Actualités

Nouvelle route du littoral : le scandale révélé dans la presse en France

Publication hier d’un article par Mediapart

Manuel Marchal / 25 septembre 2015

Nouveau rebondissement pour la nouvelle route du littoral à La Réunion. À un peu plus de deux mois des élections régionales et de la COP21, Mediapart a publié hier un article révélant le scandale politico-financier de la route en mer. Selon notre confrère, l’enquête judiciaire porte sur l’attribution de tous les marchés de la nouvelle route du littoral, sur des soupçons de corruption visant plusieurs élus de la Région Réunion, et sur la piste de transferts financiers vers des pays pratiquant le secret bancaire.

JPEG - 82.9 ko
La Une du site de Mediapart hier.

L’annonce de Paul Vergès s’est confirmée. L’enquête sur l’attribution des marchés de la nouvelle route du littoral a fait l’objet d’un article dans la presse en France. Il a été publié hier par Mediapart. Il insiste en particulier sur les sommes mises en jeu, 1,6 milliard d’euros pour 12 kilomètres. Alors qu’une autoroute coûte en moyenne 2 millions d’euros le kilomètres, pour la nouvelle route du littoral cette somme est multipliée par 75 : 130 millions le kilomètre à La Réunion. « C’est l’un des plus gros marchés d’infrastructure en Europe, avec les lignes à grande vitesse françaises et les autoroutes grecques », écrit Mediapart.

Il rappelle tout d’abord que le sénateur a été attaqué par Didier Robert pour avoir révélé ce que désormais la France toute entière connaît. Rappelons que le scandale avait éclaté au début de l’année lors de l’annonce d’une descente des gendarmes à la Région Réunion. Ils avaient perquisitionné et entendu plusieurs personnes. Mediapart indique que Didier Robert et Dominique Fournel ont dû répondre aux questions des enquêteurs.

Marchés, commissions et secret bancaire

Car manifestement la ligne de défense de la Région dans cette affaire apparaît plus que jamais fragilisée. Les amis de Didier Robert prétendent que l’enquête se limite à un marché secondaire infructueux de fourniture de matériaux.
Mais d’après Mediapart, « le dossier est pourtant bien plus substantiel que ce que prétend l’entourage de Didier Robert. Les premières investigations, menées par la section de recherche de la gendarmerie de Saint-Denis, portent sur l’attribution de tous les marchés publics liés à la route ».
Notre confrère annonce que les recherches portent notamment sur « l’existence d’éventuelles commissions dans l’entourage des élus impliqués dans la passation des marchés », ainsi que sur « la piste de flux financiers suspects vers des pays réputés pour leur opacité, notamment les Seychelles ».

Outre l’enquête judiciaire, Mediapart informe également l’opinion française sur le scandale environnemental. Il fait état de la tentative d’ouverture de nouvelles carrières malgré l’opposition de la population. Il indique également que pour les besoins du chantier, des roches seront importées de Madagascar malgré l’avis du Conseil national pour la protection de la nature qui interdit toute importation de quelque pays que se soit, afin d’éviter l’introduction d’espèces invasives.

Que deviendra l’union de la droite ?

Le 25 août dernier, Paul Vergès avait révélé la publication prochaine d’un article dans la presse en France sur le scandale, et avait rappelé des informations déjà parue dans les journaux au sujet des soupçons qui pèsent sur l’attribution des marchés de la nouvelle route du littoral. C’est pourquoi il avait demandé à Didier Robert de se porter partie civile dans cette affaire. La réponse du président de la Région a été d’attaquer Paul Vergès en diffamation une semaine plus tard. Puis il avait menacé de faire la même chose à l’encontre d’Imaz Press Réunion et de Réunion Première avant, semble-t-il, de se raviser.

L’article publié hier par Mediapart apporte une dimension nouvelle. Le scandale est maintenant sur la place publique en France.
Le 25 août dernier, Paul Vergès avait souligné une conséquence de cette nouvelle étape, sur la tentative de Didier Robert d’essayer de se maintenir au pouvoir à la Région en conduisant une liste aux régionales de décembre : « Quand le scandale éclatera, cette liste sera-t-elle une liste de solidarité avec le président de la Région ? ».
Autre conséquence : cet article est publié à moins de deux mois d’une COP21 que le gouvernement place sous le signe de l’exemplarité écologique. Paris va-t-il continuer à soutenir le scandale environnemental ?

Voir en ligne : http://www.mediapart.fr/journal/fra...



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Il n’y a pas de fumée sans feu. Demande à didi encore de porter plainte, pas avec notre argent, mais l’argent de sa poche contre Mediapart li va voir quoça cela va coute à li. Mediapart n’attend que ça. (...)

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • On parle souvent des plantes endémiques a la réunion, mais ce n’est pas tout, la corruption aussi !

    Les commissions pour les AO d’importance sont aussi vieux que le monde. C’est révoltant mais c’est comme ça. Regardez les maires de l’île, combien ont été réélus après avoir fait de la cabane ? Combien après une simple inegilibilité ?

    Ce qui est malheureux, c’est que les travaux en question sont un simple non sens. Un non sens financier, un non sens écologique, un non sens technique.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Il faut tout de même relativiser.
    Dans l’article de Médiapart, il n’y a aucun nom d’accusés de citer( contrairement aux déclarations de M. Vergès).
    S’il y a eu des commissions occultes, les coupables devront, bien sur, être sanctionner. Mais il faut attendre les résultats de l’enquête. Mais ce n’est pas pour cela qu’il faudra cesser les travaux.

    Au sujet du coût par km, ( 2millions et 130milions par km) c’est ridicule. Une route en mer revient beaucoup plus cher qu’un route sur terre.
    Pour avoir des comparaisons à peu près fiables, il aurait fallu le faire avec le pont de l’Ile d’Oléron , ou de l’ile de Ré, ou du tunnel sous la manche, voir du tunnel sous le port de Marseille, en tenant compte de l’inflation au fl des années.
    Enfin je rappelle que les travaux sont engagés, essentiellement à La Possession, à la grande chaloupe et un peu vers saint Denis.
    Toutes les semaines cela avance

    Ce qui est vrai est que dans ce genre de travaux gigantesque le prix initial est toujours dépassé. exemple la route des Tamarins entre autres.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com