Actualités

Max Banon : « Combattre la casse sociale »

Succès du lancement de la campagne des législatives du PCR

Témoignages.re / 22 mai 2017

Le syndicaliste Max Banon est candidat du PCR dans la 4e circonscription de La Réunion.

JPEG - 39.9 ko

Max Banon a d’abord dit pourquoi il a accepté d’être candidat du PCR. Il veut poursuivre le combat des anciens : Raymond Vergès, Léon de Lépervanche, Paul Vergès, Elie Hoarau. « Si aujourd’hui les syndicalistes peuvent mener le combat dans les entreprises, si je peux m’exprimer devant vous aujourd’hui c’est grâce à eux », a-t-il rappelé. « Ils étaient réprimés par la police coloniale. On tergiverse sur quoi, c’est notre tour de reprendre le flambeau ».

Il a annoncé la tenue d’un débat public sur la question de la responsabilité. « Aucun peuple ne peut émerger si on est dans l’assistanat : 40 milliards du gouvernement pour le grand patronat. Aucun emploi n’a été créé. 20 milliards pour le CICE. Le bilan est négatif. Où sont les promesses de Hollande à Saint-Louis ? Chacun doit prendre ses responsabilités à quelque niveau que ce soit ».

Il a souligné que dans le Sud, Saint-Pierre 2e ville la plus pauvre de la République. « Nous devons changer ce système ».

Non au contrat zéro

« Je serai un combattant sans faille contre la casse sociale annoncée par le président Macron, ses acolytes et ses sous-marins du PS », poursuit-il. « Macron veut mettre fin aux 35 heures. Nous sommes dans un département hors-norme à cause du chômage. Macron annonce la mise en place d’un contrat à zéro heure. On vous appelle quand on a besoin ».

« En tant que syndicalistes, nous devons nous rassembler face à la casse des acquis de 1936 et 1945. Car pour faire plaisir à LR, Macron va casser la sécurité sociale », a souligné Max Banon.

Il a rappelé que La Réunion a des atouts pour créer des emplois dans l’énergie, l’agriculture. Il a rappelé que l’on faisait du riz à La Réunion, comme chez Simon Lagarrigue qui en produisait 32 tonnes par an. « On a la capacité de produire ici et de travailler avec nos camarades malgaches ».

Emmanuel Macron annonce la tenue des assises dans les DOM. « Notre programme est déjà fait. Il faudra se battre à l’image de nos camarades de la Guyane. Le gouvernement a trouvé 2 milliards alors qu’il disait que les caisses étaient vides », a dit le syndicaliste, « avec le COSPAR on a arraché 150 euros, c’était 60 millions par an dans l’économie réunionnaise. Les socialistes l’ont supprimé. Il faut construire une vraie résistance ».

« La départementalisation c’est fini »

Il a montré l’importance de se rassembler le plus largement possible en gardant notre identité réunionnaise. « Il faut changer le cadre législatif, la départementalisation c’est fini, ce système néo-colonial ne peut pas régler les problèmes. D’autres le disent aussi, par exemple Jean-Louis Lagourgue aux obsèques de Paul Vergès, « portons cette proposition pour mettre en place un nouveau cadre législatif ».

La seconde proposition est de mettre en place une assemblée territoriale avec plus de pouvoir. « Le 11 juin, changer l’avenir de notre pays ».


Kanalreunion.com