Actualités

Militant de sang !

Portrait : Sully Kepler Section PCR de Saint-Denis

Jean Fabrice Nativel / 30 mai 2012

Son adhésion au Parti Communiste Réunionnais remonte à sa naissance — et avant… en 1970. Rencontre avec ce Dionysien de naissance venu de Saint-Louis pour se rendre disponible à 100% pour ces législatives dans la 6ème circonscription.

Sully, vous êtes à combien de campagnes ?

- Mon engagement au sein du PCR date de 1970. C’est ni plus ni moins, l’année de ma naissance. Mes parents dont ma mère Marguerite soutenaient ce parti édifié dans un esprit réunionnais afin de défendre les intérêts de notre pays.

Un Parti réunionnais

Qu’entendez-vous par « défendre les intérêts de notre pays » ?

- Chaque jour, je m’informe de la situation de l’île par le biais de la presse, entre autres, ou de discussions. Force est de relever une situation critique : un nombre important de chômeurs, un nombre conséquent d’illettrés, un manque criant de logements, la cherté de la vie, etc. Des propositions sont faites par notre Parti afin d’en sortir.

Une force de propositions

Quelles sont ces propositions ?

- Il y a eu en son temps le Plan de survie où l’on suggérait déjà le développement des énergies renouvelables. Notre Parti à ce sujet est avant-gardiste. Plus récemment, on a impulsé l’idée de créer 2 grands services d’intérêts publics : l’un voué à l’environnement et l’autre au social. Dans ces secteurs, tant reste à faire : l’entretien des ravines, des fronts de mer et l’aide à la personne âgée, le concours aux devoirs à titre d’exemple. Ils sont des gisements d’emplois, qu’attend-on pour les mettre en place. Qui plus est, cela répond à des besoins.

Le changement

Qu’attendez-vous de cette élection ?

- En fait, les personnes présentes tous les jours à diverses activités militantes (accueil et orientation du public, collage des affiches, distribution de tracts, etc.) veulent un vrai changement. On apporte notre soutien à Pierre Vergès et Faaïza Ibrahim car leur projet est réaliste.

50.000 emplois à réaliser sur 5 ans

Vous pouvez nous en dire un peu plus ?

- Ils se sont engagés en priorité à réaliser un Plan d’urgence c’est-à-dire 50.000 emplois à réaliser sur 5 ans afin de lutter contre le chômage des jeunes ; en finir avec une gestion clientéliste en demandant à l’Etat de gérer l’attribution des contrats dans la transparence en lien avec les comités de quartiers avec équité ; la programmation pour prioriser le logement social, c’est une manière de relancer l’activité économique donc des emplois ; encadrer une liste de prix de première nécessité… Il est vrai qu’à ce sujet malgré des annonces de lendemain meilleur, on déchante. Notre Parti s’occupe réellement de nos problèmes. Problèmes qui ne nous sont pas propres.

Des équipes polyvalentes et solidaires

Expliquez-nous votre rôle au sein de cette campagne ?

- On a mis en place des équipes polyvalentes afin de répondre aux sollicitations quotidiennes. Bien que chacun d’entre nous ait une mission à accomplir, il n’empêche que l’on est solidaire entre nous. Il arrive que l’on se relaie à l’affichage, l’accueil des citoyens à la case, entre autres. Avec une équipe, on sillonne les rues de Saint-Denis tant à diffuser les tracts dans les boîtes aux lettres, qu’à les donner main à main. Sans compter, le remplacement régulier des affiches sur les panneaux. On est disponible pour notre Parti.

« Disponibles pour notre Parti » 

Vous êtes à combien de campagnes ?

- D’une manière ou d’une autre, je suis de toutes les échéances électorales : municipales, cantonales, régionales, législatives. Et même lorsque pour des raisons professionnelles, j’étais hors du département, j’étais de tout cœur avec les équipes.

De toutes les élections

Qu’est-ce qui vous relie au PCR ?

- Ces valeurs en particulier ! La fraternité, cet état d’esprit me plaît. En effet, dans les moments faciles et difficiles, on se soutient. Rien n’est acquis pour nous ! Cette solidarité aussi envers les peuples comme les Chagossiens, les femmes victimes de violence conjugales, les désœuvrés, les peuples en luttes, les opprimés, etc. Et cette détermination à mettre La Réunion an lèr. J’allais oublier, on a été auprès de la population de l’Afrique du Sud à l’heure de l’apartheid.

Sully Kepler compose cette grande famille qu’est le PCR. Comme lui, il souhaite que toutes les Réunionnaises et les Réunionnais puissent dès à présent bénéficier des conditions de vie digne. Il ne peut concevoir qu’aujourd’hui, on trime pour subvenir aux élémentaires. Il sait qu’un autre monde est possible avec le changement.

Jean-Fabrice Nativel


Kanalreunion.com