Actualités

Les syndicats font pression sur la réforme des retraites

Céline Tabou / 16 mai 2012

A peine entré en fonction, François Hollande devra s’entretenir avec les syndicats qui souhaitent évoquer le rétablissement partiel de la retraite à 60 ans, une des premières mesures promises par le nouveau chef de l’Etat.

« Un événement en Europe » a indiqué Bernard Thibault, leader de la CGT, en effet, François Hollande a promis que l’une de ses premières décisions serait d’élargir, par décret, la possibilité pour certains salariés de prendre leur retraite à 60 ans, a indiqué "Le Figaro". « Ce sera la première fois depuis très longtemps qu’un gouvernement reviendra en arrière sur ce cycle infernal d’un recul (…) de l’âge de départ », a expliqué le syndicaliste, lundi 14 mai sur RTL.
Lors de la campagne présidentielle, le candidat socialiste a expliqué que pour bénéficier de cette dérogation à l’âge légal, c’est-à-dire 62 ans, un individu devra cotiser 41 ans et non, valider 41 ans. La nuance a expliqué "Le Figaro" est qu’il faudra qu’un individu ait travaillé avant ses 19 ans, sans aucune interruption, pour pouvoir partir en retraite à 60 ans. « On est heureux que cette amélioration tourne autour des carrières longues, tant critiquées à l’époque par la CGT ou par FO », commente Jean-Louis Malys, le « M. Retraites » de la CFDT, mais François Hollande, « alors premier secrétaire du PS, très réticent, a repris depuis le principe d’un allongement de la durée de cotisation selon l’espérance de vie ».
Contrairement aux signes positifs envoyés par la CGT et la CFDT, d’autres syndicats sont plus vindicatifs. « Il est indispensable de discuter des modalités d’application », a exigé Bernard Thibault. Faute de quoi, « cela pourrait être un des premiers accrochages avec le gouvernement », a renchéri Jean-Claude Mailly (FO.
A son retour, François Hollande devra s’entretenir avec les leaders syndicaux. Après consultation des syndicats et du patronat, François Hollande doit publier avant fin juin un décret pour permettre aux salariés ayant travaillé dès 18 ou 19 ans de partir à la retraite à 60 ans s’ils ont cotisé 41 ans. Bernard Thibault a souhaité que « les modalités d’application soient plus larges que celles qui ont été annoncées jusqu’à présent ».
A propos de la revalorisation du SMIC, Bernard Thibault a déclaré que « notre référence, c’est 1.700 euros bruts de SMIC par mois (...) et nous pensons que c’est le minimum, décemment. (...) Il y a un acte politique possible de la part du gouvernement déjà sur le montant du SMIC mais plus largement sur les conditions d’application (...). Il y a aussi, au-delà du montant du SMIC, à fixer des mécanismes plus automatiques », a-t-il affirmé.

Céline Tabou


Kanalreunion.com