Actualités

« Nous travaillerons encore plus pour améliorer les conditions de vie des Saint-Paulois »

Élections municipales 2009 : "Pour Saint-Paul de toutes nos forces"

Témoignages.re / 12 septembre 2009

Dans le cadre des élections municipales de Saint-Paul, Huguette Bello a tenu mercredi 9 septembre une conférence de presse pour sa déclaration de candidature. Elle comporte six grands axes.

« À moins de trois semaines de ces nouvelles élections municipales que Saint-Paul s’apprête à vivre, nous souhaitons vous communiquer aujourd’hui quelques informations sur la manière dont nous comptons aborder ce scrutin.

I) – D’abord sur notre liste, que j’ai toujours l’honneur de conduire. Comme vous le savez, elle a été déposée à la Préfecture ce lundi. Je vais être rapide sur ce sujet puisqu’à quelques ajustements près, nous repartons avec la même équipe. Il a fallu remplacer un de nos collègues dont nous avons eu à déplorer le décès l’an dernier. Et nous avons revu à la hausse la représentation des Verts. Notre liste rassemble donc toujours les différentes composantes de la Gauche Saint-Pauloise. Elle comprend également les mêmes personnes issues de la société civile qui, toutes, ont souhaité continuer. Cette première étape de 16 mois a renforcé notre entente et notre envie de continuer à travailler ensemble. Pas de bouleversements.

Au-delà de la liste proprement dite, nous constatons avec plaisir que le cercle de nos soutiens s’élargit. Je pense bien sûr à José Lauret, plutôt à Droite sur l’échiquier politique, candidat aux Municipales de 2008, et qui préfère, cette fois, au vu de notre travail, nous apporter officiellement son soutien. Bien évidemment, nous l’en remercions cordialement. Je pense aussi à toutes ces personnes, de plus en plus nombreuses, qui, depuis ces dernières semaines, ne cessent de venir nous manifester leur plein et entier soutien et nous encourager pour cette élection.

Repartir avec la même équipe, c’est bien sûr le signe d’une bonne entente. Mais cela signifie aussi que nous sommes prêts pour recommencer à travailler pour Saint-Paul dès le lendemain du scrutin. Pas de temps mort. Nous serons tout de suite opérationnels. Pas de paroles à oublier, pas de rancœur à ravaler. Pas de marchandages non plus, ni de réconciliations de façade. Toutes ces tentatives pour masquer les divisions n’existent pas chez nous. Je souligne ce point, car il est indispensable d’arrêter au plus vite de perdre du temps. La décision du Conseil d’État d’annuler les Municipales de Saint-Paul est incompréhensible. Elle est onéreuse pour la Commune. Elle a des conséquences graves sur l’avancement des dossiers. Dans un contexte de crise où les grandes villes sont en compétition les unes avec les autres pour faire avancer leurs projets, Saint-Paul ne doit pas traîner trop longtemps le boulet de cette annulation.

II) – Même équipe et aussi même programme. Nous avons été interrompus alors que nous étions à peine au quart de notre mandat. À l’épreuve des faits, notre projet se veut sans doute plus précis. Il est à l’évidence plus étoffé. Mais les grandes lignes demeurent les mêmes. Qui prendrait au sérieux un changement de perspective en si peu de temps ? Et puis notre programme est devenu une source d’inspiration. Nous nous en réjouissons beaucoup. Avez-vous lu les déclarations d’Alain Bénard sur la culture ? Vous savez, l’ancien maire ! Eh bien ! Lui aussi se met à parler d’héritage culturel, de Saint-Paul ville des poètes, et même, rendez-vous compte, d’une médiathèque, sans doute pour oublier que dix ans ne lui ont pas suffi pour ne pas la construire ! Quant à nos projets sur les océans et les ressources de la mer, je vous parie que vous les lirez bientôt sur les voiles d’un catamaran en quête de notoriété !

