Actualités

Lindsay Malet : inégalité entre étudiants à cause du transport

Pour une nouvelle politique des déplacements à La Réunion

Témoignages.re / 16 octobre 2015

Chaque jour, des centaines d’étudiants habitant dans l’Est perdent des heures dans les transports. Les autocars sont prisonniers des bouchons. C’est une inégalité supplémentaire infligée à des jeunes qui n’ont pas les moyens de s’acheter une voiture ou de louer un appartement à Saint-Denis.

JPEG - 59.6 ko

Aujourd’hui titulaire d’un master, Lindsay Malet utilisait quotidiennement le bus pendant 5 ans pour se rendre à l’Université depuis son domicile à Saint-Benoît. Sa journée commençait à 3 heures du matin, pour être sûre de pouvoir prendre l’autocar de 5h10 à Saint-Benoît. C’était une obligation pour arriver en cours à 8 heures à Saint-Denis, sinon l’embouteillage et l’absence d’un arrêt près de l’Université empêchaient d’arriver à l’heure.

Le soir, Lindsay Malet était souvent confrontée à un manque de place, ce qui repoussait le retour au domicile à des heures très tardives.
Pour les jeunes de l’Est qui veulent faire des études dans le Sud, la situation est encore plus critique avec de rares bus. Le co-voiturage est une alternative coûteuse pour un étudiant dont le budget n’est pas extensible.

4 heures par jour dans les transports, un lever avant l’aube et un retour à la maison après le coucher du soleil, ce ne sont pas des conditions motivantes. Lindsay Malet note que les jeunes de l’Est subissent une inégalité à cause des conditions de transport.

MP3 - 701.1 ko
Lindsay Malet


Kanalreunion.com