Actualités

Ma lève debout sous la colère

Témoignages.re / 2 novembre 2012

Une pétition circule depuis trois jours sur le Net. Intitulée « Gro mal », cette pétition dénonce les dérives d’une série de sketchs radiodiffusés. « Anou, Lantouraz Pangar nou vé atir zot latansion si lo bann mésaz dégradan i pas dann séri-la. (…) Na ryink mové kozman si bann Rényoné. » Hier, à 19h, elle comptait une quarantaine de signataires. Sous prétexte d’humour, a-t-on le droit de rabaisser un peuple ? La banalisation de ces postures aux relents racistes, qui se cachent derrière le paravent commode du moukataz, ne peut nous laisser indifférents. Elle est la marque d’une société postcoloniale conditionnée par des décennies de dénigrement, d’automutilation et de reniement de notre propre identité. Zordi, lo tan larivé pou nou lève dobout ! 

PNG - 580.8 ko

« Ma lève debout sous la colère » (1) Ces paroles du poète réunionnais, Alain Lorraine, auquel un hommage a été récemment rendu par Brigitte Croisier lors d’une conférence au théâtre du Grand Marché, se sont imposées au moment où le son "mol" d’un sketch en créole se déversait d’une radio. Il y était question des tristes exploits d’un personnage non moins triste nommé « Gromal », avatar dont la dimension comique était aussi palpitante qu’un encéphalogramme plat. Moukataz et kasazlokui, sports nationaux par excellence, sont-ils devenus des alibis ? Des alibis au nom desquels on — souvent le Réunionnais lui-même — se permet de rabaisser le Réunionnais au niveau RADSOL ! Et pour reprendre le commentaire d’un internaute : «  Kom déparazar, Gromal lé in Kaf… Kom déparazar…  ». Kriké… Kraké ! Si zistoi la lé mantèr, kisa lotèr ?

Gratèrdki, bivèrlarak…

La tendance n’est certes pas nouvelle, mais elle prend ces temps-ci une ampleur nouvelle. Quelle tendance ? Celle qui consiste à dénigrer le Réunionnais, à l’enfermer dans un cliché insultant. Si l’on se réfère à quelques récents exemples dans divers domaines (mode (2), pub, rapports officiels, compte-rendu d’audiences, interviews, etc.), on peut résumer la tendance ainsi : les Réunionnais sont paresseux (gratèrdki), alcooliques (bivèrlarak), couillons (comme Gromal). Les cafres et les jeunes ne sont pas oubliés : ils sont stigmatisés… Quant aux Réunionnaises, ce sont « toutes des p… » selon un enseignant adepte de la bouteille et des mains baladeuses. La langue réunionnaise cristallise elle aussi les attaques les plus vicieuses : elle est décrite par un élu sur France Inter non seulement comme « inutile » mais aussi comme « un frein au développement de l’enfant ». Quant au " patois sympathique  " et au "  kréol KK ", ils sont encore dans tous les esprits.

Alors, à vos claviers ! http://www.petitionduweb.com/Petition_gro_mal-29801.html

Nathalie Valentine Legros 

 

1) « Ce soir ma lève debout

Ma lève debout dans la lumière

Ma lève debout sous la colère »

  Alain Lorraine

 
2) La mode des t-shirts aux slogans douteux : "  Le travail est un vilain défaut, mais ça se soigne  ", "  Se reposer et pas trop travailler, c’est la santé  ". Sur les dessins qui accompagnent les slogans censés être humoristiques, on voit un Créole " bon teint " avachi dans un hamac, entre rhum arrangé et cadavres de dodo…


Kanalreunion.com