III) – Ces nouvelles élections sont lourdes d’enjeux pour Saint-Paul. Elles vont aussi donner lieu à bien des commentaires. Je voudrais seulement attirer l’attention sur l’interprétation qu’en fera probablement le gouvernement. La victoire d’une liste UMP à Saint-Paul signifierait, à ses yeux, que les Saint-Paulois l’approuvent quand il malmène le pouvoir d’achat, quand il malmène l’emploi, quand il supprime 13.000 postes pour la rentrée scolaire, quand il malmène les acquis sociaux, quand il malmène toujours et encore la santé. Une telle victoire serait pour le gouvernement comme un chèque en blanc pour faire encore pire à La Réunion. Quand le déficit budgétaire s’aggrave chaque mois au point d’atteindre les 130 milliards d’ici la fin de l’année (je ne parle même pas du grand emprunt présidentiel !), il est clair que nul secteur n’échappe aux recherches d’économies. Dans cette triste hypothèse, le gouvernement ne se gênerait plus pour appliquer aux Réunionnais les mesures de restrictions budgétaires déjà élaborées pour l’Outre-mer, toutes prêtes à être mises en œuvre.


La liste conduite par Huguette Bello

Huguette BELLO, Jean-Marie LASSON, Rahiba DUBOIS, Gérald INCANA, Lynda HOARAU, Jean-Marc GAMARUS, Laurence LOUGNON, Jean-Claude MELIN, Gislaine BASQUAISE, Christian FELICITE, Hélène MLAMALI, Guito CRESCENCE, Marie-Reine MAGDELEINE, Jean ERPELDINGER, Sophia ALIBHAYE ACOUJEE, Emmanuel SERAPHIN, Suzelle BOUCHER, Josselyn FLAHAUT, Nadine PHILOGENE, Jean-François THOMAS, Marie-Rose GRAS, Raymond FRANCOISE, Marie-Pascaline CHEREAU NEMAZINE, Jean-Robert ADAMA MALATCHIMY, Andrée Josiane BIMA, Christophe POMEZ, Marie-Yvette HOARAU-MYRTHE, Jean-Claude MINET, Catherine COUTEYEN CARPAYE, Manuel VIAUD, Marie-Claire MARCEAU-HOAREAU, Jean-Arthur PAYET, Virginie SALLE, Pierre THIEBAUT, Nicole STORCH-CARLES, Dominique VIRAMA COUTAYE, Mélissa COUSIN, Wilfrid LAPIERRE, Danièle Marie Josée CUSTINE, William SERAPHIN, Françoise SINCERE, Josian CRESCENCE, Gilda BOUGET, Jean Eddy PUYLAURENT, Miggy BLUKER, Jean Fabien REFESSE, Marie-Yolaine AJAGUIN SOLEYEN, Gérard LOUPY, Marie Sabine GLAMPORT, Axo DRULE, Marie-Arlette MOUNY-VINGATAPA, Jean-Pierre LAPRADE, Marie-Noëline BERFEUIL.


« Que Saint-Paul devienne une grande ville moderne et structurée »

• Premier axe, continuer à travailler pour que Saint-Paul devienne une grande ville moderne et structurée. Cela veut dire d’abord une ville qui réponde aux besoins en logements de ceux qui y habitent. La crise générale du logement a été aggravée dans notre commune par une des manies préférées de nos prédécesseurs, opposer la “case à terre” et l’habitat collectif. Ce bavardage, qui a surtout servi à masquer leur inaction, a un coût social : 7.000 demandes de logements sont en attente à Saint-Paul. Nous, nous voulons répondre aux besoins actuels des Saint-Paulois, ceux des plus modestes et aussi ceux de la classe moyenne qui a, elle aussi, des problèmes de logement.

