Actualités

Moralisation de la vie publique : Julie Pontalba accuse Ericka Bareigts de harcèlement moral

Le suppléant de la candidate soutenue par le PCR et France Insoumise victime d’agissements condamnables

Témoignages.re / 14 juin 2017

Dans une lettre ouverte adressée à Ericka Bareigts, candidate soutenant la majorité présidentielle, Julie Pontalba (PCR-France Insoumise) dénonce la harcèlement subit par son suppléant, membre de la France Insoumise, en vue d’obtenir un soutien à l’ex-ministre des Outre-mer pour le 2e tour des élections législatives à Saint-Denis. Voici le texte de cette lettre intitulée « Madame, de telles méthodes ne vous honorent pas ! ».

JPEG - 77.3 ko
Julie Pontalba aux côtés des planteurs en lutte.

« J’ai beaucoup hésité avant de vous livrer le témoignage suivant. Dimanche après midi, je conduis mon suppléant à son bureau de vote pour accomplir son devoir de citoyen. A un moment, il reçoit un appel de Mme Ericka Bareigts qui souhaite l’entretenir sur le deuxième tour, alors même que le scrutin n’était pas clos. Ce n’était pas la première fois qu’il était contacté par l’équipe de la ministre sortante. Durant la campagne, des proches et des élus l’ont appelé sous prétexte de prendre de ses nouvelles, pour pouvoir discuter du second tour. Dimanche c’était l’appel de trop et certainement le dernier.

Mon suppléant est malade. Il était très actif dans cette campagne mais il n’était plus opérationnel durant les deux dernières semaines et s’en était excusé auprès de toute l’équipe qui le savait affaibli. Ces agissements sont donc graves et condamnables. Cela porte un nom : le harcèlement moral.

Quelle n’a pas été ma surprise, et celle de mes ami-e-s, de constater dans la presse que Mme Bareigts annonce le ralliement du “suppléant de Julie Pontalba” [1]. Aussitôt, j’ai pensé aux nombreux autres responsables associatifs qui, comme lui, reçoivent des subventions publiques, issues de la Commune ou de ses réserves parlementaires et ministérielles. Ces procédés relèvent du clientélisme, une méthode que j’avais déjà dénoncée [2]. Si la moralisation de la vie publique a été un thème majeur des législatives ce n’est pas un hasard, et pour cause.

Julie Pontalba

PJ : Voici le message que j’ai adressé à mon suppléant : “j’ai vu ton soutien à EB, dans le JIR. Avec plus de 6000 voix d’avance sur son adversaire je pense qu’elle n’avait pas besoin de t’obliger à faire cela. Ces méthodes sont dégradantes pour elle et ne l’honorent pas. Et ne t’inquiète pas on tient bon. Guéris vite.”

[1Jir de mardi 13 juin.

[2ma conférence de presse consacrée à la moralisation de la vie publique, 30 mai 2017.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Cette pratique , majoritecentrale974 a toujours dénoncé et nous sommes solidaire de madame Julie Pontalba sur sa franchise à dénoncer ces méthodes qui n’honorent aucun candidat en campagne électorale .
    " La franchise, est-ce bien une qualité ? Si oui, elle est à la portée de tout le monde ; mais peu de gens tendent la main vers elle. Jules Renard Artiste, écrivain (1864 - 1910)

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com