Actualités

Maurice Gironcel : « Nous prononcer en fonction des intérêts des Réunionnais »

Présidentielle et législatives, quelle position du PCR ?

Manuel Marchal / 27 février 2017

Le secrétaire général du PCR était l’invité du journal télévisé de Réunion Première hier soir. Il a répondu à des questions sur les élections prochaines, la situation du Parti communiste réunionnais et son prochain procès en appel après une relaxe en première instance.

JPEG - 63.8 ko
Maurice Gironcel a salué la réussite du 9e Congrès, qui « relance une dynamique ».

Maurice Gironcel a tout d’abord été interrogé sur le nom du candidat que le PCR soutiendra à l’élection présidentielle. Il a rappelé que sa décision, en tant que maire de Sainte-Suzanne, de parrainer Jacques Nikonoff ne constitue pas un soutien. Elle correspond à la volonté du PCR de favoriser le débat démocratique en donnant la possibilité à des candidats de coucourrir à l’élection présidentielle grâce à l’obtention du nombre suffisant de parrainages d’élu.

Le secrétaire général du PCR a confoirmé l’envoi d’une lettre du PCR à plusieurs candidats à l’élection présidentielle, à l’exception de Marine Le Pen. Par ce choix, le PCR souligne que le FN n’est pas un parti qui défend des valeurs démocratiques en raison de son idéologie porteuse de divisions propre à l’extrême droite.

C’est en fonction des réponses que le PCR se déterminera, avec le « soutien du candidat qui répond le plus près possible nos revendications ».

Rassemblement

Sur les élections législatives, Maurice Gironcel a annoncé que le PCR sera présent dans les 7 circonscriptions, soit avec un candidat communiste, soit en soutenant un autre candidat. Il a rappelé le processus de décisions du PCR dans ce domaine. Ce sont les sections qui font des propositions au Comité central. Il revient ensuite à la direction du PCR de désigner.

Le 9e Congrès du PCR a lancé un appel au rassemblement sans exclusive. C’est pourquoi le PCR a rencontré différentes forces politiques. Maurice Gironcel a également souligné que le 9e Congrès a vu la présence de plusieurs partis politiques invités à suivre les débats. Les décisions du PCR seront guidées par un principe : « Nous prononcer en fonction des intérêts des Réunionnais ». Maurice Gironcel a en effet souligné que le PCR est un parti réunionnais et non pas une fédération d’un parti dont le siège se situe à Paris. C’est ce qui explique pourquoi c’est l’intérêt du peuple réunionnais qui prime avant toute autre considération.

« Ce congrès a relancé une dynamique »

Concernant les difficultés financières du Parti communiste réunionnais, le secrétaire général du PCR a salué un congrès de bonne tenue, « qui a posé des objectifs en adhésion et financement ». Il a mis en évidence un budget en diminution car le PCR a moins d’élus, or les élus communistes participent au fonctionnement de leur parti. Notre ambition est d’augmenter le nombre des adhésions, et celui des élus. Maurice Gironcel a rappellé que « le PCR n’avait aucun élu pendant une époque, mais cela n’a pas empêché le PCR de participer à des batailles électorales qui ont fait avancer la cause des Réunionnais ». « Nous avons commencé le congrès avec un millier d’adhérents, plus de 2.000 aujourd’hui et l’objectif est de 3.000. Ce congrès a relancé une dynamique ».

Interrogé sur les condamnations dont il a été la cible, Maurice Gironcel a rappelé que la première concerne un emploi de CEC dont le contrat aurait dû être arrêté plus tôt. La seconde a porté sur une demande d’autorisation des riverains qui aurait été trop tardive par rapport à des travaux destinés à désenclaver leurs terrains. Enfin, sur l’affaire de la militante de Daniel Alamélou qui a tenté de le piéger à la veille du second tour des élections municipales, Maurice Gironcel a été relaxé en première instance, « le procureur a fait appel c’est son droit. Je fais de nouveau confiance à mon avocat ».

M.M.


Kanalreunion.com