Nous avons déjà lancé de grandes opérations d’aménagement et de RHI. Et nous continuerons à le faire. Favorables à tous les types de logements (individuels, collectifs, semi-collectifs), nous privilégions à chaque fois une architecture à taille humaine et respectueuse de l’environnement. Grâce à nos premiers efforts, la commune ne paie plus les lourdes amendes auxquelles elle était astreinte. La question du foncier, sans lequel rien n’est possible, est abordée comme elle doit l’être : dans la durée, dans la transparence, dans la responsabilité. Nous répondrons aussi aux demandes de déclassement de terrains. Vous l’avez compris, c’est d’aménagement qu’il est question, non pas d’arrangements, petits ou grands. Se balader parmi les gens en leur lâchant de temps en temps « ma arange out affaire », c’est se tromper d’époque. De nos jours, c’est à partir du Plan local d’urbanisme qu’on travaille. Nous avons relancé le processus. Le PLU est aujourd’hui au stade de l’enquête publique.


« Améliorer les conditions de vie des Saint-Paulois »

• Nous travaillerons encore plus pour améliorer les conditions de vie des Saint-Paulois. C’est le deuxième axe de notre projet. Vu les retards accumulés, nous avons lancé des actions dans une multitude de domaines. Les écoles, la restauration et l’hygiène scolaires, les initiatives pour les jeunes et pour les personnes âgées, etc. Je ne dresserai pas ici un bilan exhaustif de ce qui a déjà été entrepris pour ces actions de proximité. Permettez-moi seulement de mettre l’accent sur deux points.

– Le premier concerne les services à la petite enfance. Nous l’avons dit : à Saint-Paul, faire garder un enfant en bas âge est une vraie galère. Dès notre prise de fonctions, nous avons donc lancé un programme ambitieux qui prévoit la création de près de 500 places réparties dans diverses structures. Eh bien ! Voyez-vous, Mesdames, Messieurs, il se trouve des hommes politiques qui vous expliquent que ces places vont supprimer les emplois d’assistantes maternelles. Au lieu de soutenir, par exemple auprès du Conseil général, un projet qui a le triple avantage de créer de nouveaux emplois dans les structures collectives, d’augmenter le nombre d’assistantes maternelles et de faciliter la vie des familles et, particulièrement, des mamans, ces hommes-là préfèrent recourir à la seule bonne vieille recette qu’ils connaissent : faire peur. Et quand ils font peur, ils appellent ça « faire du nouveau » ! Rappelez-vous seulement l’épisode des cantinières en mars 2008.

– Le deuxième point, c’est le Pôle Sanitaire de l’Ouest. Du fait de la négligence de nos prédécesseurs, Saint-Paul a fini par être dépassée par tout le monde. Nous avons été à l’écoute des hospitaliers et nous avons soutenu le Collectif qui s’est mis en place. Ensemble, nous avons réussi, en quelques mois, à régler la question du foncier et celle du partenariat. Et finalement, nous avons tiré ce dossier du néant. Nous avons obtenu que le nouvel hôpital public de Saint-Paul soit financé dans le cadre du Plan Hôpital 2012. « Un pas de géant », a dit avec raison un des initiateurs du Collectif, qui est aussi membre actif du Conseil d’administration de l’Hôpital Gabriel-Martin. C’est donc une nouvelle étape qui nous attend. Et je compte bien à nouveau faire pleinement usage des possibilités offertes par mes fonctions de maire et de députée pour intervenir, encore et encore, autant que cela sera nécessaire, auprès du Premier ministre, auprès du Ministre de la Santé, ou encore à l’Assemblée nationale, pour faire aboutir ce grand projet.


