Actualités

« M. Maurice Gironcel, vous êtes relaxé »

Battu par le suffrage universel, Daniel Alamélou essuie une nouvelle défaite

Témoignages.re / 31 août 2016

Battu dans les urnes lors des municipales de 2014, Daniel Alamélou a voulu prendre sa revanche au tribunal. Après que le juge administratif et le Conseil d’État lui aient donné tort, il a porté plainte au pénal pour tenter d’empêcher Maurice Gironcel d’être candidat aux prochaines élections municipales. Le piège n’a pas fonctionné. Les juges n’ont pas suivi les réquisitions du procureur qui demandait de la prison ferme et 5 ans d’inéligibilité lors de l’audience du 8 juillet dernier. Hier, ils ont rendu leur verdict : Maurice Gironcel est relaxé. Son innocence est donc confirmée, et toutes les demandes de Daniel Alamélou ont été rejetées.

JPEG - 91.6 ko

Le tribunal correctionnel a rendu hier son verdict. Maurice Gironcel est relaxé. Le maire de Sainte-Suzanne, et co-secrétaire général du Parti communiste réunionnais, avait été jugé le 8 juillet dernier à la suite d’une plainte de Daniel Alamélou. Ce dernier avait tenté d’utiliser la justice pour éliminer de la prochaine élection municipale Maurice Gironcel. L’affaire remonte à la veille du second tour des élections municipales. Sentant probablement la défaite arriver, les adversaires des communistes avaient tenté une manœuvre désespérée. Lolita Sautron, une militante de Daniel Alamélou, voulait à tout prix rencontrer Maurice Gironcel. Elle a pu obtenir un rendez-vous dans le quartier du Bocage, alors que le vainqueur du premier tour des municipales terminait sa campagne. Lors de l’audience au tribunal, Lolita Sautron a avoué : « j’ai demandé avec insistance pour voir jusqu’où il était prêt à aller. Je l’ai poussé à bout ». La retranscription indique qu’elle se disait accablée par ses créanciers : frais de poursuite d’étude, difficulté à payer la cantine, retard dans le règlement de ses impôts… Mais Maurice Gironcel n’a pas cédé. Il ne lui a pas demandé de voter ou de faire voter pour lui. Malgré tout, aussitôt l’entretien terminé, la militante s’est précipitée pour retrouver Daniel Alamélou et lui confier l’enregistrement. Ce dernier est ensuite allé à la gendarmerie porter plainte. Le lendemain de ce guet-apens, Daniel Alamélou a été une nouvelle fois battu, car le peuple a décidé de renouveler sa confiance dans l’équipe conduite par Maurice Gironcel.

Un piège tendu à Maurice Gironcel

Daniel Alamélou a refusé le verdict du suffrage universel. Il a tout d’abord saisi le tribunal administratif pour annuler l’élection. Il a été débouté par le juge de l’élection, puis par le Conseil d’État. Le perdant s’est alors tourné vers la justice pénale. Les enquêteurs ont rapidement constaté que ce qui était reproché à Maurice Gironcel relevait d’un piège grossier. Faute d’éléments probants, l’affaire devait être classée. Mais au bout de plusieurs mois de silence et sans que de nouveaux éléments le justifient, les poursuites ont été relancées par le Parquet.

Lors de l’audience du 8 juillet, la défense de Maurice Gironcel s’est donc attachée à démonter les éléments utilisés pour gonfler un dossier vide de preuve. Manifestement, avait alors rappelé Me Boniface dans sa plaidoirie, cette affaire montée de toutes pièces pour tenter de faire tomber l’adversaire de Daniel Alamélou était préméditée depuis longtemps. Car il est très difficile de croire que Daniel Alamélou pensait être sûr à 100 % remporter les élections à la régulière. D’où l’idée de porter l’affaire sur le terrain judiciaire en cas de défaite.

L’affaire Lolita Sautron se résume à la tentative de cette dernière de pousser à bout Maurice Gironcel en espérant qu’il déclare vouloir acheter sa voix, elle avait prévu de recueillir cette « preuve » en enregistrant la conversation à l’insu de Maurice Gironcel.

Malgré ces arguments, le procureur avait requis à l’encontre du maire de Sainte-Suzanne une lourde peine : 6 mois de prison ferme, 5 ans d’inéligibilité et 10.000 euros d’amende.

Cris de joie

Hier peu avant 14 heures, la salle d’audience était pleine. De nombreux camarades de Sainte-Suzanne et de la région Nord étaient venus affirmer leur solidarité avec Maurice Gironcel dans cette épreuve. Tous ont entendu en silence le tribunal rendre le verdict : « M. Maurice Gironcel, vous êtes relaxé. Les parties civiles sont déboutées pour toutes leurs demandes ». Cette décision a été accueillie par des cris de joie. À la sortie de l’audience, Me Rémy Boniface s’est dit très content que le tribunal ait vu que cette affaire était un piège tendu à Maurice Gironcel. Le maire de Sainte-Suzanne a pour sa part réservé sa réponse pour dimanche, date du rassemblement du Parti communiste réunionnais à Sainte-Suzanne.

JPEG - 89.8 ko
Maurice Gironcel donne rendez-vous dimanche à Sainte-Suzanne, pour le rassemblement qui exposera les propositions du Parti communiste réunionnais.

Rendez-vous dimanche à Sainte-Suzanne

Puis au cours d’une brève intervention devant le tribunal a remercié tous les militants présents à ses côtés. Il a appelé à venir très nombreux dimanche à Quartier Français, pour participer au rassemblement au cours duquel le Parti communiste réunionnais présentera ses propositions pour l’avenir de La Réunion.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • On pourrait titré cette épisode AlameLoup Hurle ! La Démocratie politique Passe ... Puisse que c’était la ème épisode d’espoir pour celui qui a trahit le Parti qui l’aura fait confiance et les électeurs en allant chercher sur le terrain obscur de la délation et plainte devant le tribunal. Aussi à rendre malade ceux et celles qui l’ont suivis croyant pouvoir tirer profit sur la tête des habitants de Ste Suzanne.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com