Actualités

Maloya Patrimoine de l’humanité : premier anniversaire

1er octobre 2010

Manuel Marchal / 22 janvier 2011

Plus personne ne pourra effacer le maloya… à l’heure où des conservateurs à la tête de la Région tentent de faire disparaître des mémoires les réalisations du génie réunionnais, le maloya est là pour montrer que l’esprit de résistance du peuple réunionnais finit toujours par triompher.

Il est des dates importantes dans l’Histoire d’un peuple, et qui sont à lui seul. Dans le calendrier réunionnais, le 1er octobre est l’une d’entre elles. C’est en effet le 1er octobre 2009 que l’UNESCO a déclaré que le maloya fait partie du Patrimoine immatériel de l’humanité. C’est donc grâce à un des symboles de l’esprit de résistance de son peuple que La Réunion fait son entrée dans la liste du patrimoine du monde.
Pour arriver à ce résultat, il a tout d’abord fallu que les anciens entretiennent la flamme du maloya pour ne pas qu’il disparaisse. La répression était sévère, et le maloya était interdit, car cette expression populaire de notre culture était intolérable pour le pouvoir de l’époque.
Les militants ont été soutenus par l’appui décisif du Parti communiste réunionnais qui a pris l’initiative d’inviter une troupe de maloya à monter à la tribune de son 4ème Congrès. Le PCR a aussi produit les premiers disques de maloya.
Le maloya a su vaincre la censure des ondes pour ensuite se diffuser dans le monde au même titre que les autres musiques.
C’est ensuite l’équipe de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise qui a entrepris de lutter pour l’inscription du maloya au Patrimoine de l’humanité. Tout un travail de mémoire et de valorisation a donc été accompli par la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise. Et il a abouti sur la grande victoire du 1er octobre 2009. Cet événement a été célébré quelques jours plus tard lors de la remise des Prix Zarboutan nout kiltir au CRR Gramoun Lélé à Saint-Benoît.
Un an après, une certitude : plus personne ne pourra effacer le maloya de la planète.

M.M.


Kanalreunion.com