Actualités

Mobilisation à La Rivière : pari tenu

Témoignages.re / 10 avril 2012

Un peu plus de 400 personnes se sont retrouvées vendredi dernier au quartier du Verval, à La Rivière, pour le premier meeting de soutien à la candidature de François Hollande organisé par la section communiste riviéroise, et animé par le candidat du PCR aux législatives, Yvan Dejean. Un pari tenu pour des militants en pleine mobilisation.

C’est Claude Hoarau qui a décoché les premières flèches contre le pouvoir sarkoziste, « qui laissera un bilan de casse sociale unique dans les Annales de la République », a déclaré le maire de Saint-Louis. Martha Vitry, adjointe connue pour son implication sociale et son engagement féministe, lui succédé, annonçant la composition d’un mouvement de femmes « en soutien à Yvan Dejean, candidat du changement dans la 3e circonscription ».

Les « vraies solutions » pour le « vrai peuple »

Le changement : c’est le thème qu’a décliné Yvan Dejean face à l’assistance, évoquant les enjeux de l’élection présidentielle et du scrutin législatif. Rappelant la prise de position du PCR en faveur de François Hollande, Yvan Dejean a martelé la nécessité absolue de gagner « dans toute la République, et de la gagner avant tout, pour La Réunion ». Une détermination qui porte à choisir le candidat le mieux placé pour l’emporter, qui a pris en compte le programme du PCR « lorsque nous envoyons notre programme au candidat François Hollande, lorsque nous emmenons le candidat François Hollande dans des serres photovoltaïques, lorsque nous abordons avec le candidat François Hollande la question de La Rivière, 25ème Commune, lorsque nous lui parlons des problèmes de l’eau au Tampon, nous descendons vers les problèmes concrets, ceux qui se posent au vrai peuple, qui a besoin de vraies solutions. Nous les arrachons en soutenant le candidat qui deviendra Président ». Un engagement dynamique auprès du futur Président basé sur une exigence de réciprocité, rappelle Yvan Dejean, pour qui « François Hollande a besoin de nous pour gagner, et nous avons besoin de lui ».

Que les profiteurs prennent sur leurs profits

« Nos propositions, ce sont : l’emploi, le logement, une meilleure protection sociale, une vraie égalité devant le service public, la vie moins chère et des transports pour tous. Voilà la véritable révolution : mettre fin au déclin de notre pays, construire pour la jeunesse une société de travail, pour les anciens une société de solidarité ». Moquant les « adeptes de la rigueur », dont le « représentant en chef vient de faire un voyage dans notre île », le jeune candidat a remarqué devant une foule approbatrice que « ceux qui disent : il faut se serrer la ceinture, et faire des économies, ne parlent jamais d’eux-mêmes. Pourquoi ceux qui dépensent les plus ne donnent-ils pas l’exemple ? Pourquoi ceux dont le ventre est plein ne commencent-ils pas à se mettre au régime eux-mêmes ? Pourquoi, si l’on parle de sacrifices, les grandes entreprises et les banques ne commencent-elles pas par prendre sur leur profit ? »

La vraie révolution c’est le développement

« Oui, il est possible de reconstruire une société de travail : nous le ferons comme cela s’est fait dans tous les pays du monde pendant les grandes crises : par des grands travaux ».
« Il nous faut sortir de l’enclavement. Il nous faut prolonger la grande route des Tamarins vers le Sud, afin de désenclaver nos terres des Hauts. Ces travaux, nous ne pourrons les lancer que si nous changeons de Président ». Idem pour l’autonomie énergétique : « nous dépensons trop pour faire de l’électricité au pétrole et au charbon. Pourtant, nous pouvons la faire nous-mêmes. Bien sûr, on ne remplacera pas tout par des panneaux solaires et des éoliennes… Mais un seul panneau solaire crée des emplois : il faut des entreprises pour le fabriquer, le poser, l’entretenir. Et à La Réunion, nous avons ce savoir-faire. Pensez qu’une entreprise réunionnaise s’était positionnée comme leader, sur le marché réunionnais, mais même sur le marché européen ! » Un succès « brisé par le pouvoir sarkoziste », s’indigne Yvan Dejean, qui rappelle « qu’un dispositif fiscal nous a permis de faire progresser l’énergie solaire à La Réunion ». Une incitation supprimée par « un certain Monsieur Sarkozy sous prétexte de "raboter" ». Voilà comment ils font, à l’UMP : ils donnent de l’argent à leurs amis les banquiers, et ils sabotent le travail des petites et moyennes entreprises ».

Des communistes à l’Assemblée pour défendre le projet communiste

Abordant la question du logement, le candidat a rappelé que le déficit essentiel en la matière : celui de « la volonté politique ». « Sarkozy, n’aime pas le logement social. Lorsqu’il était maire de Neuilly, il refusait de construire les 20% de logements sociaux obligatoires. Et il préférait faire payer une amende à sa commune plutôt que de loger les classes moyennes et les pauvres. François Hollande, lui, s’est engagé pour le logement social » rappelle Yvan Dejean. « L’Etat doit mobiliser ses terrains libres pour construire des logements. Et il existe des moyens, tels que les régies de quartier, les coopératives de construction ». Mais l’élection présidentielle n’a « rien d’un chèque en blanc », avertit Yvan Dejean, qui s’affirme prêt à « défendre le programme, défendre La Réunion et les Réunionnais à l’Assemblée nationale ». « Je veux être honnête avec vous », a-t-il conclu : « changer de Président sera une bataille, mais faire respecter les Réunionnais, sera aussi un combat. Et c’est là encore que vous avez besoin d’un député communiste réunionnais ».

Geoffroy Géraud-Legros
Correspondant


Kanalreunion.com