Actualités

Lettre ouverte du PCR à Emmanuel Macron

La candidat de En Marche à La Réunion les 25 et 26 mars

Parti Communiste Réunionnais / 25 mars 2017

Emmanuel Macron, candidat de En Marche !, entame ce 25 mars une visite de deux jours à La Réunion. À cette occasion, Maurice Gironcel, secrétaire général du Parti communiste réunionnais, lui a adressé une lettre ouverte dans laquelle il lui demande de prendre position vis-à-vis des problèmes de La Réunion et propositions du PCR.

JPEG - 43.9 ko

Monsieur le Candidat, Vous arrivez ce samedi 25 mars 2017 à l’île de La Réunion. Nous vous souhaitons la bienvenue. Cependant, vous n’êtes pas sans ignorer la situation grave qui prévaut à La Réunion.

Nous nous permettons d’attirer, à nouveau, votre attention sur les points suivants.

Lors d’une étude sur la pauvreté à La Réunion, l’INSEE a qualifié La Réunion de « département socialement hors-norme ». Cette situation est notamment caractérisée par :

- Un taux de chômage record qui frappe massivement les jeunes à plus de 50 %.

- Une cherté de la vie anormalement élevée et près de la moitié de la population vivant en-dessous du seuil de pauvreté (soit 400 000 habitants).

- Une difficulté persistante à répondre aux nombreuses demandes de logement (27.000 demandes en attente depuis des années).

- Des inégalités qui font de La Réunion, selon l’INSEE, le département où elles sont les plus grandes (par exemple, pour un coût de la vie qui est le même pour tout le monde, certains perçoivent une prime de vie chère alors que l’immense majorité de la population en est exclue ; ou encore pour un PIB de 33 000 euros par habitant en France hexagonale celui de La Réunion n’est que de 19 000 euros).

- Un nombre de personnes frappées d’illettrisme (116 000) qui ne baisse pas.

Cette situation est, de notre point de vue, le résultat de politiques d’intégration menées dans les DOM dans le cadre défini par la loi du 19 mars 1946. Certes, des acquis ont été obtenus par ces politiques grâce en particulier aux luttes des travailleurs. Mais, poursuivre dans la même voie d’intégration ne résoudra pas les problèmes de La Réunion et ne nous permettra pas d’affronter les défis nouveaux auxquels nous sommes confrontés :

- La filière canne-sucre connaîtra pour la première fois la fin des quotas et du prix garanti du sucre dès cette année.

- Les accords de partenariat économique, signés par l’Union Européenne avec nos pays voisins, impacteront directement toute notre production.

- Les effets du réchauffement climatique nécessiteront des mesures d’adaptation importantes et inédites.

- Notre environnement géographique connaît des bouleversements considérables tant sur le plan démographique qu’économique (des grands ensembles commerciaux se constituent dans notre zone en présence de pays émergents). La Réunion ne peut pas être tenue à l’écart de cette mutation qui s’opère à ses portes.

Pour résoudre les problèmes actuels, pour affronter les défis à venir et pour s’insérer dans son environnement géo-économique, La Réunion doit disposer d’outils adaptés qui n’existent pas dans le cadre actuel. Il est d’ailleurs unanimement reconnu que ce cadre a atteint ses limites.

Nous pensons, comme d’autres, qu’il faut désormais un nouveau cadre que la Constitution Française permet de créer. Ce nouveau cadre passe par la mise en place d’une collectivité territoriale disposant de pouvoirs et de compétences élargis et d’un fonds de développement permettant aux Réunionnais-es d’élaborer et de mettre en œuvre pour leur île un plan de Développement durable économique, social, culturel et identitaire, et environnemental.

Cette collectivité aux pouvoirs élargis sera également l’outil indispensable mis au service d’une politique de co-développement dans notre grand voisinage.

Ce nouveau cadre au sein de la République doit faire appel à la responsabilité des Réunionnais-es qui ne cessent de réclamer les moyens nécessaires pour l’exercer afin d’atteindre l’autonomie fiscale, l’autonomie énergétique et l’autonomie alimentaire.

Nous souhaitons, Monsieur le Candidat, connaître vos propositions sur l’ensemble de ces problèmes.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Sa préoccupation actuelle n’est pas le sort des réunionnais et leur avenir dans le cadre institutionnel existant actuellement ou modifié , mais pêcher suffisamment d’électeurs pour le 22 avril prochain et être au deuxième tour de la présidentielle.