« La décentralisation communale »

• Troisième axe, la décentralisation communale. Elle sera poursuivie.
C’est en ayant cette ambition en tête que nous avons élaboré et adopté notre Projet d’aménagement et de développement durable, dont vous savez qu’il est une étape préalable à l’adoption du PLU. Dans ce document, nous avons défini six bassins de vie. Je les cite : le Centre-ville élargi à Savannah et Cambaie/Plateau Caillou, Fleurimont, Éperon/le littoral balnéaire/Le Guillaume/La Saline/La Plaine Bois-de-Nèfles. Sans oublier, bien sûr, Mafate. Cette nouvelle trame doit permettre d’offrir des services de proximité de qualité, un accès plus facile aux services administratifs et, évidemment, elle limitera les déplacements.
Pour rapprocher les lieux de décision des citoyens et les services publics des usagers, nous avons commencé à renforcer le réseau des mairies annexes, et à y déconcentrer des services administratifs de la Mairie. Nous continuerons. De même, nous souhaitons développer dans ces mairies le service d’écrivains publics et d’aide administrative.
Cette démarche décentralisatrice est inédite dans une commune. Elle est appelée à se préciser et à s’améliorer au fil du temps. Une chose est sûre : nous maintiendrons les permanences que les élus assurent dans chacune des mairies annexes. Nous avons assuré plus de 20.000 rendez-vous en 16 mois.


Pour un développement économique créateur d’emplois

• Quatrième axe, nous continuerons à travailler en faveur d’un développement économique créateur d’emplois.
Dans ce domaine, les potentialités de Saint-Paul sont immenses. Nous avons dû commencer par régler les nombreux contentieux laissés par l’ancienne municipalité. Nous pouvons à présent redynamiser et moderniser la zone d’activités de Cambaie.
De plus, nous comptons bien exploiter les nouvelles perspectives ouvertes par la route des Tamarins en créant des zones d’activités près des territoires situés à mi-pente.
Notre but est évidemment de créer les conditions les plus favorables à l’implantation des entreprises à Saint-Paul.

Le développement touristique est aussi une de nos priorités. Comment en serait-il autrement quand une ville regorge à ce point de sites naturels et patrimoniaux ?
De la station balnéaire à Maïdo et Mafate, tout est porteur de développement. Nous avons déjà relancé l’Office du Tourisme, multiplié les animations, installé de nouveaux blocs sanitaires. Ce n’est qu’un début.
Nous avons également programmé la réouverture du camping de l’Ermitage, fermé depuis plusieurs années et laissé à l’abandon : les travaux devraient démarrer d’ici la fin de cette année. Fidèles à nos engagements, nous voulons offrir au plus grand nombre de Saint-Paulois et de Réunionnais la possibilité de profiter, eux aussi, de la plage.
Pour les agriculteurs, des compteurs d’eau agricole, qui permettent de payer l’eau moins chère, ont été mis en place. Des chemins d’exploitations vont être aménagés. Nous avons aussi décidé d’exonérer de la taxe foncière sur les propriétés non bâties les agriculteurs qui exploitent des terrains selon les modes de production biologique. Nous souhaitons que Saint-Paul se distingue en prenant toute sa place dans la recherche d’une plus grande autosuffisance alimentaire.
Comme nous vous le disions déjà en 2008, nous allons mettre en avant la pêche côtière et les ressources des océans : le Grenelle de la Mer vient de nous donner raison sur ce point. Nous profiterons de ces circonstances favorables pour lancer notre pôle d’excellence maritime.
Dans l’aménagement des bassins de vie dont nous avons parlé, le commerce de proximité sera, bien sûr, pris en compte. On peut déjà trouver les premières manifestations de cette volonté dans le chantier de rénovation du Centre-ville et dans la restructuration du Centre de la Saline.


Environnement et écologie

• Le cinquième axe concerne l’environnement et l’écologie. Je vous rappelle notre perspective générale : nous ne voulons pas de ces enclaves écologiques, qui ne sont guère que des cartes postales. Nous voulons favoriser une pratique quotidienne de l’écologie pour tous et par tous. Je vous annonce d’ailleurs que Saint-Paul est sur le point d’obtenir le label “ÉcoCité” qui dynamise les projets favorisant l’émergence de villes durables.

