Actualités

Martine Pinville rencontre l’Observatoire des prix, des marges et des revenus

Visite ministérielle

Témoignages.re / 6 janvier 2016

Martine Pinville, secrétaire d’État chargée du commerce, de la consommation, de l’artisanat et de l’économie solidaire est en visite dans notre île depuis hier. Elle a participé à une réunion de l’Observatoire des prix, des marges et des revenus.

JPEG - 93.2 ko
Dominique Sorain, préfet de La Réunion, Martine Pinville, secrétaire d’État chargée du commerce, de la consommation, de l’artisanat et de l’économie solidaire, et Sébastien Fernandès, président de l’OPMR.

La réunion d’hier de l’Observatoire des prix, des marges et des revenus (OPMR) était celle de l’entrée en fonction de son nouveau président, Sébastien Fernandès, président de section à la Chambre régionale des Comptes.

La première partie de la séquence était une présentation des différentes activités de l’OPMR. Il a notamment été question des deux études réalisées par l’observatoire sur le prix des pièces détachées automobiles, et sur celui des matériaux de construction.

Ces travaux ont mis le doigt sur des niveaux de marge anormaux, qui semble provenir du fait que des entreprises abusent de leur position dominante.

Martine Pinville a ensuite eu droit à une explication sur le Bouclier qualité-prix (BQP), une liste de 107 produits de grande consommation dont le montant ne doit pas dépasser 292 euros. Composé à 47 % de produits réunionnais, le BQP privilégie l’aspect diététique.

Lors du tour de table qui a suivi, le problème du sous-effectif de la DIECCTE a été soulevé par la députée Ericka Bareights. Ce service de l’État compte autant de fonctionnaires qu’en Martinique, pour une population deux fois plus importante à La Réunion.

Jean-Bernard Gonthier, président de la Chambre d’agriculture, a fait état des difficultés des maraîchers à écouler leur production à La Réunion. Il plaide pour une structuration de la filière fruits et légumes en plusieurs organisations afin d’améliorer la situation. « On sait produire de la qualité, on sait exporter, mais on ne sait pas vendre », déplore-t-il.

Jocelyn Cavillot, du syndicat SOLIDAIRES, a demandé l’abrogation de la loi Perben qui empêche l’extension automatique des conventions collectives nationales à La Réunion. Cette mesure permettrait d’augmenter les revenus et d’améliorer les conditions de travail, a-t-il dit en substance.

Au terme de cet échange, Martine Pinville a salué une structure intéressante. La secrétaire d’État chargée du commerce, de la consommation, de l’artisanat et de l’économie solidaire estime que le Bouclier qualité-prix a permis un gain de pouvoir d’achat. Elle note aussi que La Réunion se caractérise par des salaires très bas.


Kanalreunion.com