Actualités

Maurice Gironcel appelle à la responsabilité

Conseil municipal de Sainte-Suzanne

Témoignages.re / 27 juin 2016

Samedi avait lieu le Conseil municipal de Sainte-Suzanne. À cette occasion, le maire Maurice Gironcel a pris la parole pour une déclaration liminaire présentant une analyse de la situation politique. En utilisant la CINOR pour satisfaire ses ambitions, l’opposition pénalise lourdement la population de Sainte-Suzanne. Voici le contenu de l’intervention du maire de Sainte-Suzanne.

JPEG - 84.9 ko
Maurice Gironcel dans le défilé du 1er mai à Saint-Denis.

Je vous souhaite la bienvenue à cette 4° séance du conseil Municipal de cette année 2016. Nous allons examiner aujourd’hui une quinzaine de rapports, sur lesquels nous reviendrons plus en détail tout à l’heure.

Mais permettez-moi auparavant de réagir sur certains sujets d’actualité.

Au niveau international, comme vous le savez, la sortie programmée du Royaume-Uni de l’Union Européenne, suite au référendum du 23 juin, ouvre une des plus grandes périodes d’incertitude que l’Europe ait pu connaître au cours de ces 40 dernières années. Cette situation totalement nouvelle et inédite dans l’Union européenne à laquelle nous sommes intégrées nous commande ici à la plus grande vigilance sur tous les fronts. Il est clair que désormais rien ne sera jamais plus comme avant.

Cet évènement vient se rajouter à la crise sociale et économique sans précédent que nous vivons en France et à La Réunion, depuis maintenant plusieurs années.

Non aux attaques contre les travailleurs

Sur le plan social par exemple, le conflit ouvert par le Gouvernement depuis plusieurs mois déjà à propos de la loi El Khomri, a suscité une colère légitime du monde du Travail. Jamais, depuis la fin de la Seconde guerre mondiale de telles atteintes aux droits sociaux des travailleurs et travailleuses de ce pays, pourtant conquis de haute lutte, n’avaient été portées aussi loin. Jamais il n’y a eu une telle volonté de remettre en cause l’action syndicale et les syndicats.

Comme si cela ne suffisait pas, après avoir porté atteinte au droit des travailleurs, ce même gouvernement – socialiste - s’est attaqué à un autre droit, tout aussi inaliénable dans notre République, celui de la liberté de manifester.

Ces trahisons aux idéaux des Forces de Progrès, ne sont, hélas, que la triste continuité des actions déjà menées comme par exemples : la diminution de la dotation de fonctionnement aux collectivités ou encore le refus de financer le renouvellement des emplois aidés, outils utiles et indispensables à notre jeunesse et aux plus fragiles. Ces agissements déplorables sont, hélas, relayés au niveau local par certains élus.

La trahison de l’opposition

En effet, l’actualité de ces derniers jours montre, que nous avons en face de nous une partie de l’opposition qui, après avoir perdu toutes les élections depuis 2012 perd maintenant la raison, et s’allie sans vergogne avec ceux-là même qui cassent nos acquis sociaux, saignent nos collectivités et détruisent nos emplois.

La vérité est certes cruelle, mais elle doit être dite.

Au lieu de défendre les intérêts de la population, des élus se permettent de les dégrader avec la complicité de leur nouvel ami de la Cinor, le Socialiste, ami intime du Gouvernement, Gérald Maillot, avec la complicité connue de l’opposition municipale socialiste de Sainte Marie. Ils se sont tous retrouvés sur un seul dénominateur commun : le non-respect des engagements pris. Comme on dit d’ailleurs : qui se ressemble s’assemble. Et cette opposition municipale n’a pas hésité un seul instant à sacrifier les intérêts de notre population pour assouvir votre soif jamais désaltérée de vengeance et obtenir ainsi un semblant de pouvoir, totalement aléatoire.

Une image lamentable

Les événements de ces derniers mois le démontrent : après avoir validé, sans sourciller, une diminution de crédits de 562.000 euros sur la Dotation de Solidarité Communautaire au profit de notre commune, vous cautionnez maintenant les pratiques antisociales du Président de la Cinor, qui s’est permis de licencier purement et simplement des agents en fin de contrat, uniquement parce qu’ils étaient originaires de Sainte-Suzanne et qui selon lui ne partage pas vos opinions politiques. Si cela se vérifiait, on appelle cette pratique discrimination à l’embauche. Sur ce plan je n’ose pas imaginer un seul instant que vous cautionnerez de telles pratiques. Mais c’est à vous de le dire.

La population, les citoyens, les habitants de Sainte-Suzanne et les Réunionnais apprécieront.

Tous ces reniements, revirements de “paletot” n’honorent pas l’opposition. Un bref aperçu : après avoir débuté au PS, en passant par le PCR, le PLR, l’UDIR, le MODEM, OBJECTIF RÉUNION, les Républicains et maintenant retour au PS. Pourquoi ? Pour quelles ambitions personnelles ?

C’est triste à souligner mais vous – cette opposition - renvoyez en définitive une image absolument lamentable du mandat que vous a confié la population, en faisant de l’intercommunalité non pas ce qu’elle doit être, c’est-à-dire un outil de développement et de solidarité intercommunale, mais un instrument de votre ambition politique.

Vous en portez l’unique et entière responsabilité devant le peuple. Je vous invite donc à retrouver le chemin de la raison et à travailler pour faire avancer notre commune plutôt que des ambitions politiciennes dont l’histoire ne s’en souciera même pas dans quelques années.


Kanalreunion.com