Actualités

Licenciement des employés communaux : « inacceptable »

Elections départementales, canton 2 de Saint-Paul

Céline Tabou / 3 janvier 2015

Entre 60 et 90 employés communaux de Saint Paul ont été licenciés après les élections de mars 2014, « sans motif, ni préavis » par Sandra Sinimalé. Une situation « normale qui n’est plus acceptable » pour Christian Félicité et Laurence Lougnon, candidats à l’élection départementale.

JPEG - 52.1 ko
Bernard Galaor ancien employé communal, Laurence Lougnon, Christian Félicité et Zuyderzce Josélito, ancien employé communal.

Pour Laurence Lougnon, « depuis quelques années, les employés communaux ne se laissent plus faire, ils dénoncent leur licenciement abusif » qui s’apparentent à des « règlements de compte politique ». Cette dernière s’est insurgé, car « entre chantage pré-électoral et chasse aux sorcières les employés municipaux sont toujours perdants. Il faut que cela cesse ».

« Pourquoi est-ce qu’on me retire de mon poste ? »

Accompagnés de Zuyderzce Josélito, Bernard Galaor, les deux candidats ont dénoncé l’illégalité de ces licenciements. Les deux hommes ont témoigné par les dizaines de personnes dans leur cas, telle que Yvette Marie-Françoise et Philippe Basquaise.
Pour ces derniers, l’illégalité réside dans l’absence de motif de licenciement, la réception sans accusé de réception des lettres de licenciement, l’absence de préavis d’un mois pour un CDD d’un an, mais surtout le remplacement des employés licenciés à leurs postes.
En effet, selon la loi citée par Laurence Lougnon, un CDD n’est pas renouvelé lorsque le poste correspondant disparaît. « Mon CDD a été reconduit chaque année, pendant 5 ans, alors pourquoi est-ce qu’on me retire de mon poste pour y remettre une autre personne », a expliqué Josélito Zuyderzce, ancien employé d’entretien au sein de la division petite enfance.
« J’ai reçu une lettre sans accusé de réception, sans préavis, ni entretien. Ils ont mis fin à mon contrat sans motif non plus », a dénoncé ce dernier, qui a engagé une procédure judiciaire avec le soutien de la CGTR. D’autres ont reçu leur lettre en main propre soit par leur remplaçant, soit par l’adjointe à la mairie, Sandra Sinimalé.

La responsabilité de deux mandatures

Pour certains ex-employés communaux, l’ancienne maire de Saint Paul, Huguette Bello, et son adjoint Jean-Marc Gamarus sont “responsables” de leur situation. La députée « avait dit, lors d’une réunion, qu’elle allait gagner haut la main les élections et qu’après elle intégrerait tous les CDD », a indiqué Bernard Galaor.
D’autres ont été voir Sandra Sinimalé, qui aurait dit « qu’elle ne voulait plus entendre parler des militants d’Huguette Bello. Elle a dit être là pour raser la tête », a indiqué Bernard Galaor. Dans un tel contexte, Christian Félicité et Laurence Lougnon ont décidé d’apporter leur soutien aux employés qui « sont venus nous demander de l’aide en cette période électorale pour dénoncer publiquement la situation », a indiqué cette dernière.
Pour Christian Félicité, « on a jeté en pâture des pères et mères de famille sur l’autel de promesses mensongères. Ce sont des règlements de compte qui pèsent toujours sur les plus fragiles et précaires ». Raison pour laquelle, les deux candidats demandent « la réintégration immédiate des employés communaux licenciés surtout quand leurs postes a été récupéré par de nouvelles personnes ».

Une situation “cautionnée” par les politiques


Ils ont dénoncé la normalité de la situation, assurant que « le clientélisme est tellement répandu à tous les niveaux qu’il en est même rentré dans les mœurs ». Pour eux, « il est devenu naturel de nos jours au niveau politique de jeter des êtres humains et leur famille dans la misère. Cette situation cautionnée par une très grande majorité de politiques de tous bords est inacceptable met en danger la démocratie et la justice sociale ».



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Les employés communaux ne sont pas des kleenex !
    c’est un combat qui est juste et qui mérite d’être soutenu en dehors de tout clivage politique.En ce qui me concerne je vous apporte tout mon soutien sur ces dossiers, pourquoi ne pas écrire une charte à faire signer par tous les maires, les présidents/tes des collectivités ....dans laquelle ils s’engagent à respecter les contrats de travail des employés communaux évitant la chasse aux sorcières.D’autre part les employés communaux eux aussi restent à leur place lors des campagnes électorales ,bien sur ils ont le droit d’avoir leur propre opinion et voter librement pour le candidat ou la candidate de leur choix.Dans la commune du TAMPON des employés communaux sont confronté au même problème et la aussi la CGTR a accepter de les défendre et les accompagner dans leur combat, il est important que ces salariés pour la grande majorité précaires se syndiquent pour mieux se défendrent.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com