Actualités

« Ma confiance doit aller au député Younouss Omarjee »

Ivan Hoareau, syndicaliste

Témoignages.re / 18 mai 2014

Dans une tribune intitulée « Non à l’Europe de l’austérité et du capital. Oui à l’Europe des peuples », Ivan Hoareau précise les raisons qui l’amènent à faire confiance à Younous Omarjee.

L’idée d’une Europe au service des peuples est décrédibilisée sans cesse par les politiques d’austérité et de mise en concurrence des travailleurs menées par les tenants du capital et, en tout cas, par les libéraux qu’ils soient de l’UMP ou du PS.

La réorientation sociale de l’Europe promise par Hollande n’était qu’huile dans les rouages de sa politique nationale récessive et de celles menées dans les autres pays européens.

Cette tromperie nous renvoie à la forfaiture du Traité de Lisbonne imposant à des peuples européens ce qu’ils avaient rejetés par leur Non au TCE en 2005. Déficit démocratique !

Détestable pratique d’une élite arrogante et méprisante « des gens de peu », la négociation en missouk (depuis juillet dernier) du partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP), attentatoire aux souverainetés nationales et populaires, tente d’imposer un ordre public au travers d’arbitrage supra nationale au service des STN (AMI nous revoilà !). Et Hollande de pérorer : « Nous avons tout à gagner à aller vite. Sinon nous savons bien qu’il y aura une accumulation de peurs, de menaces, de crispation ».

L’austérité menée en Europe par la droite et les sociaux libéraux nous conduit à l’impasse.

La récession et la déflation frappent à nos portes.
On combat l’inflation même quand il n’y en a pas au point que même des libéraux en arrivent à quémander « un peu d’inflation siou plé ! ». L’obsession de la lutte contre l’inflation cache mal l’objectif de préservation de la rente. Elle est menée par une BCE dépendante des milieux financiers parce que indépendante du Politique.
L’orthodoxie budgétaire et monétaire fait le jeu de l’Allemagne sur division de l’Europe entre le nord et le sud, plus exactement organise le dumping social en mettant sans cesse en concurrence les peuples, les travailleurs du nord et ceux du sud. Les critères de Maastricht et de la règle d’or organisent la récession en /et posant / posent la question de la dette en soi, ce qui n’a aucun sens si ce n’est de légitimer le libéralisme et l’austérité.

Er La Réunion dans tout ça ?
Cette RUP est à la croisée des chemins comme l’Europe l’est quant à la nécessité d’une autre politique géopolitique, économique, sociale, écologique et culturelle.

Au delà des difficultés/enjeux internes et de leur combinaison à La Réunion que certains n’hésitent pas à traduire en fin d’un modèle (handicaps rupéens ; transition démographique et écologique d’une petite économie insulaire ; difficile et contrariée mais impérieuse nécessité qu’ont combattu pendant trop longtemps certains de ses plus ardents thuriféraires déclamants d’aujourd’hui que l’insertion régionale ; accélération accélérée de l’histoire…), le futur proche de La Réunion dans sa relation avec l’Europe est lourd de menaces.

De la possible remise en cause de la Politique de Cohésion d’ici 2020 aux menaces sur l’octroi de mer à la même échéance en passant par la continuité du démantèlement de l’OCM Sucre et la fin des quotas, l’incapacité structurelle des eurocrates à penser notre intégration régionale le dispute à leur injure faite à la géographie (et à l’histoire) de penser qu’elle puisse ne pas reprendre un jour ses droits. Ce jour est là !

Loin des discours aseptisés tentant de le vider de tout contenu politique, l’Europe du Capital est une construction politique. Dire qu’il est normal que l’Europe signe des accords pour justifier le Partenariat Transatlantique n’est pas recevable ; l’Europe sui generis n’existe pas qui, selon une formule développementiste, serait amenée avec le temps à s’améliorer inéluctablement (il faudtait juste un peu de patience !).

Sur fonds de l’euro/mark et du rôle prépondérant de l’Allemagne au détriment de ses « partenaires », cette Europe de la concurrence libre et non faussée jusque et surtout entre ses composantes nationales sur dumping social complique de plus en plus la relance du continent. Cette Europe libérale en perte de valeurs solidaires et communautaires où les Politiques Communes perdent sérieusement de leur résonance, où les amortisseurs socio économiques, les services publics et la fonction publique sont passée au crible du mantra libéral,… livrant par là même de l’argent public à l’insatiable appétit du secteur marchand et de ses spéculateurs, cette Europe là est mortifère pour les peuples.

Cette Europe de l’austérité, de la récession est incapable de penser un destin de continent et partant planétaire.

Oui une autre politique est une impérieuse nécessité. Dans l’intérêt bien compris des RUP et de leurs travailleurs.

Face à tous ses enjeux, il me semble que ma confiance doit aller au député Younouss Omarjee.
Son sérieux dans l’accomplissement de son mandat au service notamment de La Réunion et des RUP, sa connaissance des dossiers et sa riche expérience plaident pour lui.

Saint Denis le 17 mai 2014

Ivan Hoareau
Syndicaliste


Kanalreunion.com