Le recours aux énergies renouvelables sera donc généralisé. Vous savez que nous avons déjà équipé l’école de Marla, à Mafate, d’un générateur photovoltaïque autonome, en lieu et place du groupe électrogène qui, chaque semaine, consommait 75 litres de gazole. En évitant aussi, par là même, le transport en hélicoptère de ce gazole qui, outre les nuisances et les pollutions, était très onéreux : 23.000 euros par an !
Nous avons aussi réuni les conditions pour offrir aux Saint-Paulois une eau de qualité au meilleur coût. C’est la régie autonome La Créole qui assurera désormais l’assainissement et la gestion de l’eau potable. Cette mutualisation des moyens facilitera la vie des usagers ; ils n’auront qu’un seul interlocuteur et ne recevront plus qu’une seule facture. Cette formule permettra aussi de ne pas augmenter, pendant au moins trois ans, le prix actuel du mètre cube d’eau (pour mémoire : 0,59 euro par mètre cube, pour une consommation de 120 mètres cubes). Nous avons également programmé de lourds investissements. Vous savez que, dès notre arrivée à la Mairie, la justice a pointé les retards de la politique d’assainissement. Aujourd’hui, Saint-Paul est déjà dans le peloton de tête des villes qui investissent dans des stations de dépollution modernisées.
Agir pour l’environnement, c’est aussi agir pour une ville propre : nous allons, dans ce domaine, passer la vitesse supérieure grâce à de nouveaux moyens mais aussi en faisant appel à la participation civique de chacun.


« Faire de Saint-Paul une ville de culture et de sport »

• Notre projet vise enfin, c’est notre sixième axe, à continuer à faire de Saint-Paul une ville de culture et de sport. Nous avons déjà parlé de la médiathèque, qui sera construite à l’entrée du Centre-ville, et de ses annexes, qui en seront les prolongements dans les bassins de vie.
Nous faisons tout pour mettre un terme à la dégradation du patrimoine historique laissé à l’abandon : ainsi la réhabilitation de la Poudrière, à laquelle des jeunes participent par le biais d’un chantier-école.
Dans le parc-hôtel du Maïdo, qui avait enflammé (en vain) l’imagination de nos prédécesseurs, nous avons créé un centre de loisirs et de vacances pour les jeunes, assorti d’un centre de lecture et d’écriture. Mais je ne vais pas énumérer tout ce qui est en cours dans ce domaine, ni tout ce que nous avons décidé de faire. Nous avons beaucoup de travail devant nous.
Du point de vue sportif, l’OMS est déjà créé. Il sera l’interlocuteur privilégié des associations sportives. Un vaste programme de réhabilitation et de remise aux normes des équipements sportifs est lancé. Le haut niveau n’est pas oublié, avec la création de bourses spécifiques et de manifestations sportives d’envergure. Les résultats sont au rendez-vous. Les grandes équipes de Saint-Paul retrouvent leur place en haut du classement.
Tous ceux qui le désirent doivent avoir accès aux activités culturelles et sportives. Nous rendrons cela possible en menant une politique de soutien à l’animation et en mettant en place, pour les jeunes, un dispositif de “pass-culture” et de “pass-sport”.


PSR soutient la liste d’Huguette Bello

Après le soutien du PVR (Parti vert réunionnais) jeudi, c’est le Parti socialiste réunionnais (PSR) qui annonce son soutien à Huguette Bello.

« À travers Jean-François Thomas, cadre territorial, PSR confirme son soutien à la liste "Pour Saint-Paul de toutes nos forces" conduite par Huguette Bello. (…)
Le PSR invite tous les Saint-Paulois à se mobiliser massivement, dès le 1er tour, en faveur d’Huguette Bello, de combattre la politique de l’UMP et de sanctionner la politique qui a été menée par le candidat et l’ancien maire Alain Bénard.
Par notre bulletin de vote, envoyons un signal fort pour confirmer que Saint-Paul doit aller de l’avant, sur le chemin de la modernité et du développement dont la population a été privée pendant déjà trop longtemps...
Le dimanche 27 septembre 2009, votez et faites votez la liste "Pour Saint-Paul de toutes nos forces" conduite par Huguette Bello ».


Kanalreunion.com