Actualités

Michel Vergoz, Jean-Paul Virapoullé, Nadia Ramassamy et Éric Magamootoo se sont rencontrés

Ce que les électeurs doivent savoir : les grandes manœuvres ont déjà commencé

Témoignages.re / 6 mars 2010

Un article a été publié sur Zinfos974. Il fait état d’une rencontre entre « Michel Vergoz, Jean-Paul Virapoullé, Nadia Ramassamy et Éric Magamootoo. Selon Zinfos974, « l’objet de la discussion » était : « comment empêcher une nouvelle élection de Paul Vergès ». Voici le contenu de cet article :

« Maga président de la Région ?

Ce n’est probablement pas le dernier rebondissement. Il reste 10 jours avant le premier tour et toutes les alliances, toutes les trahisons sont encore possibles. Voire même probables.
Il n’empêche. Ce qui vient de se passer pourrait bien être un rebondissement capital dans la course à la majorité et surtout, à la présidence de la Région.

Il y a quelques jours, à Saint-Benoit, se sont retrouvés Michel Vergoz, Jean-Paul Virapoullé, Nadia Ramassamy et Éric Magamootoo. L’objet de la discussion : comment empêcher une nouvelle élection de Paul Vergès.
Face à Michel Vergoz, les trois autres candidats ont parlé d’une même voix, rassemblés dans ce que certains n’ont pas hésité à qualifier d’"alliance tamoule" ou d’"alliance malbar".

Pour atteindre leur objectif, tout ce beau monde table sur la loi électorale spécifique des Régionales. En effet, la liste arrivant en tête au soir du 2ème tour obtient automatiquement un quart des sièges, avant que les sièges restant ne soient répartis à la proportionnelle entre toutes les listes. Par exemple, si une liste arrive en tête avec 35% des suffrages, elle obtiendra d’abord 25% des 47 sièges soit 11 sièges, plus 35% des sièges restant, soit 27 sièges, et peut être 28 si elle récupère un siège supplémentaire au plus fort reste. Soit un total de 38 ou 39 sièges sur 47, ce qui constitue une confortable majorité.

Vous comprenez maintenant mieux pourquoi il est vital pour quelqu’un qui souhaite l’emporter d’arriver en tête au deuxième tour. Grâce à, si nécessaire, des rapprochements entre des listes pourtant opposées mais qui, en l’espèce, ont un intérêt commun.
Dans l’alliance qui pourrait se faire entre Michel Vergoz, Jean-Paul Virapoullé, Éric Magamootoo et Nadia Ramassamy, chacun trouve son compte.

Jean-Paul Virapoullé y voit un moyen de barrer la route à Paul Vergès tout en faisant mordre la poussière à celui qui est aujourd’hui devenu son "ennemi" : Didier Robert, tout en préservant son poste de sénateur.
Éric Magamootoo, qui est très ami à Jean-Claude Fruteau et à Michel Vergoz, pourrait se voir offrir le poste de Président de la Région.
Michel Vergoz se vengerait des montagnes d’humiliations que Paul Vergès lui a fait subir à la Région, tout en renvoyant l’UMP dans l’opposition. Avec, à la clé, probablement une part significative des élus de la nouvelle majorité.
Et Nadia Ramassamy, qui est inexistante aujourd’hui sur l’échiquier électoral local, se verrait enfin offrir une tribune à la hauteur de ses capacités qu’elle estime immenses.
Voilà la situation à l’heure présente. Dans ce scénario, il est évident que la liste à dominante socialiste arriverait en tête au second tour et pourrait donc prétendre à la victoire.

