. Et Mr Géraud Legros a raison de dire que c’est au militant socialiste qu’il faut montrer ses contradictions pour le convaincre. Et à mon avis, le plus efficace c’est de montrer au militant socialiste le mal que fait VERGOZ Michel au PS et à l’union de la Gauche. En 2004 c’est VERGOZ qui a décidé de faire cavalier seul. Et il faut se rappeler aussi de l’alliance entre VERGOZ et VIRA pendant la BIDEP.
    Et quand on voit que VERGOZ roule des mécaniques contre PENCHARD alors que Mr LUREL socialiste est plus mesuré on voit qu’en fait VERGOZ prend n’importe quel prétexte pour se faire voir. Aux militants socialistes de comprendre qu’ils n’ont pas choisi le bon cheval pour se protéger de la casse sociale. Même MARTINE AUBRY le dit.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Aujourd’hui 8% d’intention de vote en faveur du PS, grâce à VERGOZ. Ce qui se profile c’est une alliance au second tour VIRA+ ROBERT+MAGAMOUTOU et petite liste comme celle de RAMASSAMY NADIA. ON VA DANS LE MUR MR VERGOZ il faut ouvrir le débat et cesser les campagnes que personne ne ciomprend comme etre contre le TRAM-TRAIN c’est IDIOT et SUICIDAIRE.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com