Actualités

Nouvelle route du littoral : les responsabilités de François Hollande et Victorin Lurel directement engagées

Après le passage de Bejisa à La Réunion

Témoignages.re / 7 janvier 2014

La route du littoral a été absente du cyclone. Il a plus été question des routes de Cilaos, Salazie, Avirons. Or, la route du littoral a été totalement fermée avant même le déclenchement de l’alerte rouge.

Des auditeurs intervenant à la radio n’ont pas manqué de dire que quand on voit ce qui s’est passé, va-t-on faire cette folie de la route en mer ?

Paul Vergès note en tout cas que si se fait la nouvelle route en mer, alors il n’y aura plus de moyen de faire la route de moyenne altitude. C’est pourtant sur les mi-pente que vont s’implanter la plupart des nouvelles constructions. Les Réunionnais seront-ils condamnés à passer toujours par le littoral pour aller d’un point à un autre de l’île.

Paul Vergès constate également que « les défenseurs de la route du littoral sont désormais très discrets. Ils comptent sur le travail du et des ministres pour approuver en disant : quelque soient les contestations, les ministres nous appuient ».

Le cyclone est venu apporter un argument considérable, souligne le co-fondateur du PCR.

« Si on ne connaît pas les noms de ceux qui ont lancé la première route du littoral, et si jamais la nouvelle route se fait, alors ce sera la décision du président de la Republique et du ministre des Outre-mer. Ils auraient pu suivre les avis unanimes des instances qui ont été contre ce projet, ils ont passé outre.

Le président de la République va-t-il associer son nom à cela ?

L’état de catastrophe naturel sera automatiquement déclaré, c’est la loi


Le ministre des Outre-mer est venu 24 heures ici. Il a annoncé un certain nombre de choses. « Nos responsables politiques doivent réfléchir plus sur les demandes à destination du public », précise le sénateur.

Ce texte dit qu’a partir d’un vent dépassant les 135 kilomètre par heure, l’état de catastrophe naturelle est automatiquement déclaré. Alors pourquoi certains élus disent qu’ils vont le demander, à quoi cela sert-il de demander l’application de quelque chose qui est automatique ?

De plus, Victorin Lurel a dit que les Réunionnais seront traités comme les Bretons. L’état de catastrophe naturel s’applique, cela n’a rien à voir avec les Bretons.

10 jours, trop court ?


Victorin Lurel a dit samedi qu’il faut être rapide pour monter être indemnisé. Il a donné 10 jours pour rendre les dossiers d’indemnisation afin que le préfet puisse transmettre ces dossiers afin qu’ils soient examinés à Paris et fassent l’objet d’un décret.

D’où cette observation faite en substance par Paul Vergès : comment voulez-vous que les planteurs puissent dans ce cours laps de temps transmettre au préfet qui transmette à Paris ? Sinon c’est renvoyé en février.

Des priorités pour les contrats avec l’Europe et l’Etat


Le cyclone montre que des choix doivent être fait dans les projets. Les collectivités locales doivent être rassurées sur les financements : réseau d’adduction d’eau, réseau d’assainissement. Que le gouvernement donne des assurances par des annonces précises sur le montant des crédits.

Des mesures doivent être prises pour que les dégâts ne soient pas ceux que l’on ait connus.


Kanalreunion.com