Quelle sera la réaction de Nicolas Sarkozy et de Paul Vergès face à cela ? Pour éviter un tel scénario, seraient-ils prêts à aller jusqu’à une alliance au 2ème tour, de façon à arriver devant la liste du PS et de Virapoullé ?
Avant de faire une réponse, il faut toujours avoir à l’esprit deux choses :
1) Pour le Président de la République et de tout temps, une seule élection compte : c’est la présidentielle. Et toutes les autres ne sont là que pour la préparer. Or Nicolas Sarkozy et l’UMP ont deux objectifs : éliminer de l’échiquier politique local tous les Chiraquiens pouvant constituer un relai pour Dominique de Villepin. Et éviter que le PS ne prenne la Région et ne se serve de ses moyens pour la campagne des présidentielles. Le premier objectif a été atteint et le 2ème est en cours.
2) Le PCR n’a jamais présenté de danger pour les dirigeants politiques nationaux, contrairement à ce que ressentent les militants de droite réunionnais, pour la seule et unique raison que le PCR ne présentera jamais un candidat à la présidentielle. Le parti à abattre est donc uniquement le PS et personne d’autre. D’où des alliances qui ont pu nous sembler contre-nature mais qui, aux yeux de Paris, étaient naturelles.
Dans ce schéma, et vu de Paris, une alliance au 2ème tour avec l’Alliance n’est donc pas du tout impossible. Elle permettrait à Paul Vergès de finir sa carrière politique en beauté et de sortir par la grande porte, tout en sauvant ses grands projets, et à Nicolas Sarkozy d’éviter de voir Martine Aubry venir triompher le soir du 2ème tour sur les différentes télévisions en annonçant que le PS a réalisé le grand chelem.
Donc oui, vu de Paris, une telle alliance ne serait pas surprenante. Reste maintenant à savoir si Didier Robert et les militants et sympathisants locaux seront prêts à suivre... »


Opération sauvetage d’un candidat en pleine panique

Voici donc une information que tous les électeurs doivent connaître, ils doivent savoir ce qui se trame dans leur dos, et bien avant le premier tour. Ce qui unit les différents protagonistes de cette cuisine électorale, c’est de faire contre Paul Vergès. Mais l’expérience de ce type de tractations montre qu’elle a toujours l’effet inverse de celui recherché.
Celle-ci mérite malgré tout d’être étudiée, car il apparaît que l’objectif est de faire d’Éric Magamootoo le président de la Région.
En 2004, Éric Magamootoo a été élu conseiller régional sur la liste PS de Michel Vergoz. En cours de mandat, il participe aux élections à la CCIR et il est élu président. Alors que son mandat n’est pas terminé, il veut retourner à la Région.
Mais force est de constater que s’il a été le premier à annoncer sa candidature, sa campagne a du mal à décoller. Il a donc décidé de manipuler plusieurs têtes de liste afin d’organiser une manifestation devant le siège d’Antenne Réunion afin de faire parler de lui.
Quelques jours plus tard, un sondage diffusé dans le "JIR" montre qu’Éric Magamootoo ne peut pas se maintenir au second tour. Du coup, il panique et, d’après "Zinfos", il participe à une réunion avec Michel Vergoz, Jean-Paul Virapoullé et Nadia Ramassamy. "Zinfos" donne le contenu de cette rencontre.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette initiative correspond à une opération sauvetage. Et en pleine panique, Éric Magamootoo demande au PS de se désister pour lui, alors que le PS a le potentiel de faire le double du score d’Éric Magamootoo, et en sachant de plus que ce dernier ne peut pas faire 10% au premier tour.
Ce que propose Éric Magamootoo, c’est de prendre la tête d’une liste au second tour, et il demande aux autres de s’aligner derrière lui. L’opinion découvre de plus en plus la vanité d’un personnage qui n’a pas été à la hauteur de sa fonction à la CCI, qui est incapable de dépasser 10% des suffrages et qui en plus demande aux autres de se mettre derrière lui.


Tentative d’instrumentaliser la visite d’un ministre

C’est aujourd’hui que doit débuter la visite du ministre de l’Industrie dans notre île. Selon des informations qui nous sont parvenues, Didier Robert tente d’imposer sa présence lors de la visite d’entreprises privées.
Ce comportement s’apparente bien à une tentative d’instrumentalisation de la visite d’un ministre de la République à des fins électoralistes. Si le projet de Didier Robert se réalisait, alors il serait logique d’imputer cette visite dans les comptes de campagne du candidat aux régionales.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • 4 fois zéros = zéro...
    Mon premier est un z’héros sans vergo(z)gne
    Mon second un z(h)éros à la droite de la légine.
    Mon troisième est un Zoro qui se croit arrivé.
    Ma quatrième, et petite dernière, est une zéro in(e) tombée soit disant du ciel.
    Ceux-là prennent vraiment les Réunionnais pour des nuls.
    Mon tout est le futur président de la Région. Paul Vergès évidemment !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com