Actualités

Loyauté et respect vont accentuer le rassemblement

Le PCR est un parti réunionnais qui parle d’égal à égal au Parti socialiste français

Manuel Marchal / 31 mars 2012

Nous sommes aujourd’hui à 22 jours de l’élection présidentielle. Six jours après le candidat du Front de Gauche, c’est au tour François Hollande de venir à La Réunion. Mercredi, le PCR a annoncé qu’il allait s’impliquer loyalement dans sa campagne.

François Hollande arrive aujourd’hui à La Réunion, une semaine après Jean-Luc Mélenchon, quatre jours avant Nicolas Sarkozy et une semaine avant François Bayrou. À la différence des autres candidats qui se succèdent en deux semaines, François Hollande n’est pas le candidat désigné par un parti. En effet, et c’est une première, le Parti socialiste français a décidé d’ouvrir à tous les citoyens le droit de choisir le candidat qu’il soutient à la présidentielle. Jusqu’alors, il fallait être membre du PS pour pouvoir décider qui allait être le candidat soutenu par ce parti.
Cette fois-ci, tout le monde peut voter à condition de signer une Charte d’adhésion aux valeurs de la gauche, et en plus il n’est pas nécessaire d’être adhérent au PS pour être candidat à ces primaires. C’est pourquoi Jean-Michel Baylet, président du Parti des radicaux de gauche, a sollicité les suffrages des participants à la primaire pour être investi candidat à la présidentielle.

L’implication loyale du PCR dans les Primaires citoyennes

La décision de la direction du PS français d’ouvrir ses primaires n’a pas été sans conséquence. Selon l’ancienne méthode, il y a fort à parier que Martine Aubry aurait été la candidate plébiscitée par la fédération socialiste de La Réunion. Mais l’ouverture a changé la donne et c’est pour François Hollande que les suffrages se sont majoritairement reportés, voici pourquoi.
En effet, à La Réunion, le PS n’a jamais constitué la première force politique des forces de progrès. Le premier tour des dernières régionales permet d’ailleurs de le vérifier. En mars 2010, la liste PS a plafonné à 13%, ce qui constitue son poids électoral depuis que les Réunionnais élisent directement leurs conseillers régionaux, c’est-à-dire depuis 1983, soit deux ans après l’accession des socialistes au pouvoir en France.
Ces 13% de la liste socialiste représentent moins de la moitié du score de l’Alliance qui avait alors réalisé 30%. L’Alliance est une force politique dont une des composantes est le PCR. Il est donc clair qu’à partir du moment où toutes les forces de progrès peuvent choisir le candidat que le PS soutiendra, alors l’action du Parti communiste réunionnais est forcément décisive.
Les Primaires citoyennes ont donc été abordées très sérieusement, car celui qui arrivera en tête a de forte chance d’être le candidat qui devra battre Sarkozy. Le Parti communiste réunionnais a donc demandé aux candidats de donner leur position sur ses propositions. François Hollande a donné une réponse favorable, et en conséquence le Parti Communiste Réunionnais s’est impliqué loyalement dans sa campagne. Au soir du premier tour, François Hollande était en tête à La Réunion, la dynamique était lancée et elle allait s’amplifier au second tour.

Une question de principe

Les Primaires citoyennes de novembre ont donc permis aux Réunionnais de choisir qui sera le candidat qui défiera Sarkozy. Et majoritairement, les électeurs ont décidé de faire confiance au candidat soutenu par le parti communiste.
Nous sommes aujourd’hui à 22 jours de la présidentielle, et c’est ce candidat que les Réunionnais ont choisi en novembre qui vient dans notre île.
Entre temps, le PCR a adressé à tous les candidats des forces de progrès ses propositions. Comme Éva Joly et Jean-Luc Mélenchon, François Hollande a fait part de son accord sur le programme validé par la Conférence extraordinaire du PCR du 19 février dernier.
Dans la logique de son engagement aux primaires et de la nouvelle réponse favorable de François Hollande à ses propositions, le Parti communiste réunionnais a décidé de s’impliquer loyalement dans la campagne de François Hollande.
Tout au long de cette procédure, le PCR s’est comporté en parti indépendant, se déterminant uniquement en fonction des intérêts du peuple qui est le seul à pouvoir lui demander des comptes, le peuple réunionnais. Le PCR est aussi resté fidèle au principe de loyauté. « Ces élections vont être un test, et nous allons montrer que nous sommes fermes sur nos principes et dans nos engagements », avait rappelé le secrétaire général du PCR lors de la conférence de presse annonçant la stratégie du Parti pour la présidentielle. Aujourd’hui, il appartient au partenaire du PCR de montrer qu’il a la même cohérence dans son engagement.

 M.M. 


Kanalreunion.com