    Interrogé sur le non renouvellement des fonctionnaires à la réunion , il n’a pas voulu donner de réponse parce que les collectivités locales de la Réunion emploient beaucoup de monde et qu’il lui était impossible en l’état actuel d’intervenir dans leur sphère d’influence . Apparemment ça lui a échappé que dans de nombreux secteurs de la fonction publique nationale ; le nombre de fonctionnaire est très largement insuffisant et que appliquer à la Réunion et aussi aux autres DOM les mêmes règles que celles appliquées en France métropolitaine serait catastrophiques pour les populations domiennes .

    Monsieur Macron a déjà affirmé lorsqu’il était ministre des finances que la fonction publique telle qu’elle existe en France n’est plus compatible ave l’évolution de la société ultralibérale qu’il veut instituer dans notre pays . Il a déjà dit que l’une de ses premières réformes serait de supprimer le statut de la fonction publique mis en place en 1945 . Avec lui fini les carrières qui commencent à 20 pour se terminer à 62ans avec pour chaque fonctionnaire la possibilité de gérer sa carrière et de connaître d’avance le montant de sa retraite . S’il est élu les fonctionnaires deviendront de simples contractuels dont les carrières seront à la merci des hommes politiques au pouvoir Pour rester en fonction et conserver leur emploi ils devront oublier qu’ils sont d’abord au services de l’Etat ou de ses collectivité locales pour se mettre au service des hommes politiques du moment qui n’hésiteront pas à les transformer en complices lorsqu’ils auront besoin de contourner les dispositions légales pour réaliser des projets d’intérêt public contesté ou tout simplement d’intérêt partisans ou personnels .
    Je crains qu’avec monsieur Macron les affaires publiques ne soient gérées comme les affaires des grandes banques et des grands groupes internationaux dans lesquels les hommes ne sont que des pions anonymes qui ne comptent que pour enrichir un peu plus ceux qui sont au sommet de la hiérarchie.

    Aujourd’hui , il y a 400000 personnes à la Réunion qui vivent au dessous du seuil de pauvreté , ce qui représente la moitié de la population , alors qu’en France métropolitaine cette situation ne concerne que 9% de la population . Mais si monsieur Macron est élu je suis prêt à parier qu’à la fin de son mandat le nombre de personnes vivant au dessous du seuil de pauvreté à la Réunion sera probablement de 450000 ou de 500000 et que le taux global des gens dans cette situation en France sera supérieur à 10%.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • L’égalité d’accès de tous les citoyens aux emplois publics est un principe de droit qui est inscrit dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyens de 1789 . c’est sur ce principe que repose le statut de la fonction publique française . Notre statut des fonctionnaire est une construction qui nous est enviée dans le monde entier . Mise en place progressivement tant par les législateurs que par la jurisprudence depuis le début du 19eme siècle , elle est devenue au fil du temps une des garantie du principe de la séparation des pouvoirs et de la possibilité de limiter les excès de ceux qui le détiennent . Aujourd’hui le peuple ne tolère plus que les élus se serve de leur position pour octroyer des avantages à leur famille . La preuve flagrante en est fournie par les sondages et le recul dans l’opinion de tous les candidats à la présidentielle qui ont profité de leur statut de parlementaire pour employer leur femme ou leurs enfants . Ces faits ne sont pas compatibles avec le principe du recrutement par concours des emplois publics , même si quelque part ils pourraient être tolérés parce que le parlementaire ou certains hommes politiques ont besoin de s’entourer de collaborateur qui ont toute leur confiance .
    Si on supprime le statut de la fonction publique . Tous les fonctionnaires ou la plus grande partie d’entre eux risquent de devenir du personnel politique recruté non plus selon leur capacité et leur mérite , mais selon leur proximité auprès de tel ou tel homme politique influent ou disposant d’un peu de pouvoir . lorsque cela arrivera nous n’aurons plus rien à envier aux républiques bananières où sont nommés aux emplois publics les parents , mes membres de la même ethnie ou appartenant à la même religion ou encore à ceux qui auront payé en espèces sonnantes et trébuchantes ou encore en nature leur droit d’avoir un emploi et qui devront continuer de le payer pour pouvoir garder leur poste . C’est ce qui se passait avant 1789 dans le système de la vénalité des charges publiques . Ceux qui veulent faire disparaître le statut de la fonction publique devraient bien réfléchir aux conséquences de leurs actes avant de continuer dans cette voie .Et pour ce qui me concerne je ne donnerai pas ma voix à quelqu’un qui fait de la disparition des fonctionnaires son cheval de bataille .

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com