Actualités

Mobilisation de l’Alliance face à l’exclusion des meilleurs étudiants réunionnais par la Région

Dénonciation d’une injustice ouvrant la porte au clientélisme

Manuel Marchal / 20 novembre 2010

L’Alliance a dénoncé la remise en cause de l’avis de 18 experts universitaires indépendants appelés à évaluer les candidatures à une bourse de thèse. La Région Réunion a en effet décidé d’exclure des étudiants jugés très brillants pour des raisons politiques. Parmi les élus qui ont pris la décision de casser l’avis des chercheurs figurent deux membres de la majorité régionale employés par l’Université, qui remettent donc en cause le jugement de leurs collègues experts.

Didier Robert est contre les jeunes, les masques tombent avec la décision prise par la Région Réunion d’attaquer la jeunesse réunionnaise en excluant ses éléments les plus brillants du droit de poursuivre ses études en doctorat.
L’Alliance a réitéré sa condamnation du scandale des bourses doctorales attribuées par la Région Réunion. L’équipe dirigée par Didier Robert a en effet décidé de désavouer les experts. Catherine Gaud rappelle que l’ancienne mandature a décidé de soutenir les doctorants de manière quatre fois plus importante que l’État. Ce dernier finance 4 bourses de doctorat, la Région en collaboration avec l’Europe finance 17 bourses pour des étudiants réunionnais, et 4 pour la coopération régionale.
Raymond Mollard, ancien vice-président de la Région délégué à l’Éducation, revient sur la méthode mise en place à partir de 2004 pour décider l’attribution de ces bourses. Cette méthode permettait d’empêcher toute interférence du politique dans l’évaluation scientifique des candidatures. Un comité d’expertise regroupe 18 chefs de laboratoire de recherche et directeurs de thèse. Chaque membre du comité évalue chaque candidature selon une grille définie. Les résultats sont ensuite synthétisés et le comité rend un avis. La note maximale est 40, et jusqu’à présent les attributions de bourses ne pouvaient pas concerner des dossiers ayant recueilli moins de 36 points.

Conflit d’intérêts

Un classement est donc établi, et jusqu’à l’année dernière, ce classement établi par un comité indépendant d’experts était respecté par les élus qui validaient les choix.
Deux modifications avaient été apportées en 2007 : réévaluation de la bourse de 900 à 1.200 euros mensuels, et un contrôle du travail de chaque étudiant chaque année par le vice-président de la Région afin d’éviter des échecs.
Aujourd’hui, c’est la remise en cause du classement des universitaires : « chaque élu prend son panier et fait son marché », déplore Raymond Mollard.
« La situation amène les étudiants à se mobiliser », souligne Béatrice Leperlier, « on ne peut pas changer les règles en cours de jeu ». La conseillère régionale constate que « des candidats et sujets de thèse excellents sont aujourd’hui au bord du chemin ». « Cela ouvre la porte au clientélisme, les compétences des étudiants sont remises en cause par des décisions politiques ».
Catherine Gaud note que « 18 experts passent du temps pour faire un classement objectif » et c’est un comité de trois élus, Huguette Vidot et deux universitaires, Frédéric Cadet et David Lorion. Ces derniers se mettent en position de conflit d’intérêts. Paul Vergès souligne en effet que l’ancien président de l’Université et l’adjoint au maire de Saint-Pierre contredisent l’avis de leurs collègues experts.

Didier Robert est contre les jeunes

Aline Murin-Hoarau précise qu’une thèse sur l’identité réunionnaise depuis 1959 à nos jours, ayant reçu un avis très favorable du comité d’experts, a été déclassée par les amis de Nicolas Sarkozy et Didier Robert. « Ce sont des jeunes qui ont travaillé, ce sont des décisions qui sacrifient la jeunesse réunionnaise », ajoute l’élue. « À quoi bon dire à des jeunes qu’il faut faire des sacrifices pour être bien classés si c’est pour être exclu pour des raisons politiques », déplore Béatrice Leperlier.
Catherine Gaud souligne que « trois jeunes majors de promo voient leurs destins se briser ». Dans le même temps, la direction de la Région Réunion accorde des bourses à des étudiants moyens faisant des thèses sur des sujets qui ne concernent pas La Réunion. Deux des étudiants choisis par la majorité UMP n’ont d’ailleurs pas fait leurs études dans notre île et ne connaissent rien à notre pays.
Face à cette injustice, la mobilisation ne fait donc que commencer et cette juste cause ne pourra que triompher.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com