Actualités

Maurice Gironcel : « les victoires aux Municipales et à la Présidentielle sont liées »

Interview

Témoignages.re / 13 décembre 2011

Maurice Gironcel a remercié Elie Hoarau pour son soutien et ses encouragements. Puis il s’est tourné vers les élus présents. Il les a chaleureusement remerciés. Par leur geste, ils sont devenus des modèles de générosité et de principes.
Mais il a réservé l’essentiel de son discours à ses camarades et amis présents. Il a pris un soin particulier à leur expliquer les enjeux de ces élections municipales qui auront lieu vers fin janvier ou début février. Dans l’interview qui suit, il a bien voulu résumer certains aspects, tout en en profitant pour tendre la main à Yolande Pausé.

Maurice Gironcel, vous avez parlé de responsabilité.
— En effet, en mai, il y aura l’élection présidentielle. Sarkozy devra être battu et une nouvelle équipe sera en place. Une nouvelle étape commence pour une politique plus juste pour la population. Nous devons prendre toute notre place dans cette bataille. Nous ne devons pas attendre que le changement vienne de France, et nous ici, nous attendons en regardant les sondages. Quand c’est bon, on est content. Quand ce n’est pas bon, on a mauvaise mine. Non, nous devons passer à l’action. Nous devons infliger à Sarkozy et ses amis une grande défaite à Sainte-Suzanne.
La victoire municipale en janvier-février va donc peser sur le résultat du mois de mai. C’est cette idée d’une double victoire qui va encourager tous les camarades dans les autres communes dans l’île. Voilà notre part de responsabilité dans le changement tant attendu.

C’est pourquoi vous avez appelé à l’union ?
— A Sainte-Suzanne, j’appelle à l’union et au rassemblement populaire pour janvier-février et pour le mois de mai. L’un ne va pas sans l’autre. Pour les Municipales, les choses sont claires. Je respecte les engagements que nous avons pris ensemble de reconduire l’équipe de 2008. Si certaines personnes ne souhaitent plus continuer, nous discuterons de leur remplacement.
Depuis 1983, j’ai dû organiser quelque 30 élections sur Sainte-Suzanne. Les gens me connaissent. Comme tous, je dois avoir des qualités et des défauts. Mais j’ai toujours été pour l’union et le rassemblement.

Est-ce un message en direction de Yolande Pausé, votre co-équipière de 2008 ?

— J’appelle Yolande au dialogue pour faire le bilan de ce qui nous sépare et de ce que nous avons en commun. Elle me connaît. Cela fait des dizaines d’années que nous travaillons ensemble, au syndicat comme en politique. Ce qui s’est passé ces derniers mois n’aurait jamais dû se produire. Pour le bien de Sainte-Suzanne, de La Réunion et du Parti, nous pouvons, ensemble, trouver le chemin qui conduira à réconcilier toutes celles et tous ceux qui souhaitent continuer.

Et à ses amis, que leur dites-vous ?
— A ses amis, je veux leur dire que notre équipe est ouverte et rien n’est figé. Une meilleure gouvernance est toujours nécessaire et possible. Je n’ai pas la prétention de gagner seul. J’ai toujours fonctionné en équipe. La plupart du temps, ça marche ; quelquefois, cela produit des traitres. Mais que voulez-vous, nous devons toujours progresser, en ouvrant, pas en se refermant.

Et à vos propres camarades qui se sentent désabusés ?
— Je les comprends. Prenons le cas des Sénatoriales : il y avait 2 femmes en 2ème position. L’une d’entre elles devait être élue. Entre Gélita Hoarau, notre sénatrice sortante, et Jacqueline Farreyrol, certains Grands électeurs de notre propre camp ont préféré éliminer Gélita pour faire passer l’élue UMP qui fera campagne pour faire gagner Sarkozy.
Je suis pour l’esprit de responsabilité et la cohérence. On ne saura jamais qui. Mais il nous a manqué plus d’une centaine de voix. Cela fait partie des engagements que l’on prend. C’est l’esprit de responsabilité et de respect qui doit nous guider. Si le PCR a perdu sa sénatrice, ce n’est pas la responsabilité de la droite. C’est bien dans le camp de nos Grands électeurs qu’il y a eu un problème. L’expérience doit servir de leçon.


Réunion d’explication à la Marine

Une réunion d’explication a eu lieu le jeudi 8 décembre 2011 à la Marine, 11 rue de l’Adour, chez Clémence Moutalou, en présence de nombreuses personnes. Maurice Gironcel a félicité les anciens présents qui ont combattu pour l’égalité, la liberté d’expression aux côtés de Lucet Langenier et salué l’engagement des jeunes dans cette bataille électorale qui arrive.
Il a rappelé la victoire remportée en 2008 avec 63% des voix face à 6 autres listes. L’acharnement judiciaire qu’il a subi ensuite l’oblige à démissionner de son mandat de Maire et de son poste de Conseiller général. Yolande Pausé a assuré l’intérim de Maire tandis que Daniel Alamelou a été élu Conseiller général avec le soutien inconditionnel de la Section communiste de Sainte-Suzanne. Aujourd’hui devenu disponible, Maurice Gironcel demande de reconduire la même liste afin de poursuivre le développement solidaire et durable commencé en 2008.
La population pourra ainsi réparer l’erreur judiciaire commise à son encontre.
Les habitants ont approuvé cette initiative, et donné rendez-vous à la justice quand de nouvelles élections auront lieu.

Le Secrétaire de Section,
Martial Turpin


Kanalreunion.com