Actualités

Michèle Caniguy s’engage pour un programme social et durable

1er canton de Saint-André

Témoignages.re / 10 mars 2011

Elle est l’une des rares femmes candidates aux élections cantonales. Michèle Caniguy a présenté hier son programme pour Cambuston, Chemin du Centre et Champ-Borne. La lutte contre l’exclusion sociale et contre les mesures anti-sociales de l’UMP, le développement solidaire et durable sont ses priorités.

Michèle Caniguy, candidate dans le 1er canton de Saint-André (Cambuston, Chemin du Centre, Champ-Borne), a présenté hier les grandes lignes de son programme.
A ses côtés, son suppléant Adrien Larivière, fort de ses 40 ans de militantisme au PCR ; Éric Fruteau, maire de Saint-André et conseiller général, candidat du 2ème canton ; Robert Nativel, également conseiller général, ainsi que des élus de la majorité municipale et son comité de soutien.
Michèle Caniguy se présente pour la première fois aux élections cantonales. Cette jeune « femme de caractère », dixit Éric Fruteau, n’a pas un long parcours politique derrière elle. Mais son engagement sur le terrain ne date pas d’hier. A Saint-André, la population commence à bien la connaître. Depuis 2008, elle est la seconde adjointe au maire, déléguée à la Culture. Le récent dynamisme culturel de la ville est en partie le fruit de son travail, notamment avec les associations.

Une élue qui connaît son canton

Elle a aussi à cœur, en tant qu’élue, d’améliorer les conditions d’accès à l’éducation pour les enfants de Saint-André. Elle est d’ailleurs directrice d’école à Cambuston, le quartier qui l’a vue grandir. Elle demeure la seule candidate domiciliée sur le canton et qui connaît ses habitants. « J’ai montré ma grande disponibilité et ma capacité à mener à bien les projets », estime Michèle Caniguy.
Candidate soutenue par le PCR, elle bénéficie d’un large rassemblement autour d’elle. « Je pars confiante, car les gens ne sont plus dupes aujourd’hui. Les autres ont eu l’occasion de montrer leur immobilisme. Nous ne sommes pas là depuis longtemps, mais en peu de temps, nous avons montré notre capacité à avancer », estime-t-elle. Michèle Caniguy est aujourd’hui l’une des rares femmes à se lancer dans ces élections cantonales. Cette mère de deux enfants est aussi membre de l’UFR (Union des femmes réunionnaises).

Lutter contre toutes les formes de précarité

Son programme, Michèle Caniguy l’a bâti sur trois piliers : la lutte contre l’exclusion sociale, le développement durable et solidaire, et la protection contre les mesures anti-sociales de l’UMP. Elle veut mener les projets selon les compétences du Conseil général, en cohérence avec ceux de la municipalité.
La « lutte contre toutes les formes de précarité » est son premier engagement. Pour la Petite enfance, elle veut soutenir la création de micro-crèches ; pour les personnes âgées, développer le maintien à domicile. Pour les personnes handicapées, elle prévoit d’étendre le Pass Transport, le Pass Loisirs, soutenir les associations et créer un Etablissement public de santé mentale. Elle pense également à cette jeunesse au chômage. L’économie solidaire et les clauses d’insertion pour les chantiers publics sont des leviers à actionner. La création d’une épicerie sociale ou encore la lutte contre l’habitat insalubre (dans le cadre de la convention avec la Fondation Abbé Pierre) sont aussi au programme.
Concernant l’éducation, elle souhaite étendre son action aux deux collèges du canton grâce au soutien aux projets pédagogiques et à la réhabilitation des bâtiments. Elle est décidée à agir là où « le conseiller général est aujourd’hui absent ».
Dans le domaine culturel et sportif, la ville organise de nombreuses manifestations, et les associations, très actives, ont encore besoin de soutien.

Battre les candidats de la casse sociale

Pour l’aménagement, Michèle Caniguy propose la sécurisation de la route de Cambuston. L’éclairage et les trottoirs y font défaut. Il faut aussi, selon elle, renforcer la construction de logements à Saint-André. 800 logements sont par exemple en projet Zac Fayard, mais le Conseil général est un partenaire indispensable pour avancer.
L’agriculture est également à renforcer à Saint-André pour contribuer à « l’autonomie alimentaire » de l’île.
Enfin, en matière d’environnement, Michèle Caniguy veut soutenir le projet de station d’épuration en cours de réalisation et construire une déchetterie en partenariat avec la CIREST.
Pour Michèle Caniguy, ce programme est tout le contraire de ce que peuvent proposer les « candidats de la casse sociale ». Des candidats qui se cachent derrière des étiquettes et soutiennent un gouvernement responsable de la baisse du pouvoir d’achat, de la coupe des crédits alloués aux logements sociaux, de la dette du Conseil général, de la diminution des contrats aidés. La candidate fait confiance à la population pour y voir clair dès le premier tour, le 20 mars prochain.

Edith Poulbassia


Kanalreunion.com