Actualités

Nouvelle route du littoral (NRL) : pas de roches de Madagascar à La Réunion

Les matériaux indispensables à la poursuite du projet de la NRL ne viendront pas, annonce la presse malgache

Témoignages.re / 20 octobre 2015

Selon l’Express de Madagascar, toute exportation de roches à destination de La Réunion pour les besoins de la nouvelle route du littoral, NRL, est désormais impossible, car la carrière est à l’arrêt. L’entreprise sera remboursée pour les fonds qu’elle a engagés. Après la suspension de l’ouverture d’une méga-carrière indispensable à la poursuite du projet de NRL, l’alternative malgache est maintenant impossible. C’est donc la fin prématurée du chantier de la NRL qui se précise faute de matériaux. Plusieurs centaines de millions d’euros auront donc été dépensés en pure perte.

JPEG - 76.8 ko
Les matériaux indispensables n’arriveront pas. Didier Robert et Bello-Annette vont-ils promettre l’impossible pour continuer le chantier ?

Le 16 octobre dernier, alors que l’arrivée de roches de Madagascar pour les besoins de la nouvelle route du littoral (NRL) était annoncée, Témoignages avait publié un édito mettant le doigt sur les responsabilités dans l’importation à La Réunion de roches de Madagascar pour les besoins de la nouvelle route en mer, dite nouvelle route du littoral ou NRL. Le 24 août 2013, le Conseil national pour la protection de la nature avait écrit sa totale opposition à ce projet, en raison des risques environnementaux. « Qui permet aux partisans de la NRL de s’assoir sur l’avis du Conseil national pour la protection de la nature ? Comment peut-on expliquer qu’un projet qui ne mentionnait pas l’importation de matériaux puisse y avoir recours en toute impunité ? », écrivions-nous alors.

Arrêt de l’importation

Le lendemain 17 octobre, Imaz Press Réunion annonçait la suspension de ce projet d’importation de roche par l’État, dans l’attente qu’un protocole de test puisse garantir que ces galets ne soient pas un danger pour la santé de la population, de la faune et de la flore réunionnaises.

Ce 20 octobre, le même site d’information indique que la carrière de provenance des roches destinées à la NRL est à l’arrêt. C’est ce qu’affirme un article publié ce jour par l’Express de Madagascar dont voici quelques extraits :

« Toutes les dépenses engagées par Colas seront payées par l’État français. La décision de l’État français relative à l’arrêt de l’importation de granit de Mada­gascar n’a pas d’impact sur les activités de la société Colas ». C’est ce qu’a précisé hier au téléphone un responsable proche du dossier, à l’annonce de l’arrêt de l’importation par La Réunion du granit malgache. Ces dépenses concernent notamment les travaux sur les ports, l’exploitation de la carrière, la location des barges et les frais divers.

« La raison est que ce projet est budgétivore »

« La société Colas devait expédier une première cargaison de 10 000 tonnes la semaine dernière, mais l’envoi a été annulé au dernier moment. « Cette annulation fait suite à une décision de l’État français la semaine dernière. La raison est que ce projet est budgétivore », explique encore notre source. Le granit malgache était destiné à la construction de ce qui est appelé à la Réunion la « Nouvelle route littorale », dont le budget de construction est évalué à 2 milliards d’euros. »

La suite du projet sur la nouvelle route littorale reste incertaine face à cette décision. Notre source indique qu’« après cette décision du gouvernement français, la société Colas suspend l’exploitation de sa carrière ».

Maintenant, les matériaux indispensables à la poursuite du projet de la NRL ne viendront plus. Le chantier devra donc s’arrêter. Plusieurs centaines de millions d’euros sont dépensés en pure perte, dont la commande d’une étude de faisabilité d’un péage pour le raccordement entre la NRL et la ville de Saint-Denis, projet soutenu par Bello-Annette.


Kanalreunion.com