Actualités

« Nous n’avons pas perdu notre âme écologique »

Rahiba Dubois et Jean Pierre Marchau s’expliquent

Céline Tabou / 12 mars 2010

C’est au Jardin d’état, près de la "Case Écolo" à Saint Denis, que Rahiba Dubois et Jean-Pierre Marchau se sont réunis en compagnie de Christophe Brunel, militant écologiste, Leila Djarallah, secrétaire du groupe local ouest des Verts et Cyril Lebon, secrétaire général du Parti vert réunionnais pour répondre à la thématique, "Quelle écologie pour la Région Réunion ?"

Jean Pierre Marchau a expliqué que l’adaptation est la mise en place d’une politique environnementale, et territoriale, pour parer aux changements climatiques, qui passe par la prévention de la hausse démographique, l’augmentation des précipitations et des températures, la montée des océans, la recrudescence des cyclones, et le développement d’une économie sociale et solidaire.

Rahiba Dubois a appelé à la mise en place d’une « vraie politique de transport public écologique ». Cette politique passe par l’aboutissement du Tram-train, dont les financements ont été signés en 2007, lors du Protocole de Matignon, précise-t-elle. Cette dernière a taclé son fervent opposant Vincent Defaud, en précisant que « la gratuité des transports n’est pas la meilleure solution ».
Elle explique que rendre gratuit les transports obligerait les contribuables à payer plus d’impôt, car « les coûts de fonctionnement, et la création d’emploi que vont générer le Tram Train » devront être financer. Vincent Defaud, d’Europe Ecologie, "propose d’augmenter le prix des billets d’avion", alors que la Région tente de trouver des solutions vis à vis de la continuité territoriale. Rahiba Dubois propose de mettre en place une politique tarifaire adéquate dans toute l’île.

Objectif 2025 : créer 14.000 emplois

Jean-Pierre Marchau a cité Pascal Confin, député européen Vert, "Moins de CO2, c’est plus d’emploi". Cette anecdote résume les propositions des deux candidats. Christophe Brunel a expliqué en détail, par un calcul que les énergies renouvelables peuvent créer des "4,7 emplois par Gigawatt/heure produite".
Christophe Brunel ajoute que "l’importation d’énergie fossile (charbon et fuel) coûte 500 millions d’euros par an", et s’indigne contre "les élus qui rejettent la MCUR, qui coûterait trop cher", son coût est de 100 millions d’euros par an. La différence est faite, l’importation fossile revient plus chère, que le fonctionnement annuel de la MCUR.
Les candidats proposent de développer les énergies renouvelables, qui non seulement seront créateur d’emploi, mais reviendraient moins cher, car il n’y aurait plus besoin d’importer de l’énergie fossile.

Céline Tabou


Kanalreunion.com