Actualités

Les suites des attentats de Paris s’appliquent à La Réunion

Depuis ce matin, état d’urgence dans notre île

Manuel Marchal / 18 novembre 2015

Depuis cette nuit, l’état d’urgence est étendu à La Réunion et aux autres départements d’outre-mer. C’est une première pour notre île. Les conséquences des attentats de Paris se font donc de plus en plus sentir à La Réunion, et cela d’autant plus que la voix qui a revendiqué les attaques terroristes du 13 novembre serait celle d’un Réunionnais. Tous les départements de la République sont donc sous le régime de l’état d’urgence.

JPEG - 94.7 ko

Vendredi soir, pour la première fois, des terroristes kamikazes ont opéré en France. Le bilan est de 129 morts et de plus de 300 blessés. C’est l’attaque terroriste la plus meurtrière subie par la France, et par l’Europe depuis 2004 à Madrid. Le président de la République a immédiatement décrété l’état d’urgence en France et en Corse.
Quelques heures plus tard, Daech revendiquait les attentats.

« Cette attaque n’est que le début de la tempête et un avertissement pour ceux qui veulent méditer et retirer leurs leçons », dit un extrait du texte lu par un francophone. Selon le Figaro, « La voix de la bande sonore de revendication des attaques kamikazes par l’Etat islamique est celle de Fabien Clain (…) une source policière affirme au Figaro que « c’est très probablement lui » ».

Fabien Clain est un Réunionnais qui a émigré en France depuis plusieurs années. Avec son frère, il vivait près de Toulouse, c’est là qu’il est devenu un extrémiste. Il était un proche de Mohamed Merah, auteur des attaques terroristes de Toulouse en 2012. Après avoir purgé une peine de prison, Fabien Clain est parti en Syrie. Ce Réunionnais apparaît donc comme un cadre de Daech, ce qui le place donc sur la liste des auteurs probables de la déclaration de revendication des attentats de Paris.

Etat d’urgence dans tous les départements

Depuis que la nouvelle des attaques terroristes de Paris est connue à La Réunion, plusieurs décisions ont été prises. Ce sont des annulations de manifestation, des meetings reportés et une campagne des élections régionales mise entre parenthèses.
Lundi, le président de la République a détaillé les mesures qui seront prises face à cette nouvelle situation. Il propose notamment une révision de la Constitution pour y inscrire l’état d’urgence, l’augmentation des effectifs de la police, de la gendarmerie et de la justice, la prolongation de 30 jours de l’état d’urgence.

Dans la nuit, le ministère des Outre-mer a annoncé l’extension de l’état d’urgence à tous les départements. « Cette application se justifie par une nécessité de cohérence et de renforcement du dispositif de sécurité, au moment où l’état d’urgence s’inscrit dans la durée et sera prolongé pour trois mois par une loi soumise au Parlement », précise le communiqué diffusé par le ministère de George Pau-Langevin. Le même communiqué indique que des « spécificités géographiques » ne justifient pas l’extension de l’état d’urgence à la Nouvelle-Calédonie, à la Polynésie et à Wallis et Futuna. Pour la première fois, La Réunion va donc être soumise à ce régime de droit exceptionnel, et pendant plusieurs mois.

Le même système

Depuis ce matin, La Réunion est sous le même régime que la France, celui de l’état d’urgence. C’est tout d’abord une suite logique de l’intégration. Ce régime exceptionnel va durer au moins trois mois, donc sur ce point il n’y aura pas de décalage entre La Réunion et la France.

C’est aussi une conséquence de l’application du même système qu’en France. D’après les premiers éléments de l’enquête diffusés dans les médias, plusieurs des kamikazes étaient de jeunes Français. Ils avaient donc été pendant plusieurs années à l’école de la République et faisaient partie depuis plusieurs années de la société française. Ce système a donc produit malheureusement ces terroristes.

Un fait nouveau, c’est l’annonce que la personne qui a lu le texte de revendication est un Réunionnais, suspecté d’être un cadre de Daech. Son basculement dans l’extrémisme s’est fait à la suite d’une émigration en France. Mais comme à La Réunion s’applique le même système qu’en France, le résultat peut malheureusement être le même. De plus, les conditions de vie imposées à nos compatriotes sont bien plus dures qu’en France. Le taux de chômage est trois fois plus important, près de la moitié de la population survit en dessous du seuil de pauvreté.

Le miracle permanent

Cela souligne toute l’importance du maintien de la cohésion de la société réunionnaise. 350 ans d’esclavage, de colonisation et d’intégration ont permis un miracle, la création d’un peuple issu de descendants de grandes civilisations qui arrivent à vivre ensemble dans la paix. Dans un monde où les affrontements se font souvent en utilisant la religion ou l’origine, l’existence du peuple réunionnais apparaît comme un miracle permanent.

Cette fraternité réunionnaise n’avait pas pu s’exprimer dimanche lors de l’hommage aux victimes des attentats, beaucoup l’ont regretté. Elle pourra le faire sur un plan religieux vendredi. Montrer ce dont nous sommes capables, c’est cela le principal apport de La Réunion au combat que le monde veut mener contre le terrorisme.


Kanalreunion.com