Actualités

Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l’Outre-mer Victorin Lurel

Témoignages.re / 13 juillet 2012

Monsieur le Ministre des l’Outre-mer,

Depuis le 7 juillet, notre île compte 7.764 diplômés de plus. Nous pouvons nous féliciter de ce chiffre. Pourtant à ce chiffre s’oppose celui du nombre de chômeurs inscrits au pôle emploi : 153.000 au mois d’avril 2012. 60% des jeunes moins de 26 ans sont chômage.

En 5 ans, le taux de chômage dans notre île a connu une augmentation de l’ordre de 50%. Pouvons-nous réellement espérer poursuivre dans la même voie empruntée depuis ces 10 dernières années ?

Notre département est celui qui a le taux de chômage le plus élevé de France. C’est une situation exceptionnelle, et à situation exceptionnelle il faut, il nous semble, des mesures tout aussi exceptionnelles.

Avant votre mandature et pendant toute la campagne électorale, nous avons entendu parler de la priorité de l’embauche des Réunionnais dans leur pays. Les termes aussi divers et variés tels « priorité à l’emploi local », « préférence régionale », ont été utilisés.

En ce qui nous concerne, au PCR, nous militons depuis plusieurs années pour qu’à compétences requises, les emplois soient réservés aux locaux. Cela répond, à notre sens, à la fois à l’urgence à la justice sociale.

Aujourd’hui tout le monde, même au plus sommet de l’État, qu’à compétences requises l’emploi doit revenir aux locaux.

Dans votre document : « le PS et les Outre-mers », au paragraphe 3 : « Pour chaque Outre-mer, un nouveau pacte de croissance et de solidarité », vous indiquez : « eu égard à la situation dramatique des Outre-mers au regard du chômage en particulier celui des jeunes, il est cependant indispensable que soient explorées toutes les possibilités juridiques qui permettent de mieux protéger l’emploi local outremer ».

Or que constatons-nous en réalité ?

Dès ce mois juin sur 25 lauréats locaux aux concours de chef d’établissements 21 sont forcés et contraints de partir et de laisser leur place à des lauréats extérieurs. (cf. documents). Sur 7 postes officiellement ouverts, 3 échappent déjà à nos lauréats qui vivent et ont leurs attaches ici. Que s’est-il passé ?

Qu’est-ce qui explique que des stagiaires extérieurs soient prioritaires par rapport à ceux qui vivent ici et qui en ont les compétences ?

Nous n’avons aucune réponse à cette question à ce jour. De plus, le secret est gardé sur le nombre exact de postes vacants, pourquoi une telle opacité ? Nous estimons que les Réunionnais ont le droit d’avoir les informations à ce sujet.

Dans moins d’un mois aura lieu la rentrée scolaire et avec elle, comme chaque année, des centaines de nouveaux personnels vont débarquer dans l’académie. Cela est une injure à la jeunesse réunionnaise et aux difficultés qu’elle rencontre.
En effet, comment pourrons satisfaire les besoins en emploi de nos dizaines de milliers de jeunes qui sortent des écoles chaque année, si dans le même temps nous importons le personnel qui occupera les postes que nous serons en capacité et en droit d’occuper ? C’est une hypocrisie de leur faire croire qu’ils pourront poursuivre des études et espérer travailler dans leur pays. Pouvons continuer comme cela encore longtemps ? Cette situation est insupportable.

Aussi Monsieur le Ministre des Outre-mers, nous vous prions de bien vouloir reconsidérer la situation de l’embauche dans notre département et plus particulièrement dans la fonction publique, notamment dans l’Éducation nationale où nous connaissons de gros retard.
L’apport de personnels venus de l’extérieur devrait être des exceptions et non la règle comme ça l’est actuellement.

Nous vous prions instamment de revoir la situation toute particulière de ces nouveaux lauréats aux concours de direction dans l’Éducation nationale à qui l’État demande de quitter leur pays, leur famille et situation pour vivre à près de 10.000 km sans espoir de retour, alors même que les postes sont ouverts.

Vous avez monsieur le Ministre, l’occasion, à l’occasion de cette rentrée, de traduire les paroles en actes et de manifester de votre confiance en la jeunesse des outre-merS.

Recevez, Monsieur le Ministre, l’expression de ma considération distinguée.

Julie Pontalba
Professeur des écoles
Membre du PCR



Kanalreunion.com