Actualités

Michel VERGOZ candidat aux sénatoriales, pour quoi faire ?

Parti socialiste

J.B. / 7 juin 2011

Il est un argument qui revient constamment chez Michel Vergoz pour expliquer aux militants socialistes les raisons de son aide à la victoire de Didier Robert, en 2010 : effacer la défaite socialiste aux Régionales de 2004, voire « l’humiliation » qui en est suivie. D’où sa fierté, c’est d’avoir fait battre Vergès et le PCR.

Pour rafraîchir la mémoire

En 2004, la majorité sortante au Conseil régional est présidée par Paul Vergès. C’est une coalition de la liste conduite par Camille Sudre (10,5%-5 élus) et celle de Paul Vergès (31,94%-19 sièges). Sur la liste victorieuse du scrutin, les communistes et les socialistes étaient unis à quelques autres personnalités. Un contrat de gestion unissait cette majorité de 24 élus sur 45 que compte l’assemblée.

En 2003, soit un an avant le renouvellement de 2004, Michel Vergoz rencontre le président de Région et lui annonce que le PS ne reconduira pas l’expérience de 1998. En clair, le PS fera liste à part. Il en sera le porte-parole.

Forcément, pour arracher la conviction des cadres du PS, il a dû forger des arguments pour démontrer que la division serait meilleure que l’union. A-t-il raison de sortir de la coalition ou fait-il une erreur ? Bons nombres de socialistes lui ont donné quitus non sans se poser cette question fondamentale. La suite, c’est le peuple qui tranche, par son vote.

Dans le secret de l’isoloir

Le peuple consacre la liste Alliance de Paul Vergès (PCR-Freedom-société civile) avec 34,48% au premier tour et 44,85% au final. La liste de Vergoz obtient 15,91% et 22,33%. A l’évidence, le peuple a sanctionné le choix de la division. La démonstration est faite que l’union aurait largement dépassé les 50% (44,85+22,33) ! Si sa liste n’obtient que 7 sièges, à qui la faute ? C’est la conséquence d’un choix suicidaire dans lequel il a entrainé tout son parti. S’il n’avait pas exposé l’hypothèse de l’échec à ses amis, c’est donc encore plus grave. Cela veut dire que c’est un véritable aventurier.

Telle est la leçon fondamentale d’un choix politique sensé être victorieux. Mais au lieu d’une analyse sereine du vote populaire et donc une autocritique franche, Michel Vergoz a enfumé ses amis du PS en leur transmettant ses indignations devant les péripéties qui ont nourri l’actualité électorale. Pouvait-il sérieusement arguer de ses propres turpitudes pour expliquer l’humiliation dont il dit avoir été victime, sans se ridiculiser ? Dès lors, agiter l’épouvantail communiste est un argument facile déjà utilisé par la droite ultra pour ne pas apporter les solutions durables aux problèmes de La Réunion.

La promotion du P.G.C.D.

Si ce n’était qu’un problème personnel, on pourrait laisser tout cela aux oubliettes. La Terre ne va pas s’arrêter de tourner. Mais, c’est toute une population qui pâtit des erreurs de politiciens imbus de leurs intérêts personnels et qui sont prêts à tout casser… en particulier, l’union des forces de progrès !

C’est le sort de 30% de chômeurs ; 30.000 demandeurs de logements souffrent en silence ; c’est l’avenir de 50% de la population qui vit sous le seuil de pauvreté ; ce sont les licenciements massifs et l’augmentation des prix…

Au moment où la droite appelle à l’union pour maintenir cette politique désastreuse, le message d’espoir serait-il la promotion du plus grand commun diviseur ?

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • En 2004, quelle humiliation a été infligée par Paul Verges aux socialistes élus en 1998 et qui lui ont été loyaux jusqu’au terme de leur mandat .... Ces derniers ont subi une double peine, etre exclus de leur parti pour lui avoir été fidèles jusqu’au bout et etre jetés comme des malpropres de la liste de l’Alliance au profit d’énergumènes ne représentant qu’eux meme ( PSR ) ou de personnalité n’ayant jamais siégé sauf aux assemblées plenieres puisque occupés à d’autres taches à l’étranger ( COI Maurice ) sans compter une représentante de la société civile, alors encartée à l’UMP et meme pas inscrite sur une liste électorale à la Réunion ...
    Il serait judicieux de ne pas avoir la mémoire courte !!!!!!!

    Article
    Un message, un commentaire ?






    • Personne n’a dit que Vergès a humilié quelqu’un.Où avez-vous lu cela ?

      C’est en 2003 que Vergoz est venu rencontrer le président Vergès pour lui signifier qu’au renouvellement de 2004, les socialistes ne feront plus liste commune avec le PC ; en clair, l’union est caduque. Et, un an avant l’échéance, alors que le mandat de gestion commune n’est pas terminée, il lance la campagne de critique contre la majorité régionale à laquelle il appartient encore. La suite, vous savez : il perd son pari de battre paul Vergès. Les critiques que vous exprimez vis à vis de certaines personnes ne peuvent être prises en compte qu’ après le choix de division.

      Article
      Un message, un commentaire ?






  • michel vergoz est un diviseur, didier robert lui doit une fiére chandéle le PS aurait du l’exclure car sa place n’est pas à gauche mais à droite chaque fois qu’il prend la parole c’est pour rendre service à l’UMP ! alors si les électeurs socialistes réunionnais continuent à le soutenir ils courrent à l’échec sanglant !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com