Actualités

« Nous sommes au cœur d’un affrontement idéologique »

Comité général du PCR : intervention d’Ary Yée Chong Tchi Kan

Témoignages.re / 21 juillet 2014

Après la présentation de la matinée par Camille Dieudonné, un autre secrétaire général du PCR, Ary Yée Chong Tchi Kan, a présenté un rapport sur le bilan de la première année d’exercice des instances issues du 8e Congrès. Voici le texte de son intervention.

JPEG - 52 ko
Ary Yée Chong Tchi Kan a annoncé la création de la communauté « pcr.re »

Chers camarades, il y a un an, le PCR tenait son 8e Congrès dans un contexte de crise interne. Des décisions ont été prises et des résolutions adoptées. Pour faire avancer ces décisions et ces résolutions, la première étape consistait à faire revivre les instances du Parti et assurer l’impulsion de l’ensemble.

Que pouvons-nous retenir au bout d’un an, après cette première étape ?

Nous pouvons affirmer que le niveau « structure réflexion idéologique et d’élaboration de la ligne » est en place et a plutôt bien fonctionné. C’est le bloc constitué par le Conseil Politique, le Bureau Politique et le Secrétariat. Le PCR a réaffirmé sa place et tenté d’assumer son rôle, en public et en interne, par un travail d’échange collectif et quasi permanent.

Conformément aux objectifs du 8e Congrès, nous avons oeuvré à « l’union des générations » dans la perspective d’ « unir le peuple sur l’essentiel » ; l’essentiel, c’est la vision historique et le programme politique.

En effet, nous sommes au cœur d’un affrontement idéologique. On est divisé, on se divise parce qu’on n’est pas d’accord sur le fond. D’un côté, il y a l’idéologie dominante avec tous ses moyens sophistiqués de domination intellectuelle et culturelle, de corruption morale, qui pousse à la division. De l’autre la résistance que nous incarnons, avec, comme principal moyen, nos convictions profondes. Nous militons pour un avenir meilleur, une société plus juste, des rapports plus égalitaire, un environnement durable... Nous organisons les victimes et les entraînons à la lutte pour le changement. Même si tout n’est pas négatif, il n’y a plus d’illusion à voir dans ce système arrivé en bout de souffle.

De temps en temps, nous entendons dire que sur pas mal d’aspects La Réunion pourrait devenir une référence pour le monde. Pourquoi pas, si notre ambition est d’intégrer l’héritage historique et le dépasser par la connaissance ? Nous sentons bien durant cette année écoulée notre point faible : la nécessité de faire le bilan de nos acquis et de faire l’inventaire de nos avancées. Le CP devrait se saisir de ce besoin de vulgarisation des connaissances sur le PCR. Personne ne fera ce travail à notre place. Le patrimoine théorique et pratique du PCR est exceptionnel. Nous devons nous confronter aux expériences des partis politiques d’autres peuples dans le monde.

Cela devient très urgent. Voici, 2 raisons :

a) De nouveaux cadres émergent et doivent assumer le relais. Ce qui est bon signe. En pleine crise idéologique mondiale et Réunionnaise, des personnes pensent que c’est dans le parti qu’ils trouvent matière à leur quête identitaire et à leur engagement. Nous devons les accueillir, les encourager et satisfaire leur curiosité. L’adhésion aux idées du PCR ne relève pas d’un parcours prédestiné. C’est le résultat d’un travail d’explication, de rencontres diverses, d’une prise de conscience, de confrontation avec les réalités,..

b) Durant les préparatifs du 8e Congrès nous n’avons pas pu purger toutes les questions soulevées. Et, il y en a encore beaucoup. Certaines ont resurgi à l’occasion des préparatifs de notre rencontre de ce jour.
Tenez, par exemple, le peuple réunionnais a 350 ans d’histoire. Sur cette frise historique, très courte, à lui seul, le PCR occupe 55 ans. C’est exceptionnel, NON ? Et, on voudrait nous assimiler à un parti de France ou aux organisations électorales qui fleurissent, sans perspectives historiques de transformation de la société. Il y a bien 7 députés, 3 Femmes et 4 hommes. Aucun PCR. Depuis qu’ils ont été élus, la situation économique et sociale s’aggrave en accéléré. Ils n’en parlent pas. Par contre, la population s’interroge : ils servent à quoi, ces 7 députés ?

En comparaison, en 1945, il y avait 2 Députés : Raymond Vergès et Léon de Lépervanche. En 4 mois, ils ont arraché la loi du 19 mars 46 qui a servi de cadre pour les luttes sociales et politiques depuis 68 ans. Ils avaient un projet politique pour leur pays. Leur organisation, le CRADS, n’était pas une filiale d’un parti de France.

Quand Paul Vergès et Elie Hoarau sont élus Députés, en 1986, ils démissionnent, en 1987, pour arracher l’Egalité Sociale, qui était prévue avant le 1er janvier 1947. Or, cela faisait près de 30 ans que nos adversaires ont tout organisé pour empêcher un PCR d’être Député. Sitôt élus, nos 2 dirigeants ont montré à quoi sert un mandat.

Les partis de France font une profonde erreur à vouloir affaiblir le PCR. Non seulement, ils n’arrivent pas à juguler la crise sociale que leurs gouvernements successifs ont crée mais, en plus, le projet politique du PCR d’une seule assemblée pour traiter des problèmes de la population réunionnaise est sur le point d’être réalisé.

A cet instant historique, il faut réconcilier. Car, en un demi-siècle de lutte et de confrontations diverses, quand nous arrivons au bout, personne ne peut dire qu’il a tout gagné ou qu’il a tout perdu. L’appel au rassemblement du PCR repose sur un fondement historique et dispose d’un programme concret.

2e étape : structurer l’instance opérationnelle.

Après un an où il a fallu installer le niveau des instances d’élaboration, et faire face à des problèmes en tous genres, il s’agit aujourd’hui d’installer le niveau opérationnel, constitué par le bloc Comité Général, Section et adhérents.

Aujourd’hui, c’est la première fois que le Comité Général organise ses travaux. C’est la rencontre des noyaux de direction des sections. Il devrait regrouper environs 200 personnes qui auront pour tâche d’identifier des sujets d’organisation communs à toutes sections, et débattre des réponses. Il est aussi le relais pour coordonner les batailles globales et structurantes.

Pour réaliser les missions du CG, et notamment l’échange d’informations entre ses membres, il est proposé la création de la communauté « pcr.re ».

Nous allons doter chaque membre du Comité Général d’une messagerie attachée à « pcr.re ». Vous pourrez recevoir des messages. Vous pourrez en donner. Nous formerons chaque membre de cette communauté qui nourrira un site collectif du PCR. Il y a plusieurs façons pour récupérer les informations qui nous concernent. Même si vous n’avez pas d’ordinateur personnel.
Un premier bilan d’évaluation du projet aura lieu à la prochaine rencontre du Comité Général.

Chers camarades,

Nous avons coutume de dire : Quand les décisions sont prises par le Conseil Politique, ce sont les sections qui les mettent en œuvre ; le Comité Général a pour objectif de donner de la cohérence à l’ensemble et faciliter l’unité d’actions. Le CG est placé sous l’autorité du secrétaire général à l’organisation du PCR, qui pour l’instant n’est pas encore bien identifié. Nous avons encore du travail pour finaliser les responsabilités individuelles au sein du secrétariat général.

Merci.


Kanalreunion.com