Actualités

Lutter contre le chômage est prioritaire

Près de 30 % de taux de chômage à La Réunion

Céline Tabou / 10 février 2015

Le ministre du Travail François Rebsamen a présenté hier soir une vingtaine de mesures, élaborées en concertation avec les partenaires sociaux et les acteurs de l’insertion, sept mois après que François Hollande ait érigé le chômage de longue durée en « cause nationale ».

Les derniers chiffres de l’emploi sont en baisse, contrairement aux annonces faites par le gouvernement. La Réunion compte 156.080 demandeurs d’emploi inscrits au Pôle Emploi, fin décembre 2014, soit une hausse de 0,2 % par rapport au mois précédent. Sur un an, leur nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 2,4 %.

Des secteurs créateurs d’emplois

La question de l’emploi à La Réunion avait été évoquée par François Hollande, lors de sa visite dans l’île en août 2014 et la venue la mêle année de ses ministres, qui avaient mis en avant les contrats aidés pour résoudre l’inactivité des plus de 150.000 Réunionnais. Face à cette position gouvernementale, le Parti Communiste Réunionnais propose de mutualiser les crédits des emplois aidés pour la création de deux grands services.
Le premier se portera sur l’aide à la personne allant de la petite enfance, le périscolaire, les personnes âgées, les personnes handicapées aux personnes isolées et fragiles. Le PCR propose un second pôle qui se concentre sur l’environnement, comme la protection et embellissement des sites, le tri sélectif. Des secteurs créateurs d’activité et d’emplois qui prend en compte la hausse démographique.
Face à un chômage de masse, « ces emplois doivent être pérennes, faire l’objet de formation et gérés démocratiquement à partir d’une structure comprenant des représentants de l’Etat, des collectivités, des associations, de personnes qualifiées, des syndicats », a indiqué le PCR.

Priorité à l’embauche des Réunionnais

Venu à La Réunion, le 21 août à Saint Joseph, François Hollande avait assuré auprès des acteurs, AJFER-Nou Lé Kapab, GPX974 et Crefom, une réforme du système de mutation afin de permettre aux fonctionnaires réunionnais, principalement dans la police nationale, puissent être mutés à La Réunion. Aujourd’hui, le statu quo du gouvernement inquiète les acteurs, parmi lesquels, le PCR qui propose un moratoire à tire expérimental durant une quinzaine d’années, conformément à l’article 72 de la Constitution, pour le recrutement dans la fonction publique.
Ainsi, le programme du parti communiste a assuré qu’« aucun poste ouvert dans la fonction publique n’est mis au mouvement national dès lors qu’un Réunionnais disposant des compétences requises postule sur le poste, en application du principe ’à compétence requise priorité aux personnes de La Réunion’".

Accentuer le rôle du Pôle Emploi

Dans le secteur privé, le PCR préconise que « tout poste mis sur le marché de l’emploi doit passer par le Pôle emploi ». Une volonté également souhaité par le gouvernement, qui de son côté, met l’accent sur la formation et l’accompagnement, via le compte personnel de formation (CPF), nouveau dispositif lancé en début d’année. Il s’agirait d’un « droit de tirage » pour effectuer une formation.
Le programme du PCR propose de « proportionner l’intensité des aides ou des exonérations de charges pour les entreprises en fonction du nombre de création d’emplois ». L’objectif est de lier les aides aux entreprises à la création d’emplois. Une proposition qui contrecarre le Pacte de responsabilité du gouvernement, au sein duquel, les entreprises ne sont pas soumis à la création d’emploi, en dépit des milliards fournis par l’Etat.

Réunir tous les acteurs autour d’une table

Enfin face aux problèmes qu’entraîne le manque d’emploi, comme la pauvreté, le mal-logement, la misère et les troubles de santé, le PCR souhaite « une conférence annuelle pour l’emploi ». Il est proposé de « répondre à l’urgence sociale, élaborer et mettre en œuvre un plan de développement durable, engager une politique de co-développement régional ».
Le but est d’« ouvrir des perspectives en terme de création d’emploi » et avoir une « gestion prévisionnelle de l’emploi ». Cette conférence annuelle pour l’emploi à La Réunion pourrait réunir « les acteurs économiques, politiques, administratifs, syndicaux et associatifs pour anticiper sur les postes à pourvoir dans les futurs projets et les besoins en formation correspondant est une nécessité absolue ».


Kanalreunion.com